Il y a deux ans, Tearaway fut l’une de mes belles surprises sur PlayStation VITA. Coloré, l’univers de papier m’a enchanté dès le départ avec son style unique et sa charmante histoire. Aujourd’hui, on nous revient avec une édition bonifiée du jeu pour PlayStation 4. Le concept a-t-il bien vieilli au point de justifier une réédition ? Voyons voir.

À LIRE AUSSI: Critique de « Tearaway » : Un jeu d'origami interactif surprenant et accrocheur sur PlayStation VITA!

 

Un jeu classique dans sa forme

Avant d’aborder les nouveautés de Tearaway Unfolded, laissez-moi simplement vous dire que si vous avez joué au jeu original sur PlayStation VITA, vous saurez ce que vous y retrouverez. En effet, le cœur du jeu n’a pas vraiment changé en ce sens qu’il s’agit encore d’un jeu de plates-formes dans lequel vous acquérez des habiletés au fur et à mesure que vous progresserez. Juste pour vous dire, votre personnage de papier ne pourra même pas sauter au départ !

 

Une manette de PS4 totalement utilisée !

Ceci dit, malgré la conservation du style, vous remarquerez d’importants changements entre Tearaway et Tearaway Unfolded dès le début de votre périple. Ainsi, ce dernier démarre différemment en mettant de l’avant une toute nouvelle fonctionnalité utilisant le capteur lumineux de la manette de la PlayStation 4. Ainsi, en appuyant sur R2 puis en visant votre écran avec le capteur, vous pourrez illuminer des coins sombres du jeu ou bien redonner la beauté d’éléments ternis par les sinistres Scraps, vos principaux adversaires.

Ce n’est pas seulement cette nouveauté qui tire profit de la manette de la PS4. En effet, Media Molecule a inclus d’autres options utilisant notamment le pavé tactile de la manette. Vous pourrez donc dessiner différentes formes en les traçant sur le pavé ou bien déployer certains de vos pouvoirs grâce à ce dernier. Parmi eux, il vous sera notamment possible de provoquer des bourrasques de vent dans diverses directions d’un simple glissement de doigt.

Par ailleurs, on a ajouté un nouveau moyen de transport sous la forme d’un avion en papier. Uniquement disponible dans certains décors, l’avion vous donnera l’occasion d’explorer des environnements et d’accéder à des endroits absents du premier Tearaway. Vous ne devriez pas avoir trop de mal à le manipuler, mais il est possible que vous vous écrasiez plus d’une fois en l’utilisant. Pourquoi ? Parce que l’avion bouge en fonction des bourrasques de vent. Ça devient facile après un certain temps d’allier ces fonctionnalités, mais au départ, attendez-vous à quelques accidents.

 

Un peu plus étoffé

Toutes ces nouveautés forment un très bon jeu de plates-formes qui, même s’il demeure fidèle au premier Tearaway, propose des segments ingénieux et surprenants. Même si on ne parle pas d’un jeu révolutionnaire, on nous met de l’avant un univers charmant garni de casse-tête très intéressants utilisant à merveille les fonctionnalités de la manette. Les missions proposées sont quant à elles plutôt banales, mais vous voudrez quand même les compléter simplement pour voir les différentes matérialisations du bonheur que vous sèmerez dans l’univers de papier de Tearaway. Parce que oui, la joie, c’est accrocheur !

Côté scénaristique, Media Molecule ayant bien pensé que tout le monde n’a pas une caméra PlayStation Eye, votre personnage ne devra plus aller rejoindre votre visage dans le soleil comme dans le premier Tearaway, mais plutôt aller colmater la brèche ouverte dans le ciel et ayant marqué votre arrivée dans ce monde unique. De plus, le jeu met maintenant de l’avant deux narrateurs et non un seul. Est-ce que cela change quoi que ce soit en bout de ligne ? Pas vraiment, mais quelques chapitres ont été ajoutés afin d’étoffer un peu plus le monde de Tearaway.

 

Un amour froissé

Malgré tout l’amour que je porte envers l’univers de Tearaway, j’ai moins accroché dans cette nouvelle édition. Peut-être est-ce l’effet de surprise qui s’est dissous ou simplement une certaine lassitude qui s’est matérialisée en devant de nouveau explorer des décors que j’avais fouillés sur PlayStation VITA, mais chose certaine, je n’ai pas eu autant de plaisir qu’il y a deux ans. Les éléments à récolter m’ont également paru plus banal que jamais.

Car oui, pour pleinement profiter de Tearaway Unfolded, il faut aimer créer et modifier ce qu’il y a autour de nous. Le jeu nous encourage à débloquer et tracer des formes afin de les matérialiser dans le jeu, tout comme à créer des patrons afin de répandre plus de bonheur auprès des habitants que vous croiserez au fil de vos missions. Si cela ne vous interpelle pas, disons que les objets à récolter au sein de votre aventure vous paraîtront d’une grande banalité. À noter que si vous avez l’équipement nécessaire, vous pouvez aussi utiliser la PlayStation Eye et l’application PlayStation afin d’envoyer des images de votre vrai environnement dans le jeu.

Or, encore faut-il que l’on puisse créer avec de bons outils. Faisons fi de la caméra de la PS4 et de l’application PlayStation et concentrons-nous davantage sur le pavé tactile de la manette puisque c’est avec cela que vous créerez la plupart de vos formes. Le problème est que c’est tellement imprécis que vous aurez l’impression de retomber en enfance. Vous savez, ces dessins horribles de votre jeunesse que vos parents ont conservés parce qu’ils sont « tellement cutes » à leurs yeux ? C’est à peu près ce que vous allez créer au sein de Tearaway Unfolded. Bonne chance pour dessiner des formes précises et des lignes droite à l’aide de votre gros doigt !

Enfin, le jeu souffre de quelques problèmes en sa structure même. Ainsi, la fluidité de l’aventure n’est pas constante de sorte qu’une section fort intéressante et remplie d’action peut faire place à un segment lent et ennuyant. Vous devrez aussi composer avec de multiples problèmes de caméra, surtout dans les endroits restreints. Il m’est arrivé à plus d’une reprise de perdre la vue sur mon personnage, voire même d’ignorer où je m’en allais. Ce n’est pas catastrophique, mais ce peut être déplaisant en plus d’une occasion.

 

Devriez-vous y jouer ?

Malgré ses lacunes, j’ai pris plaisir à renouer avec l’univers de Tearaway. Son monde demeure encore accrocheur et c’est un genre de jeu qui fait simplement du bien parce qu’il est aussi cute que positif. En revanche, je dois vous avouer que si vous avez joué à la version PlayStation VITA, il n’est pas nécessaire de vous procurer cette nouvelle édition. Les nouveautés présentes sont certes intéressantes, mais ne justifient pas à elles seules son achat.

 

Ce que vous aimerez :

- L’univers de papier accrocheur de Tearaway

- Les nouvelles fonctionnalités utilisant la manette de la PS4

- Le style de jeu très solide

Ce que vous n’aimerez pas :

- Les problèmes de caméra

- Le manque de précision du pavé tactile

- Le manque de fluidité de l’aventure

 

Note : 7,5 sur 10

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci:

« LittleBigPlanet 3 » : Retour plus timide de Sackboy sur PlayStation 4

 

Source(s) image(s):
Venture Beat
Game Informer
We Got This Covered

Commentaires