Il y a une semaine, je publiais un article sur les scandales entourant l’utilisation d’anabolisants par les athlètes et les acteurs de cinéma. Cette mascarade semble même prendre de plus en plus d’ampleur chaque jour. En effet on semble s’acharner ces jours-ci sur le cas des vedettes de films d’action et évidemment celles-ci continuent d’essayer de se tirer d’affaires avec des excuses bidon. Mais comment mettre tout cela au clair?

À LIRE AUSSI : Drogues et anabolisants, un peu d’honnêteté s’il-vous-plaît

Dans mon article, je soutenais entre autre que c’est beaucoup plus le manque d’honnêteté qui fait mal aux admirateurs que l’utilisation de drogues elle-même. La preuve c’est qu’il y a des célébrités  qui avouent des pratiques ou des actes bien plus malsains et qui ne s’en tirent finalement pas si mal que ça en bout de ligne.

Je suis contre l’usage des drogues et j’ai toujours fait la santé même si je pratique un sport tel que la culture physique. Même si je ne l’approuve pas, je suis tout de même conscient et je comprends que dans certains milieux, comme celui du cinéma, certaines personnes choisissent de jouer avec leur santé, surtout lorsque de grosses sommes d’argent sont en jeux. Personnellement je crois que ce sont de leurs affaires, car c’est leur décision. Là où j’ai un problème, c’est lorsque les gens nient la part de responsabilité de même que les conséquences qui viennent avec les décisions qu’ils réclament être libres de faire.

J’exposais aussi dans mon article qu’une part du mensonge que se sentent obligés de raconter les accusés vient en partie du public lui-même qui s’entête à croire qu’on peut devenir un surhomme en restant purement un homme. Les gens sont en effet assez naïfs pour croire qu’il n’y a que le pauvre malchanceux qui s’est fait prendre la main dans le sac qui ne joue pas franc jeu et c’est alors que, soudainement déçus de voir qu’on leur a menti, ils le traitent tricheur.

Il faut prendre en considération que la situation dans le monde du cinéma est un peu différente de celle du sport. Dans le monde du sport on cherche à représenter la santé et à rendre la compétition aussi équitable que possible. Au cinéma, tout n’est qu’illusion et jeu. Les gens ont peur que si les jeunes savaient que leurs idoles se droguent ils seraient tentés de faire de même pour leur ressembler et préfèrent laisser planer le mystère… pourtant ce n’est pas plus mauvais comme influence que toute cette violence qu’on voit à la télévision. Si on dit aux jeunes que ce qu’ils voient à la télévision n’est pas vrai et que les acteurs font semblant, autant leur dire que pour jouer leur rôle musclé ils doivent aussi tricher et utiliser des drogues qui mettent en danger leur santé.

La notion même de tricheur est mal utilisée car un tricheur ne l’est réellement que dans le cas où il fait quelque chose que les autres ne font pas pour arriver à ses fins… mais même dans le sport, lorsque tout le monde joue la même game, on ne peut plus vraiment dire qu’il triche. Les gens qualifient en fait de tricheurs des personnes qui, la plupart du temps, n’ont fait qu’accepter de mettre en jeu leur santé pour se conformer à des standards imposés par l’industrie (qui soit-dit en passant joue la même game qu’eux). Ce sont donc plus des menteurs que des tricheurs s’ils persistent à cacher aux gens la vérité sur leurs pratiques lorsqu’on leur pose la question. Comme je le disais, c’est le manque d’honnêteté qui fait le plus mal!

J’ai moi-même vécu cette déception cette semaine lorsqu’un acteur de plus s’est fait pointer du doigt pour usage d’anabolisants. Personnellement, le fait que ce dernier puisse faire usage de drogues m’est bien égal car je sais que cela fait partie de la réalité de son métier et j’accepte ce fait.  Pour ma part, voir un acteur qui s’est littéralement fait défiguré au Botox me dégoûte bien plus que de savoir qu’il a pris des anabolisants pour être en super shape. Ce n’est pas pour ses choix concernant sa santé que je vais le voir au cinéma mais pour ses talents d’acteur et je ne me priverai pas de regarder ses film pour cela non plus. Comme je le disais dans mon article précédent je ne nommerai aucun nom mais l’acteur en question a cependant soudainement perdu tout mon respect en tant qu’individu lorsque, pour se défiler, il a lui aussi sorti la fameuse excuse des suppléments alimentaires supposément super puissants. Vraiment??? Quel pathétique et lamentable plaidoyer. J’aurais de loin préféré qu’il soit honnête, au moins j’aurais eu de la considération à son égard (pour sa franchise et son courage) au lieu d’être forcé de l’inscrire dans l’équipe des pitoyables menteurs qui joue toujours la même game…

