Si l’un de vos enfants ou vous même aimez le soccer, vous êtes probablement un amateur de Louca, la série de Bruno Dequier chez Dupuis consacré au  « foot ». L’espoir fait vivre, le quatrième tome, est paru depuis peu. 

L’opus commence dans le feu de l’action. C’est le moins qu’on puisse dire! Louca, cet ado paresseux et maladroit qui est doté de « dons » extraordinaires grâce à son nouvel ami, le fantôme Nathan, est en plein coeur du match le plus important de sa vie. En effet, si son équipe perd la partie, elle va tout simplement disparaitre de la carte. Le stress est immense. 

Et comme si ce n’était pas assez, Nathan décide de foutre le camp en plein milieu du match. Notre héros doit se débrouiller seul. Cependant, le spectre n’a pas abandonné le terrain pour rien. Il approche de son but de découvrir pourquoi il est encore sur terre et, surtout, qui l’a assassiné. 

Pour Louca, se retrouver seul va mettre sa confiance à rude épreuve. Après tout, sans Nathan, il n’est rien. Mais est-ce que c’est vrai? C’est ce que le lecteur est appelé à découvrir!

D’ailleurs, je crois que c’est une excellente idée d’avoir éliminé temporairement Nathan. Ça amène le suspense à un autre niveau, car nous ne sommes plus sûrs du tout si l’équipe de Louca va remporter la victoire. Disons aussi que la remise en question de Louca va donner des moments assez cocasses.

Une fois de plus, si vous aimez le soccer, vous allez être ravi. Plus de la moitié du récit se déroule sur le gazon. Dequier arrive sans problème à illustrer la plupart des mouvements que font les joueurs de soccer. Je pense surtout aux fameux coups de pieds qui nous apparaissent ici comme parfaitement naturels. Il a notamment recours, pour ajouter du volume et donner une impression de vitesse, à un nombre impressionnant de lignes. Malheureusement, ça a comme effet d’effacer un peu certains éléments du décor. 

Même si l’auteur excelle à reproduire des mouvements crédibles, il s’accorde une certaine liberté dans son style qui est un heureux mélange entre manga et caricatures. Les personnages ont parfois des traits déformés et sont très expressifs.  

Bien que le sport soit au coeur du scénario, les personnages ne servent pas juste d’excuses pour que l’on assiste encore et encore à des matchs de soccer. Nathan est le personnage le plus profond et mystérieux, alors que Louca amène juste assez de légèreté et d’humour pour empêcher l’album d'être lourd. Personnellement, j’ai trouvé les protagonistes très attachants! 

Verdict 

C’est avec humour et style que Bruno Dequier signe ce quatrième tome d’une série qui devrait, à mon avis, plaire aux fans de soccer pendant encore plusieurs années! 

 

Louca, tome 4 - L’espoir fait vivre 

Bruno Dequier

62 pages

Dupuis

 

Cote : 3,75 étoiles sur 5.

Source(s) image(s):
Prologue

Commentaires