BORNES ÉLECTRIQUES

En 1994, paraissait au Japon un ouvrage devenu depuis un incontournable : « Le Gourmet solitaire ». Masayuki Kusumi (scénario) et Jirô Taniguchi (dessin) nous racontaient le quotidien d’un homme qui allait dans les restaurants seul pour faire des découvertes culinaires. Des années plus tard, les auteurs nous ont enfin offert une suite à ce chef-d’œuvre : « Les Rêveries d’un gourmet solitaire ».

Contrairement à beaucoup de gens, j’aime aller au restaurant seul. Ça me permet de me concentrer sur l’essentiel : la nourriture que je déguste. Je me reconnaissais donc parfaitement dans le personnage principal.

Tout comme dans Le Gourmet solitaire, on en connait bien peu sur cet homme. On ignore ce qu’il fait exactement dans la vie (il semble être dans le commerce). On ne connait pas non plus sa famille. Tout ce que l’on sait, c’est qu’il ne supporte pas l’alcool et… adore manger!

Chaque chapitre est bâti un peu de la même façon. L’homme a un petit (ou un gros) creux et se rend dans un restaurant japonais (l’histoire se déroule au Japon, surtout à Tokyo, sauf pour un chapitre, qui se passe en France) qu’il ne connait pas. Là, il y commande souvent la spécialité de la maison et se régale!

Voilà. Ce n’est pas plus compliqué que ça. Pendant 144 pages, nous voyons un homme déguster des plats de toutes sortes. Vous aurez compris, il faut être un peu épicurien pour apprécier. C’est personnellement mon cas et je ne vous cacherai pas que j’ai trouvé cette œuvre succulente, sans mauvais jeu de mots.

Je l'ai lue juste avant le souper et je me rappelle avoir eu atrocement faim durant ma lecture. Ça m’a tellement ouvert l’appétit que j’ai dévoré comme jamais mon assiette, à l’heure du repas, même si c’était un plat que je n’appréciais pas particulièrement.

Il faut dire que Kusumi et Taniguchi ont le don d’éveiller nos papilles. Il y a le dessin en noir et blanc d’une grande efficacité, mais il y a aussi le texte qui joue avec nos sens. Le héros décrit chaque plat avec un souci du détail étonnant qui nous donne chaque fois l’eau à la bouche (sans non plus nous assommer). C’est comme si nous étions assis à sa table et que nous mangions le même repas que lui.

Verdict

Pour ceux qui connaissent peu ou pas du tout la cuisine japonaise, Les Rêveries d’un gourmet solitaire en est une excellente introduction. Au gré des dessins fabuleux et des descriptions brèves et précises, le lecteur est appelé à faire un voyage hors du commun où tous ses sens sont en éveil. Difficile, après ça, de dire que la cuisine nippone se résume aux sushis!

 

Les Rêveries d’un gourmet solitaire : l'appel des sens!

Masayuki Kusumi (scénario) et Jirô Taniguchi (dessin)

144 pages

Casterman

 

Cote : 3,5 étoiles sur 5.

 

Source(s) image(s):
Casterman

Commentaires