BORNES ÉLECTRIQUES

Les Vikings ne cessent d’inspirer les artistes, comme le prouve le nombre incalculable d’œuvres qui y sont consacrées. Bien sûr, le 9e art n’échappe pas à cette tendance. Par exemple, Isabelle Bauthian et Anne-Catherine Ott viennent tout juste de publier chez nous chez Akileos « L’Hiver », le premier tome de leur nouvelle série « Versipelle ».

L’histoire commence par un meurtre, celui de Gunnulf, le meneur de loups. L’homme a été assassiné par le jeune Harding. La raison? La peau de Versipelle. Cette relique permet à son porteur de se transformer en bête et de pouvoir contrôler les loups qui peuplent la forêt. Cependant, il faut la mériter. Ce n’est pas n’importe qui qui peut la revêtir. Et ça, Harding va l’apprendre à ses dépens. Rapidement, il va se métamorphoser en monstre incontrôlable.

Sigfred, de son côté, est le fils de Gunnulf. Il est l’un des seuls êtres au monde qui a la faculté de se transformer à sa guise en loup. Il habite seul, à l’extérieur du village. Son unique amie semble être Randi, une jeune orpheline qui est capable de parler aux esprits de la forêt. Quand il va apprendre que son père a été lâchement assassiné, il va décider d’arrêter le meurtrier avec l’aide de Randi… et des loups!

 

Inspiré d’une ancienne légende, Versipelle est bâti à la manière d’un conte sombre. La progression, comme dans bien des contes, est linéaire. On va du point A au point B sans jamais reculer. Isabelle Bauthian est d’ailleurs une habile raconteuse et sait comment captiver le lecteur.

À l'instar de la plupart des contes, les motivations des personnages sont simples : le méchant agit par jalousie, car il veut le pouvoir, tandis que le héros désire venger son papa. Par contre, en avançant dans le récit, on découvre que c’est un peu plus compliqué que ça.

En fait, la plupart des protagonistes de Versipelle sont des êtres tourmentés ou des parias qui ne sont compris par personne ou presque. Ils doivent évoluer dans un monde violent, barbare et très froid.

À ce propos, le froid et la neige sont des personnages à part entière. Anne-Catherine Ott, avec son délicat pinceau, réussit à donner du caractère et de la densité à la froideur. Son dessin 5 étoiles restitue à merveille une puissante tempête de neige ou un blizzard meurtrier. Les quelques scènes qui se déroulent à l’intérieur, près d’un feu de foyer, ont un impact encore plus important chez le lecteur. Celui-ci a vraiment l’impression qu’il se fait réchauffer les mains avant de repartir à l’aventure affronter de nouveau la basse température.

Verdict

D’apparence simple, ce premier tome de Versipelle propose une histoire beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Sans changer totalement la conception que nous avons du monde des Vikings, il nous offre un récit rafraichissant et original qui tombe rarement dans les clichés associés à cette époque, pourtant si nombreux.

 

Versipelle, tome 1 – L’Hiver

Isabelle Bauthian et Anne-Catherine Ott

64 pages

Akileos

 

Cote : 3,75 étoiles sur 5

Source(s) image(s):
Akileos

Commentaires