BORNES ÉLECTRIQUES

« Un véritable chef-d’oeuvre! - Stephen King » : voici ce que l’on peut lire, en guise d'introduction, sur la jaquette du premier tome de « Wytches », la nouvelle série publiée chez Urban Comics de Scott Snyder et Jock. Et après avoir dévoré le roman graphique, je suis forcé d’admettre que je partage à 100 % les paroles du maitre de l’horreur. Cette oeuvre est magistrale!

Chez nos voisins du Sud, la compétition dans le comics est très forte, surtout quand on ne veut pas raconter une histoire avec des héros masqués en collant. Les auteurs de Wytches le disent eux-mêmes : ils ne s’attendaient pas à ce que leur série ait autant de succès. Leur premier numéro a été écoulé à sa sortie à plus de 90 000 exemplaires. C’est énorme! 

Mais pourquoi un aussi grand succès? Tout simplement parce que Snyder et Jock réinventent avec intelligence l’un des mythes les plus vieux de notre monde : les sorcières. Les auteurs transforment ces femmes aux chapeaux pointus et au nez crochu, qui ne nous font plus peur du tout de nos jours, en des bêtes épouvantables. 

Le plus drôle, c’est qu’à la base, la prémisse n’a rien de bien original. En effet, on y suit les aventures, ou plutôt les mésaventures, d’une jeune fille du nom de Sailor qui a dû changer de ville avec sa famille pour essayer de refaire sa vie, après avoir été victime d’intimidation à son ancienne école.

Les premières planches nous présentent l’adolescente qui essaie de trouver ses repères dans sa nouvelle ville et spécialement à l’école où elle tente de se faire de nouveaux amis. Puis, c’est là que tout bascule. Sailor est enlevée par de mystérieuses créatures. Son père part à sa recherche et découvrira que les sorcières existent vraiment et qu’elles sont le pire cauchemar de l’humanité.

À mesure que nous tournons les pages, nous pénétrons dans un abime toujours plus ténébreux et effroyable. Rares sont les bandes dessinées qui me font peur. Ici, j'ai cependant vraiment eu la frousse. Mais pas le genre de peur qu’on a quand on sursaute pendant qu’on regarde un film d’horreur et que le meurtrier sort de l’ombre. Non. Une peur qui semble, tel un parasite, élire domicile dans le bas de notre ventre et qui ne veut pas partir, même après qu’on ait refermé l’album. 

Le scénario contribue, bien évidemment, à forger cette frayeur. Par contre, sans le dessin troublant de Jock, le premier acte de Wytches n’aurait certainement pas le même effet. 

Verdict 

Après avoir lu ce premier tome de Wytches, vous partagerez certainement le même avis que Stephen King sur celui-ci. On espère juste que les auteurs sauront tenir la cadence dans les prochains tomes. La barre est extrêmement haute. Je n’aimerais pas être à leur place! 

 

Wytches - Tome 1

Scott Snyder et Jock

200 pages

Urban Comics 

 

Cote : 4,75 étoiles sur 5. 

 

Source(s) image(s):
Prologue

Commentaires