Qui n’a pas rêvé d’être James Bond un jour? Moi en tout cas, je l’ai fait souvent. Oui, pour les Bond Girls et pour les martinis sans fin, mais surtout oui parce que je rêvais de conduire les superbes Aston Martin qu’il affiche dans chacun de ses films. Et la dernière Aston Martin en lice, la DB11, n’a rien pour calmer ces envies.

À LIRE AUSSI : Les 5 autos les plus chères au monde

La nouvelle Aston Martin DB11 a été officiellement présentée au public en mars dernier, à l’occasion du salon international de l’auto de Genève. Mais elle vient de faire son apparition en sol québécois, chez Aston Martin Montréal. Et elle a tout ce qu’il faut pour impressionner.

D’une part, elle affiche un style plus affirmé que jamais, avec une calandre redessinée, une grille plus large mais toujours conservant le style propre à la marque et la présence de projecteurs DEL profilés.

Ce qui impressionne cependant, c’est la ligne de toit tout en douceur qui s’étire dans à-coups de l’arrière de l’auto jusqu’au pilier A.

Dans l’habitacle, ce 2+2 présente, comme il se doit, des places arrière symboliques, mais des sièges pour les occupants avant qui sont dignes de mention, et dotés d’une exceptionnelle finition. La qualité du cuir et des boiseries est spectaculaire. Mais parce qu’il n’existe pas véritablement d’Aston Martin DB11, l’unité en exposition ne donne qu’un bref aperçu des possibilités quasi infinies de sélection.

Sous le capot, un moteur 5,2 litres V12 de 600 chevaux, doublé d’une boite automatique 8 vitesses, permet d’atteindre les 100 kilomètres à l’heure en moins de 4 secondes.

Quant au prix, il est à l’avenant : 275 000$ pour l’édition de lancement qui comprend quelques options supplémentaires, et 250 000$ pour l’édition régulière.

Appelez-moi Bond, James Bond…..

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Un nouveau roadster pour Tesla!

Source(s) image(s):
Luxurycarmagazine.com

Commentaires