BORNES ÉLECTRIQUES

La fin de l’année approche et le début d’une autre se pointe immanquablement avec son lot de traditions. Par contre, d’autres n’y voient rien d’autre qu’un party ordinaire, une occasion comme une autre pour lever le coude et voir de la parenté. Qu’en est-il pour vous? Connaissez-vous quelques traditions du Jour de l’An (québécoises ou canadiennes-françaises) et y en a-t-il que vous mettez en pratique, qui comptent pour vous? En voici quelques-unes pour vous inspirer.

À LIRE AUSSI : 6 voitures qui disparaîtront bientôt

1. L’esprit folklorique : Pour bien des gens, le Jour de l’An rime avec ce qu’il y a de plus folklorique. On y écoute de la musique traditionnelle de rigodons et de sets carrés tout en tapant des mains (je ne me tanne pas d’écouter la Bottine Souriante ou le vieille album de « Soirée québécoise » avec le Père Gédéon, Ovila Légaré, Murielle Millard, etc.). C’est aussi l’occasion de se remémorer nos meilleurs contes du terroir avec à l’honneur la Chasse-galerie et autres contes et légendes.

2. La bénédiction paternelle : cette tradition est la plus menacée de disparition. Avec la baisse de la pratique religieuse, bien peu de famille s’y prête encore. Pourtant, il y a encore quelques décennies à peine, on voulait commencer l’année du bon pied en recevant du père de famille ou du patriarche sa bénédiction solennelle le matin du Jour de l’An. On croyait qu’un p’tit coup de pouce d’en-haut ne nuisait pas… C’était aussi un moment empreint de respect pour l’autorité paternelle et propice à la réconciliation et au pardon.

3. Les étrennes : autrefois, les cadeaux ne se donnaient pas à Noël comme aujourd’hui. Ce changement dans la tradition est attribuable à l’apparition dans nos maisons du Père Noël et le mercantilisme capitaliste américain. Avant la Seconde Guerre mondiale, les étrennes, ou cadeaux, se donnaient le matin du Jour de l’An avant d’aller à la messe. Certaines familles s’échangent encore des cadeaux cette journée-là, mais on ne retrouve plus seulement une orange au fond d’un bas!

4. Le décompte : pour le meilleur ou pour le pire on dit au revoir à l’année qui se termine et on accueille la nouvelle avec les plus grandes espérances pour la nouvelle. Dans les derniers instants de l’année qui s’achève, il est pas mal répandu d’égrainer les dernières secondes avant minuit, comme si nous étions pour ressentir le passage d’une année à une autre de façon spéciale. Le fait de faire ce décompte à rebours augmente d’autant l’importance du moment.

5. Les souhaits de Bonne Année : après le décompte vient finalement la Nouvelle Année avec la tournée des becs et poignées de main à tous ceux présents à la veillée. On se souhaite alors le meilleur pour la prochaine année : « …du succès dans tes études, la santé, le bonheur pis l’paradis à la fin des tes jours! » C’est souvent à travers les souhaits de Bonne Année que s’est ajoutée une autre tradition du Jour de l’An : les résolutions! On en profite pour se fixer un objectif à atteindre comme se trouver une nouvelle job, arrêter de fumer, trouver l’Amour… et certains ont les mêmes résolutions d’années en années, preuve que c’est du « sérieux douteux »…

6. Le Bye!Bye!: Devenu un incontournable depuis maintenant plus de quarante ans, les fameux Bye!Bye! à Radio-Canada sont une tradition bien implantée. Qu’ils soient bons ou mauvais, cette revue de l’année humoristique égaye nos soirées du Jour de l’An.

Qu’on soit traditionnel ou simplement de type party simplement, le Jour de l’An est une fête qui ne perd pas en popularité. Chacun a dans son entourage ou dans sa famille des traditions qui se perpétuent. Bonne Année 2016 à tous!

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Non, le Père Noël n’est pas une création de Coca-Cola!

 

Liens :

www.larevue.qc.ca

bv.cdeacf.ca

rdaq.banq.qc.ca

Commentaires