BORNES ÉLECTRIQUES

Nous y sommes enfin! Le sixième tome de l’adaptation en bandes dessinées de la trilogie originale de «Millenium» est paru! Runberg signe toujours le scénario, mais pour le dessin, c’est Man, qui avait mis en image les tomes 3 et 4, qui revient avec son pinceau.

Si vous aviez lu mes critiques des tomes 3 et 4, vous vous rappelez peut-être que j’avais moins apprécié le coup de crayon du dessinateur espagnol. Je préférais celui de Homs, l’illustrateur des deux premiers chapitres. 

Je ne sais pas si c’est parce qu’il a réussi à donner un peu plus de relief à ses dessins, mais Man a réussi à me charmer avec ses images, et ce, dès la première planche. Il s’écarte du style un peu caricatural de Homs pour nous offrir un graphisme sombre, expressif et énormément détaillé. 

La mise en scène très cinématographique comporte de nombreux clins d’oeil à l’adaptation au grand écran de Daniel Alfredson. En même temps, l’illustrateur ne souhaite pas bêtement copier le film ; ce 6e tome n’est pas l’adaptation d’une adaptation. En d’autres mots, que vous ayez lu le livre ou vu le film ou fait les deux, vous vivrez une expérience différence avec cette bande dessinée. 

L’histoire, de son côté, se focalise principalement sur le procès de Lisbeth Salander qui est devenue l’ennemie numéro un de la Suède. Même si elle joue à l’indépendante, elle aura besoin de toute l’aide de Mikael Blomkvist et de sa soeur avocate pour se sortir de ce pétrin. Et elle est loin de s’aider! Lors du premier jour du procès, elle revêt le pire « costume » de punk qu’elle n’a jamais porté depuis le début de Millenium

Les antagonistes de la série jouent leur dernière carte et sont prêts à tout, même à tuer, pour faire taire Lisbeth et ses alliés. Ce désespoir de « je n’ai plus rien à perdre » donnera des scènes violentes, mais quand même moins difficiles à regarder que certaines séquences des premiers opus. 

Le volet enquête, si présent dans la série, est presque absent ici. On a plus l’impression que Mikael Blomkvist doit constamment déjouer les plans de ses ennemis. C’est comme s’il devait désamorcer une bombe qui est prête à lui exploser au visage à tout moment. 

Verdict

Véritable course contre la montre, ce dernier tome nous tient en haleine jusqu’à la toute dernière case. Runberg s’est une fois de plus surpassé, alors que Man nous étonne par un dessin inspiré qui n’a plus rien à envier ou presque à celui de Homs. 

 

Millenium, tome 6

Runberg et Man

64 pages

Dupuis

 

Cote : 4 étoiles sur 5.

Source(s) image(s):
Prologue

Commentaires