Je le sais, si vous dites aux gens que vous conduisez un Toyota Tacoma, ils vous prendront pour une demie portion, pas pour un vrai conducteur de camion. Il faut dire que les anciennes générations de cette camionnette avaient leur propre définition de petit format, et de la silhouette passe-partout.

À LIRE AUSSI: Savez-vous conduire en hiver?

Ce qui n’est plus le cas, loin de là. La nouvelle camionnette Tacoma propose désormais une personnalité plus virile que jamais. Plus gros, plus massif et surtout plus capable en matière de possibilité de travail, le petit camion a pris du volume et du galon, au point de devenir un très sérieux concurrent des nouveaux Colorado et Canyon de GM.

 

Un look plus affirmé

La silhouette est plus massive, plus imposante. Le nouveau Tacoma affiche une calandre plus marquée, un capot plus allongé et des blocs optiques modernes et efficaces. On a aussi élargi les passages de roue, permettant une assise plus stable et une allure plus athlétique.

L’habitacle subit lui aussi des changements qui, soyons sérieux, sont les bienvenus. Les sièges, par exemple, sont désormais plus confortables et offrent un bien meilleur support que tout ce que Toyota nous avait offert à ce jour dans une camionnette.

Mais c’est la planche de bord qui lui donne son look éclatant. Ses cadrans sont à affichage numériques (mais ils simulent à merveille l’affichage traditionnel), et au centre de la console se loge un écran de grande dimension abritant toutes les fonctions multimédia et de confort nécessaires. Écran tactile de surcroit, qui permet de tout manipuler du bout des doigts, ce qui s’avère toutefois un défi sur les routes moins régulières, gracieuseté de la suspension sautillante de la camionnette. On risque donc de se retrouver avec un poste de musique country, au moment où on tentait d’opter pour notre musique préférée.

Il faut aussi savoir que le système multimédia n’est pas aussi intuitif qu’on le souhaiterait, mais que l’habitude se créé rapidement.

Mécanique intéressante

La vraie nouveauté, c’est le moteur de ce Tacoma, conçu pour une économie maximale. Ainsi, le Tacoma est aussi livrable avec une nouvelle motorisation à six cylindres de 3,5 litres à cycle Atkinson (278 chevaux et 265 livres-pied de couple). Ce qui ne vous dit peut-être rien, mais sachez que le couple maximal du petit camion est plus difficile à atteindre.

Om peine donc un peu à atteindre tous les objectifs d’accélération, et il faut jouer du levier de transmission en mode manuel pour obtenir toute la puissance voulue. Malgré tout, et bien que les reprises soient un peu laborieuses, le Tacoma s’est avéré remarquablement confortable sur autoroute. Allez comprendre.

Autre bon point, le Tacoma a définitivement un héritage de baroudeur. Son rouage intégral verrouillable permet de se promener hors route dans hésitation aucune, et sa nouvelle garde au sol surélevée de 91 mm contribue à ce plaisir. Notre version d’essai, la TRD, était équipée d’un sélecteur multi terrain qui permet au véhicule de mieux s’adapter au type de situation à laquelle il doit faire face.

Toyota a aussi intégré une commande de marche lente (Crawl Control) qui permet au conducteur de laisser la voiture gérer l’accélération et le freinage lors de manœuvres hors-route plus difficiles.

Plus viril, plus efficace et avec une mécanique plus moderne… le Tacoma ne fera plus sourire ses rivaux qui doivent sérieusement commencer à le craindre.

 

Êtes-vous plutôt camionnette ou VUS?

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Le top 10 des voitures extravagantes de Los Angeles

Source(s) image(s):
VUSmag.com

Commentaires