BORNES ÉLECTRIQUES

Lorsque Subaru a présenté en 2012 son XV Crosstrek, nous étions loin de nous douter que le modèle ferait partie du segment le plus discuté de l’industrie automobile trois ans plus tard.

LIRE AUSSI: Savez-vous conduire en hiver?

Ce segment, c’est celui des VUS sous-compacts, et aujourd’hui, il compte plusieurs nouveautés dont le Mazda CX-3, le Honda HR-V, le Jeep Renegade et le Fiat 500X, tous introduits cette année. Cette catégorie regroupe des véhicules plus utilitaires qu’une simple berline, mais qui demeurent compacts et agréables à utiliser en ville.

Ce sont des VUS adaptés aux besoins de la population qui, il faut bien l’admettre, privilégie l’économie de carburant et un peu plus d’espace de chargement que la moyenne, sans pour autant vouloir s’aventurer profondément dans la forêt.

C’est à ces gens que s’adresse le Crosstrek, mais contrairement à plusieurs compétiteurs, il saura vous mener loin des sentiers battus si vous le désirez. Il offre également d’autres avantages sur lesquels je vais élaborer sous peu, des avantages qui proviennent du fait qu’en réalité, le Crosstrek est à mi-chemin entre les VUS sous-compacts et compacts. J’y reviendrai.

Vous aurez  remarqué qu’on l’appelle uniquement Crosstrek en 2016, le « XV » ayant pris le bord comme on dit. Ce changement de nomenclature est probablement la modification la plus remarquable apportée au véhicule.

Oui il y a bien eu quelques changements au niveau des phares, du pare-chocs avant et des jantes, mais entre vous et moi c’est pas mal le Crosstrek que l’on connait. Mentionnons cependant qu’il y a une nouvelle couleur, un bleu assez remarquable baptisé Bleu Hyper, et que l’habitacle affiche désormais des surpiqures oranges ici et là, un clin d’œil à la couleur de carrosserie orange tangerine offerte sur le XV Crosstrek au moment de son lancement.

Sous le capot, rien ne bouge. Nous avons encore droit à un moteur quatre-cylindres de 2,0 litres développant 148 chevaux et 145 lb-pi de couple. Ce moteur peut être jumelé à une boîte automatique à variation continue (CVT) en option, ou livré de série et attaché à une boîte manuelle à cinq rapports. La première, l’automatique, fonctionne à merveille, particulièrement pour une CVT. En pleine accélération, elle simule même les changements de rapports. Ce petit détail permet d’éviter le manque de sensation généralement associé à une boîte à variation continue. Du côté de la manuelle, j’aurais aimé un rapport de plus.

En termes d’économie de carburant, le Crosstrek n’a rien à envier aux autres modèles du segment, en plus d’offrir une version hybride ce que ses concurrents n’ont pas. C’est le cas également sur le plan de la sécurité alors que le petit VUS de Subaru propose en option le système Eyesight, l’ensemble de systèmes de sécurité actifs le plus poussé de la catégorie.

Je mentionnais plus tôt que le Subaru Crosstrek 2016 chevauche deux segments, celui des VUS sous-compacts et des compacts. Concrètement, cela signifie un prix de départ de 24 995 $ avant taxes et frais de préparation, un montant qui se compare à ses rivaux sous-compacts équipés de la traction intégrale (de série, évidemment, sur le Subaru) et qui est plus abordable qu’un VUS compact à quatre roues motrices.

Il offre plus d’espace, notamment dans le coffre et pour les jambes à l’avant, que la plupart des VUS urbains, mais l’espace de chargement ne se compare pas aux utilitaires compacts. Il peut également tirer jusqu’à 1 500 livres alors que la plupart de ses rivaux offerts à prix équivalent ne peuvent pas remorquer de charge du tout. Il n’y a que le Renegade qui peut faire mieux. Puis, il offre une garde au sol de 220 mm, plus que la majorité de ses compétiteurs.

Il est donc plus robuste, plus passe-partout qu’un Honda HR-V, un Nissan Juke ou un Mazda CX-3. Sur la route, il se comporte comme une voiture cependant, offrant une position de conduite qui ne diffère pas tellement d’une Impreza, et un comportement routier suffisamment dynamique pour plaire à ceux et celles qui désirent ressentir un peu la conduite. Seul réel défaut, il est un peu bruyant.

Le Subaru Crosstrek 2016 s’est perdu un peu cette année dans la foulée des nouveautés du segment. Il demeure cependant un compétiteur important et un modèle qui a beaucoup à offrir. Comme discuté précédemment, il se démarque de par ses capacités hors route plus intéressantes et ses technologies de sécurité actives.

Source: EcoloAuto.com

Il brille peut-être un peu moins que les plus récents modèles de la catégorie, mais il se doit d’être considéré. 

 

Vous avez aimé cet article? Consultez également celui-ci:

Savez-vous conduire en hiver?

 

 

Source(s) image(s):
EcoloAuto.com

Commentaires