Même s’il est l’un des pires criminels de l’histoire, Jack l’Éventreur fait partie de la culture populaire. Sa légende est telle que dans un jeu prenant place dans le Londres du 19e siècle, il était difficile de ne pas lui faire une place. C’est donc dans cette première expansion du jeu Assassin’s Creed Syndicate qu’Ubisoft vous invite à pourchasser ce sinistre tueur en série à travers des mécaniques classiques et parfois dysfonctionnelles !

À LIRE AUSSI: Test du jeu Assassin's Creed Syndicate - De retour sur les rails !

 

Jack et les Assassins

Lorsqu’il est question de Jack l’Éventreur, le scénario de l’expansion est assez réussi. Il parvient à nous garder suffisamment en haleine en instaurant un climat sinistre digne de ce qui devait ressembler au Londres de 1888 alors que l’Éventreur frappait. Les meurtres de l’Éventreur plongent la population dans une panique totale et la police a du mal à contenir autant de personnes effrayées qui ne savent pas qui sera la prochaine personne à être découpée. À travers ses meurtres, l’Éventreur aura réussi à déstabiliser le climat social anglais et c’est ce qui est bien représenté dans cette extension.

Vous, vous vous retrouverez 20 ans après les événements d’Assassin’s Creed Syndicate. L’Éventreur menace non seulement la population londonienne, mais aussi les Assassins. Bizarrement, Jacob Frye est la seule personne connaissant l’identité du meurtrier, un secret que le tueur est bien décidé à conserver en pourchassant Jacob. Le sort de celui-ci étant un mystère, sa sœur Evie devra prendre la relève et identifier celui qui terrorise Londres afin de mettre un terme à ses massacres, élucidant au passage ce qui est arrivé à son frère jumeau.

 

Même univers, mais de nouvelles enveloppes

Le monde de l’extension est le même que celui d’Assassin’s Creed Syndicate. Enfin, presque puisque tous les quartiers du jeu ne seront pas accessibles. Spécifiquement, ce sont les districts de Whitechapel et City qui vous seront ouverts et auxquels s’ajouteront quelques nouveaux environnements le temps de missions spécifiques.

Dans ces quartiers, vous aurez à compléter des tâches et missions similaires à celles de Syndicate. Par exemple, vous devrez ouvrir de nouveaux coffres, récupérer des bugs Helix, effectuer des assassinats, résoudre des enquêtes comme celles des Dreadful Crimes, etc. La majorité des éléments sont donc les mêmes que dans Syndicate si ce n’est qu’on a remplacé l’enveloppe des tâches. Par exemple, au lieu de libérer des enfants d’usines, vous devrez secourir des prostituées de maisons closes. Et au lieu de libérer des quartiers de Templiers, vous devrez plutôt reconquérir des territoires de vos propres Rooks, maintenant à la solde de l’Éventreur.

Oui, il y a donc un sentiment de déjà-vu, mais cela ne veut pas dire que l’extension soit mauvaise. Elle est divertissante et offre une bonne histoire, mais ne propose pas de grandes surprises. Si vous avez aimé ce que vous avez retrouvé dans le jeu original, l’extension vous plaira et vice-versa. J’aurais simplement aimé que certains bogues soient corrigés, notamment au niveau de l’intelligence artificielle qui demeure encore d’une bêtise sans nom à certains moments ou qui réagit exactement selon les mêmes circonstances que dans Syndicate. Disons que ça aurait été un plus apprécié.

 

Utiliser la peur ? Bof…

Petite note en terminant concernant le nouveau système de frayeur, l’une des principales nouveautés de l’extension. L’Éventreur ayant semé la terreur à Londres, on a tenté de recréer cela en instaurant de nouvelles techniques d’épouvante qui, honnêtement, fonctionnent plus ou moins bien. Au début du jeu, alors qu’on personnifie l’Éventreur, ça cadre, mais lorsqu’on replonge dans la peau d’Evie Frye, c’est plus étrange. Et même lorsqu’on justifie la maîtrise de la frayeur d’Evie par l’entraînement qu’elle a reçu en Inde, disons qu’on y croit plus ou moins.

En gros, les techniques de frayeur vous permettront de faire peur à vos ennemis. Grosse surprise, n’est-ce pas ? Vous pourrez les apeurer et les déstabiliser avec des techniques ou bien avec un nouvel outil ressemblant à un diapason. Vous aurez même un nouvel arbre de compétences afin d’accentuer la peur que vous pourrez insuffler chez vos ennemis. L’idée est bonne, mais je me suis davantage débrouillé en utilisant les techniques classiques des Assassins plutôt que les nouvelles compétences de peur. Elles ne sont pas plus utiles que les techniques et armes que l’on a maîtrisées dans Syndicate, reléguant leur importance à un niveau secondaire.

 

Devriez-vous y jouer ?

L’extension Jack l’Éventreur est un bel ajout à Assassin’s Creed Syndicate. La dizaine d’heures qu’elle nécessite pour être complétée est plaisante si ce n’est qu’elle est inégale entre l’attrait de l’histoire et la redondance des missions. Là où elle risque de faire mal est au niveau de son poids puisqu’elle pèse quand même pas loin de 17 Go. Ce n’est pas aussi souffrant qu’un coup de couteau de l’Éventreur, mais lorsqu’on a une limite de consommation au niveau de notre bande passante, le poids de l’extension peut quand même faire mal !

 

Ce que vous aimerez :

- L’histoire derrière Jack l’Éventreur

- Le climat de peur bien représenté dans le Londres du jeu

Ce que vous n’aimerez pas :

- La redondance des missions

- Le système de frayeur plus ou moins fonctionnel et utile

- Les mêmes problèmes que Syndicate qui n’ont pas été corrigés

 

Note : 7,5 sur 10

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci:

On connaîtrait finalement l’identité de Jack l’Éventreur

Source(s) image(s):
GameRant
Geek Tyrant
PC Mag

Commentaires