Tout d’abord, je tiens à dire que je suis l’une des plus grandes romantiques sur la terre. J’ai écouté pratiquement tous les films de filles et j’ai d’ailleurs pleuré sur la plupart d’entre eux. Je crois donc en l’amour véritable. Par contre, je crois aussi que chaque personne est libre de vivre et d’expérimenter à sa convenance. Pour ma part, j’ai eu un «fuck friend», car je voulais oublier. Je l’ai fait, car je ne me sentais pas prête à être seule du jour au lendemain. Je n’étais pas prête à me «caser» ni à regarder un mur, seule, en attendant de trouver l’amour à nouveau.

À LIRE AUSSI : 5 signes qu’elle aimerait vraiment que tu la pénètres

 

Je me rappelle quand on s’est rencontré. On était à une soirée où on avait beaucoup bu. Tu étais l’ami d’un gars qui était dans une association étudiante avec moi. Tu étais quand même drôle, grand et en plus, tu jouais au soccer… aimant moi-même, énormément le soccer, nous avons commencé à parler, puis tu as pris mon numéro. Quand je suis rentrée chez moi, j’ai reçu un message texte venant de toi. Tu voulais me revoir. Je me souviens avoir eu la chienne, car je venais tout juste de tomber célibataire après 4 ans de relation. Je ne cherchais rien de sérieux et surtout pas un gars trop entreprenant et intense avec moi, car je savais que tu ne serais pas «le mien». 

 

Puis, on s’est vu et tout a commencé. On s’est vu pendant près d’un mois et demi à raison de quelques fois par semaine. Pendant tout ce temps, c’était clair… on n’était pas un couple. Je me foutais pas mal de ce que tu faisais de tes journées et je n’ai jamais senti le besoin de te rendre des comptes pour quoi que ce soit. Il n’y avait pas d’amour entre nous… on s’est seulement «suffi» pendant un moment, c’est tout.

 

Je n’ai jamais parlé de toi à ma famille et je ne te l’ai d’ailleurs jamais fait rencontrer, car je n’étais pas prête à m’engager à toi. Je l’avoue, j’avais un peu honte de ce que je faisais et de moi-même. J’avais honte, car je croyais ne jamais faire ça de ma vie. Je croyais que c'était seulement les autres qui faisaient ça... mettons que je me trompais royalement!  

 

Aujourd’hui, on n'est plus amis Facebook, on ne s’est pas revu depuis près de 3 ans, mais je ne t’oublierai jamais. En fait, j’aimerais te remercier. Tu étais là quand j’en avais besoin. J’étais célibataire, je cherchais des réponses à mes questions et je tentais de passer chaque nouvelle journée avec un peu moins de tristesse que la veille. Merci, car tu m’as fait vivre une expérience étrange, riche en apprentissages, mais aussi très respectueuse. Merci d’avoir été là pour moi, alors que mon monde s’écroulait. Merci de m’avoir fait rire et de m’avoir fait passer du bon temps. Merci à toi d’avoir pansé mes blessures et d’avoir tenté de me faire sourire à nouveau. Grâce à toi, j’ai pu faire d’autres rencontres, j’ai pu te dire adieu et j’ai pu tomber amoureuse. 

 

Je me suis souvent dit que c’était toujours les autres qui avaient des «fuck friends», que ce ne serait jamais moi. Je me suis dit que c’était dégueu avoir un ami que pour du cul. Pourtant, après avoir vécu cette expérience, je peux dire qu’elle m’a été bénéfique, car elle m’a permise de me reconstruire. Je ne jugerai plus jamais ces gens qui vivent une situation comme la mienne, car maintenant, je les comprends. 

 

On ne s’aimait pas, mais on s’est «suffi» pendant un moment. On avait besoin l’un de l’autre dans un moment bien particulier de notre vie.

Et vous, quelle est votre histoire ?

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci :

Ce que j’aurais envie de dire à toutes celles qui t’ont déjà aimé

Source(s) image(s):
Weheartit

Commentaires