En passant, il n’y a pas que vos idoles qui vous mentent car l’industrie aussi entretien le mensonge avec ce beau coup monté digne d’une pièce de théâtre. Pourquoi dis-je cela? Parce que poser des questions ou porter de simples accusations verbales ne mènent absolument à rien. Ce n’est qu’une tactique que l’industrie utilise pour faire croire au public qu’elle a de bonnes intentions tout en laissant la chance à l’accusé de se défiler. Tout ce beau monde se fie sur la naïveté du public en utilisant la bonne foi comme arme de défense. Le problème c’est qu’on ne peut malheureusement plus se fier à la bonne foi comme preuve d’appui depuis que les gens n’ont plus peur d’être puni par Dieu s’ils ne disent pas « la vérité, rien que la vérité ». Si on veut prouver quelque chose de nos jours ce sont les actions qui doivent parler à notre place! Ainsi, si vous avez vraiment à cœur la santé, la cause de l’usage de drogues et que vous avez des soupçons sur une personne, c’est tout simple; vous la soumettez à un test!!!

Avez-vous remarqué que ça n’arrive jamais? Pourquoi? Parce qu’une industrie comme celle du cinéma, en plus de n’y porter aucun réel intérêt, sait qu’elle risquerait gros si elle le faisait… elle est bien au courant de la game qui se joue et bénéficie évidemment elle aussi de ses avantages. Tant que la situation est profitable, elle préfère entretenir son petit jeu, surtout que faire des tests ça coûte de l’argent! Pourquoi dépenser de l’argent lorsque l’objectif est d’en faire toujours plus…

Le pire c’est que le test ne serait probablement même pas nécessaire car la seule réaction de la personne qui se verrait aculée au pied du mur suffirait comme réponse (évidemment si elle savait que la menace est bien réelle). Il serait vraiment intéressant de voir ce que les célébrités qui clament leur innocence diraient si, au lieu de leur laisser le luxe de s’en sortir avec des excuses, on leur disait plutôt : « parfait, dans ce cas vous n’auriez pas d’objections à ce qu’on vous soumette à un test anti-dopage sur le champ? » Je crois que nous assisterions à tout un spectacle! Et en passant, refuser de se soumettre à un test anti-dopage est carrément considéré comme un échec dans tout protocole digne de ce nom…

Dans les fédérations sportives sérieuses (et je dis bien séreuses), les athlètes savent et acceptent qu’ils puissent être testés n’importe quand et des tests anti-dopage sont administrés tant en compétition que hors-compétition. Je le sais car la fédération dont je fais partie, Physique Canada, le fait régulièrement avec ses athlètes et est d’ailleurs fière de le faire. Je suis moi-même fier d’avoir été testé à maintes reprises dans ma carrière, et souvent sans préavis, car cela me permet de démontrer mon intégrité et de prouver que je n’ai rien à me reprocher. À quel point cette fédération est courageuse dans son désir d’un sport propre? Au point de tester de façon totalement inattendue les futurs athlètes comme elle l’a fait la semaine passée au ProGym de Montréal lors d’un simple séminaire d’information (qui était gratuit soit-dit en passant). J’ai en effet quelque peu surpris l’assistance lorsque, devant tout le monde, j’ai annoncé : « pour vous prouver que nous sommes sérieux, nous allons tester deux personnes aujourd’hui-même dans la salle aux frais de la fédération! ». Il s’agit d’un pari audacieux mais c’est le genre de chose qu’on fait lorsqu’on veut mettre les choses au clair. Il n’y a qu’une façon d’avoir l’heure juste et c’est de forcer la main du bluffeur en mettant cartes sur table. C’est un peu comme prendre le taureau par les cornes mais surtout par surprise! C’est aussi là qu’on voit à quel point celui qui daigne poser la question est sérieux dans son désir de connaître et de mettre à jour la vérité.

Bien sûr qu’on peut transformer un physique en quelques mois d’entraînement et de diète intensifs, surtout lorsqu’on y met les efforts… sauf que lorsqu’on utilise exclusivement des suppléments alimentaires et aucune drogue (les mots « exclusivement » et « aucune » sont importants car en effet les vedettes utilisent des suppléments mais souvent en conjonction avec autre chose), le résultat demeure dans le domaine du concevable même s’il est convainquant. Dès que le scénario vous semble louche, vous êtes totalement en droit de douter autant de l’accusé que de l’avocat et de l’audience… et tant qu’une pièce à conviction valable et approuvée par un expert ne sera apportée, vous êtes en droit de dire : objection sera refusée!

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

Culturisme : prendre le négatif pour en faire du positif.

Source(s) image(s):
A strong man, bodybuilder, posing on a gray background. A man holding a pill, amino acids, dietary supplements. He looks at them. Sports, bodybuilding, special sports nutrition.

Commentaires