BORNES ÉLECTRIQUES

Tout ce qui montre finit par redescendre. C’est ainsi que l’on pourrait résumer les deux derniers tomes de la trilogie « Hedge Fund » de Tristan Roulot, Philippe Sabbah (scénario) et Patrick Hénaff (dessin) publiés chez Le Lombard.

Dans le premier opus, nous assistions à la progression fulgurante de Franck Carvale dans les sphères de la finance. Cet ancien petit escroc avait été recruté par un magnat de la finance pour s’occuper d’un nouveau Hedge Fund. Rapidement, le gestionnaire est devenu l’un des hommes les plus puissants de Wall Street. Trop occupé à compter ses millions, Franck n’avait pas vu qu’il n’était qu’une simple marionnette. Certes, il s’enrichissait, mais il ne pourrait jamais toucher à toute cette fortune amassée…

Dans Actifs toxiques, le second tome, Franck se retrouve au centre de la crise des subprimes, en 2007.  Il perd tous les avoirs de ses clients. Ce n’est pas la seule chose qu’il va perdre. Il va se retrouver derrière les barreaux pour avoir supposément mis sur pied une pyramide de Ponzi, c’est-à-dire pour avoir fraudé des milliers d’investisseurs.

Enfin, dans le troisième acte, La Stratégie du chaos, Franck a été emprisonné. Il ne sortira pas de son vivant… sauf s’il réussit à prouver qu’il n’est pas le véritable auteur de cette fraude! Avec l’aide d’une avocate, il va tenter de prouver que le responsable de ce désastre financier est le magnat qui l’avait recruté dans le premier tome. La tâche s’annonce très difficile. C’est que le bonhomme connait des sénateurs et d’autres responsables politiques importants. 

Difficile de ne pas faire de liens avec Le Loup de Wall Street. Le long métrage de Martin Scorsese mettait lui aussi en scène quelqu’un qui s’enrichissait sur le dos des autres. Par contre, Franck n’est pas un vrai criminel en cravate. C’est vrai qu’il est arrogant, mais il n’a pas le même profil que le personnage joué par Leonardo DiCaprio qui, lui, était un escroc pur et dur. Franck est plus un homme qui a fait preuve d’aveuglement volontaire pour faire fortune. D’une certaine façon, on arrive plus facilement à s’identifier à lui.

Ce qui surprend beaucoup dans Hedge Fund, c’est que même si le lecteur est parfois bombardé de termes financiers, il sait toujours où il s’en va. Avant d’avoir lu cette série, je n’avais jamais réellement compris ce qu’étaient les subprimes. Et après avoir lu seulement une phrase ou deux, je savais exactement ce que c’était.

Tout comme dans le premier volume, dans ces deux opus, on sent que les auteurs font des pieds et des mains pour que le lecteur comprenne véritablement la complexité du monde de la finance sans pour autant l'assommer avec des données techniques. 

En même temps, les albums conservent leur caractère ludique. On n’a pas l’impression de lire des bandes dessinées déguisées en cours de finance 101 ou vice-versa. Le récit est en effet prenant et captivant. La finale du troisième tome m’a semblé un peu « facile », mais ce n’est là que la seule faiblesse à mentionner. 

Le dessin de Patrick Hénaff est parfois austère, c’est vrai. Or, choisir un dessin plus léger ou coloré aurait dénaturé le propos. C’est strictement personnel, mais j’aurais aimé néanmoins voir un peu plus de détails dans certains personnages secondaires. 

Verdict

Avec Hedge Fund, Tristan Roulot, Philippe Sabbah et Patrick Hénaff signent un thriller financier haletant qui ne fait aucun compromis sur la qualité. Si vous voulez comprendre en peu de temps ce qu’est la crise des subprimes (tout en passant un bon moment), voici la meilleure oeuvre pour le faire!  

 

Hedge Fund, tome 2 - Actifs toxiques 

Tristan Roulot, Philippe Sabbah et Patrick Hénaff

58 pages

Le Lombard

 

Cote : 4 étoiles sur 5

 

Hedge Fund, tome 3 - La Stratégie du chaos

Tristan Roulot, Philippe Sabbah et Patrick Hénaff

58 pages

Le Lombard

 

Cote : 4 étoiles sur 5

Source(s) image(s):
Prologue

Commentaires