Il n’y a pas une année sans qu’un incident malheureux impliquant des animaux de cirques n’arrive dans le monde. Que ce soit un dompteur ou quelqu’un de la foule, un animal qui « pète sa coche » en plein spectacle, c’est pas beau tout de suite. Il y a 38 ans, une scène d’horreur se produisit chez-nous, à Rock Forest. Triste fin pour un éléphant et sa dompteuse…

À LIRE AUSSI : Stupéfiant! Écoutez la VRAIE voix d’Adolf Hitler

Le Cirque Gatini

Les cirques ont toujours exercés une fascination sur la population en présentant des numéros variés drôles avec ses clowns, spectaculaires avec ses acrobates et exotiques avec des animaux puissants et dangereux. C’est dans cet esprit que fut fondé Michel Gatien aux alentours de 1976 un cirque québécois mais ayant un nom italien (plus exotique!) qui allait faire sa première tournée en 1977 : le Cirque Gatini. La distribution comportait des artistes de partout dans le monde et l’engouement fut excellent. Au programme on retrouvait 18 attractions d’excellentes qualités de niveau mondial; dressages d’éléphants, de chevaux, acrobates, clowns… tout y était! La première saison du Cirque Gatini promettait pour l’avenir…

Éloïse Berchtold : super star de cirque

La saison 1978 s’annonçait donc prometteuse, d’autant plus que le cirque opérait maintenant à deux unités (une au Québec et l’autre, en anglais, pour l’Ontario et les Maritimes). Tout va pour le mieux et on a même la chance de voir arriver dans l’équipe une super vedette américaine de cirque, la dompteuse Eloïse Berchtold. Tous l’attendent avec impatience. Elle rejoindra le Cirque Gatini lors de son passage dans les Cantons-de-l’est à la fin d’avril 1978. Elle arrive de Woodland dans l’état de Washington en caravane avec ses fauves et félins pour produire son numéro « La paix dans la jungle » avec ses quatorze bêtes, un exploit! Puis elle enchaîne avec un numéro avec trois éléphants mâles. Les mâles sont réputés être plus difficiles à dompter, mais Éloïse est une dompteuse d’expérience.

Tragédie à Rock Forest

Après des représentations à Coaticook et Magog, c’est au tour de Rock Forest d’accueillir le cirque. Ce soir-là, le 5 mai 1978, sentant un des éléphants nerveux et voulant dominer les autres, la dompteuse décide de le laisser de côté et de ne faire un numéro qu’à deux éléphants. Malgré cela, à un moment donné le plus gros des deux, Teak, n’obéit plus aux ordres et charge Éloïse devant une foule stupéfaite, la blessant mortellement. Teak dans sa furie empêchait quiconque d’intervenir. Il fallut faire appel à un tireur d’élite de la police pour tuer Teak de 4 balles de .457. La panique causée par tout ceci fit paniquer le plus petit éléphant qui se sauva hors du chapiteau en pleine ville de Rock Forest et ce n’est qu’au bout de 16 longues heures, grâce à la venue en jet privé de son premier maître habitant aussi Woodland dans l’état de Washington, que tout se termina. Le jeune éléphant a reconnu son premier maître et lui a obéi docilement. Tout ceci s’est passé chez-nous et arrive encore aujourd’hui partout dans le monde. Pas étonnant qu’il y ait tant de groupes de pression s’opposant à l’usage d’animaux dans les cirques…

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Les parcs d’attractions légendaires du Québec

Liens :

www.nonauxcirques.qc.ca

news.google.com

burguscircus1.free.fr

Source(s) image(s):
Éléphant de cirque
Éléphant fou
Affiche cirque Gatini

Commentaires