BORNES ÉLECTRIQUES

Quand nous sommes arrivés en Autriche pour conduire le Mercedes-Benz GLS, ce grand utilitaire du constructeur allemand, j’avais quelques appréhensions. Bien sûr, je connaissais son ancienne version, le GL, mais je m’interrogeais quand même sur certains éléments, comme la conduite et la maniabilité. Le tangage et le roulis du poids imposant du véhicule peuvent rendre la conduite exigeante, comme si le véhicule avait une vie propre.

À LIRE AUSSI: Essai Subaru Crosstrek 2016 : moins nouveau, mais toujours intéressant

 

Évidemment, je m’attendais à une expérience haut de gamme en termes de confort et de qualité, points sur lequel je n’ai pas été déçu. Après tout, le  "S" dans le "GLS" signifie son statut comme un véhicule haut de gamme de luxe, et rejoint ainsi la Classe S du même manufacturier.

Pour favoriser l'esprit de luxe des GLS, le lieu d'essai tyrolien était approprié. Le plus récent film de James Bond 007, SPECTRE, a été tourné sur une partie de notre route. Je ne me suis pas pris pour l’agent secret, mais il est vrai que le GLS a quelque chose d’aristocratique qui plairait bien au meilleur espion du monde.

Pour une Mercedes gigantesque, il est étonnamment facile à conduire. En mode confort sur les routes normales, il se glisse sans effort. L'aide à la conduite est assez transparente dans toutes les conditions, et les suspensions font un excellent travail pour maitriser le roulis inévitable avec un VUS de plus de 2 mètres de hauteur.

Même dans les collines, la transmission fait un excellent travail, enfilant les changements de rapport sans jamais hésiter, et appuyant avec aisance la vélocité de notre petite motorisation diesel (car nous étions à ce moment au volant de la version GLS350d).

 En mode Sport, les choses deviennent encore mieux. La direction est agréable mais peu communicative, et on aurait espéré un peu plus de sensations. Malgré tout, elle maintient la bête dans la bonne direction, peu importe les conditions.

En plus de dominer les routes qui traversent les bourgades typiquement tyroliennes, nous avons eu l'occasion de conduire un col de montagne fermée, étouffée dans de la glace et de la neige au-dessus du village de Hochgurgl.

En complément des modes individuels, Sport et Confort, le GLS est équipé d'un mode Slippery pour seulement ces occasions. La voiture facilement abordé épingles et descentes sans difficultés.

Alors que la GLS ne peut pas ressembler beaucoup plus qu'une légère refonte de la GL, le SUV nouvellement nommé est bien exécuté. Il est indéniablement majestueux mais capable de toutes les démarches, peu importe les conditions.

Au Canada, il faudra attendre en mars pour avoir la première version, la diesel. Puis s’ajouteront les GLS 450, 550 et AMG dont les puissances seront dévoilées plus tard.

Sachez seulement que le grand GLS a bien franchi le pas : il est capable d’accueillir 7 passagers dans un confort et luxe digne de sa réputation.

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

Pneus d’hiver : Pirelli FR, ou la performance sur glace

Source(s) image(s):
Luxurycarmagazine.com

Commentaires