Vous voilà tout fier de votre véhicule tout neuf, et fin prêt pour l’hiver. Pendant que vous le montrez à votre beau-frère Je-sais-tout, il s’exclame : ô le beau 4 x 4…. Vous avez beau tenté de lui dire que c’est une traction intégrale, il n’y comprend rien. Voici donc quelques explications pour vous aider à river le nez du beau-frère une fois pour toute.

À LIRE AUSSI: Les sept pneus d’hiver à considérer

 

La transmission intégrale intelligente

Ce cas est le plus fréquent. Votre voiture roule normalement en mode traction (c’est-à-dire que ce sont les roues avant qui assurent toute la traction). Puis, lorsque le véhicule détecte une grande différence de vitesse entre les roues avant et arrière, un viscocoupleur envoie une partie du couple aux roues arrière. Certains systèmes vont aussi partager cette puissance latéralement. Pour y parvenir, des capteurs évaluent plusieurs fois par seconde la vitesse de rotation de chaque roue.

 

La transmission intégrale à prise constante

Ici, le système est un subtil mélange. Il répartit la puissance en permanence aux quatre roues. La nuance, c’est que les capteurs de la voiture font varier en permanence le taux de puissance transmise à chacune des roues. Un différentiel central répartit cette motricité. Plus rapide en intervention que le prédécesseur, il a une forte tendance à augmenter la consommation de carburant.

 

Les 4 roues motrices

Le 4X4, communément appelé 4 roues motrices, fonctionne de façon similaire à la traction intégrale, à la différence qu’il est possible de faire manuellement le transfert pour le rouage désiré. En résumé : vous roulez en mode deux roues motrices. Devant une vaste étendue de boue, vous enclenchez simplement  un levier qui répartira aux quatre roues la puissance en partageant 50-50 entre les roues avant et arrière. Si on opte pour la gamme basse, 4LO, on verrouille le différentiel et les 4 roues tournent littéralement en même temps, profitant toutes du même couple. À n’utiliser que dans des conditions extrêmes évidemment.

Ces trois modes ont leur détracteur, mais ajoutent certainement tous un degré de sécurité dans certaines conditions. Sachez cependant qu’aucun système de sécurité en hiver ne remplacera un conducteur prudent!

 

Et vous, quel préférez-vous?

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

Cinq conseils pour changer de pneus sans stress

Source(s) image(s):
VUSmag.com

Commentaires