Au début du XIXe siècle, le Canada et ses territoires vers l’ouest comportaient d’énormes défis liés au transport en raison de son étendu sur la moitié du continent nord-américain. Les hommes comme la marchandise se déplaçaient avec une extrême lenteur et au coût d’énormes efforts. Mais la révolution industrielle apporta un développement technologique dont la machine à vapeur est issue. De cette machine naîtra l’outil qui permettra la naissance du futur Canada; le train. Le 21 juillet prochain, le train aura 180 ans au Canada!

À LIRE AUSSI : 13 appareils ménagers vintage de l’ancien temps

Naissance du train

Le premier train à vapeur au monde a été inventé sans trop de surprise en Angleterre. Pays le plus puissant du monde et économiquement en avance sur tous les autres grâce à la Révolution industrielle, la Grande-Bretagne revendique en effet la mise en service du premier train au monde en 1830. Ce train circulant sur une voie ferrée sera inauguré en 1830 et reliera les villes de Liverpool et de Manchester. Cette nouvelle se répandit partout dans le monde, jusque dans les colonies britanniques, y compris le Bas-Canada.

Un projet qui excite le Bas-Canada

Rapidement, des hommes d’affaires montréalais avec à leur tête des hommes comme Peter McGill et John Molson mirent sur pied en 1832 la première compagnie de chemin de fer au Canada. On décida de déterminer un tracé pour le chemin de fer et on commanda une locomotive à New Castle en Angleterre. Le tracé qui fut choisi fut celui reliant St-Jean-sur-Richelieu et La Prairie sur les rives du St-Laurent en face de Montréal, soit une distance de 15 miles. C’est en 1836 qu’arriva finalement au port de Montréal la locomotive, une Dorchester, ce qui causa tout un émoi dans la population. Tous, passionnés ou sceptiques, voulaient voir le monstre de fer. Il fallait toutefois la transporter sur la rive sud et la mettre en état de marche. C’était pas gagné d’avance…

Essais et inauguration

Alors qu’on apporta la Dorchester à La Prairie pour des essais techniques, le conducteur prêté par la compagnie vendeuse décida de quitter sous prétexte que son contrat n’était pas valide au Canada. Ce qui fait qu’on était pris avec un engin neuf que personne ne savait faire fonctionner. On décida, pour ne pas faire peur aux gens, de tester la locomotive de nuit et par claire de lune. Ce fut pénible mais on y arriva. La Dorchester se déplaçait sur des rails de pin 6x6 recouverts de feuilles de fer et reliés entre eux par des éclisses de fer à une vitesse maximale frôlant les 30 mile/heure!  

Le jour de l’inauguration officielle le 21 juillet 1836 fut un événement des plus attendu dans la population. 300 invités triés sur le volet feraient partie du premier trajet. Parmi ceux-ci nous retrouvons le Gouverneur-général du Bas-Canada, Lord Gosford, et Louis-Joseph Papineau qui sont assis tout près (un an avant les Troubles de 1837, ironique non?). Un autre passager connu mondialement était à bord cette journée-là : l’écrivain et dramaturge anglais Charles Dickens qui fut bien impressionné. Des toasts et des discours ont ponctué l’événement. Une nouvelle ère dans le domaine des transports au Canada était tournée. L’expansion vers l’ouest de la colonisation allait bientôt commencer.

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Qui sont les Patriotes? A-t-on vraiment besoin d’un jour férié pour leur rendre hommage?

Liens :

lequebecunehistoiredefamille.com

www.encyclopediecanadienne.ca

www.eco-train.org

Source(s) image(s):
Dorchester inauguration
Dorchester gravure
Dorchester musée

Commentaires