C’est lors du Festival de BD de Montréal que Front Froid a lancé « Réservoir », un collectif regroupant quatre œuvres courtes et autonomes, unies sous le thème de la science-fiction et plus précisément du cyberpunk.

Vive les collectifs!

J’aime les collectifs! Et particulièrement quand ils mettent de l’avant le talent d’artistes québécois. Les auteurs ayant collaboré à cet ouvrage - Frank Perrin, Sacha Ravenda, Benoit Vézina et Katherine Routhier, ainsi que Marlène Blanchette -  sont pour la plupart des habitués de Front Froid. En effet, si vous lisez Le Front, le collectif de Front Froid, vous avez probablement déjà croisé plusieurs de ces noms.

Réservoir compte 96 pages. Chaque histoire a donc plus ou moins 24 pages pour se développer. Même si le format est deux fois plus petit qu’une bande dessinée ordinaire, les bédéistes parviennent, pour chacun des quatre récits, à nous concocter un scénario solide, original et qui a du mordant.

On s’en doute, Réservoir aborde surtout des thèmes fantaisistes comme la relation entre les hommes et les robots. Cependant, sous la plupart de ces sujets, se cachent des problématiques bien actuelles. Par exemple, Bestiaire, en mettant en scène une hypothétique hiérarchie entre différentes créatures intelligentes et les humains, critique le racisme qui malheureusement est toujours présent en 2016.

Robospector, pour sa part, met en vedette un robot-superhéros. En fait, ce n’est qu’un prétexte pour se pencher sur les liens douteux qu'entretiennent les grandes entreprises et les gouvernements. On en parle beaucoup dans l’actualité présentement.

Malgré les nombreux clins d’œil à ce qui se passe actuellement sur notre planète, les œuvres de Réservoir remplissent leur mission première : nous divertir. Et c’est surtout en empruntant les codes du polar et du récit d’action et de science-fiction qu’elles y parviennent.

Le rythme est presque toujours plus rapide qu’un roman graphique. De l’autre côté, nous n’avons pas l’impression qu’on nous « garroche » des bulles et des cases. Chaque récit prend le temps qu’il faut pour mettre en place un univers cohérent. Pour être honnête, bien souvent, on n’a pas l’impression qu’on lit des mini bandes dessinées. Elles ont l'air plus longues. C’est comme si les auteurs avaient le don de ralentir le temps.

Visuellement, Réservoir est très vivant et coloré (il est en couleur et c'est Julien Paré-Sorel qui a conçu la superbe couverture). Chaque dessinateur a son style et c’est justement ça qui fait le charme de ce collectif. Certains ont un trait plus irrégulier, d’autres plus précis. Quelques-uns aiment détailler les personnages, d’autres se consacrent aux décors. Bref, il est difficile de dire quel coup de crayon est supérieur ou inférieur à l’autre. Tous ont beaucoup de talent et je n’aurais aucun problème à lire un album complet signé de leur part.

Verdict

Réservoir est un collectif qui sent le talent à plein nez! Peut-être que les auteurs ne sont pas tous des grands noms du 9e art, mais s’ils continuent comme ça, mon petit doigt me dit qu’on en verra certains signés, dans quelques années, avec les plus grandes maisons d’édition. Un must pour les amateurs de science-fiction!

 

Réservoir

Collectif

96 pages

Front Froid


Cote : 4 étoiles sur 5.

Source(s) image(s):
Front Froid

Commentaires