BORNES ÉLECTRIQUES

« Saga » est une l’une des meilleures séries américaines de comics. Ce n'est pas pour rien qu’elle a remporté entre autres le Eisner Award de la meilleure série en 2013, 2014 et 2015. Chaque nouveau numéro de ce Space Opera créé par Brian K. Vaughan (scénario) et Fiona Staples (dessin) est attendu par des milliers de fans. Grâce à Urban Comics nous pouvons découvrir en français cette superbe série. D’ailleurs, le 5e tome est arrivé récemment dans les librairies du Québec.

Ça faisait plusieurs jours que l’album trainait sur mon bureau avec d’autres livres à lire. Chaque soir, je lui jetais un coup d’oeil, mais je n’osais le manipuler, préférant prendre à la place un autre livre de ma pile. Je ne le boudais pas. Non. Je me gardais simplement le meilleur pour la fin. Et disons que je n’ai pas été déçu. 

Marko y cherche toujours sa fille Hazel et sa femme Alana. Les deux ont été enlevées par un homme de ménage extrémiste. Dans sa quête, le lunien va devoir faire équipe avec le Robot prince, son ancien ennemi. Ce dernier cherche aussi a rattrapé cet homme, car il a tué sauvagement sa femme et enlevé son héritier.

Encore une fois, nous sommes frappés par la richesse de l’univers créé par Vaughan et Staples. Saga est connu pour mettre en scène des créatures étranges et singulières. Je pensais avoir tout vu dans les derniers épisodes, mais Staples, avec un dessin toujours aussi soigné et envoûtant, trouve le moyen de nous surprendre une fois de plus. Je pense notamment à cette espèce de salamandre géante dont les testicules renferme un remède pour guérir une maladie rare…

Saga est loin d’être la première oeuvre de science-fiction à présenter des personnages étonnants. Par contre, c’est l’une des seules qui réussit à exploiter intelligemment son bestiaire. Chaque créature a sa personnalité et sa petite histoire. La dessinatrice ne s’amuse pas à illustrer un monstre à 6 pattes juste pour notre plaisir. Il a un impact réel dans le récit. 

En même temps, contrairement à bien des comics, ce cinquième tome (comme les autres, d’ailleurs) n’est pas une simple succession de scènes de bagarres violentes. Si les autres épisodes abordaient entre autres les conflits que vivent au quotidien les jeunes parents, celui-ci traite de la question des chocs post-traumatiques. Il le fait sans maladresse et sans tomber dans les clichés. Marko est, en effet, un ancien soldat qui doit vivre avec toute la violence qu’il a accumulée sur le front. Il va avoir de plus en plus de difficulté à la contrôler. Ça va donner des scènes d'une intensité digne d'un drame.

Bien sûr, Saga n’est pas le genre de bande dessinée que l’on peut attraper au vol. Si mon article vous a donné envie de découvrir ce sublime Space Opera, je vous recommande fortement de commencer par le premier tome pour en comprendre toutes les subtilités. 

Verdict 

Au final, Saga doit son succès à deux choses : un univers riche et bien exploité et un dessin assez puissant et efficace pour mettre en image ce monde haut en couleur. Et devinez quoi? Ce cinquième tome continue dans cette voie! Que demander de plus?

 

Saga, tome 5

Brian K. Vaughan (scénario) et Fiona Staples (dessin)

152 pages

Urban Comics

 

Cote : 4,5 étoiles sur 5

Source(s) image(s):
Prologue

Commentaires