BORNES ÉLECTRIQUES

Ellana est l’un des personnages les plus importants de « La Quête d’Ewilan », un roman de Pierre Bottero paru en 2003. Le romancier français avait même décidé de lui consacrer, quelques années après, une trilogie. Je n’ai pour ma part jamais lu aucune œuvre de cet auteur, mais j’en avais entendu que du bien. Ça faisait d’ailleurs longtemps que je voulais me plonger dans cet univers. Quand j’ai appris que Lylian et Montse Martin venaient de publier, « Enfance » le premier tome d’une adaptation en bandes dessinées de « Ellana » chez Glénat, je me suis dit que je n’avais plus aucune excuse.

Enfance raconte la genèse d’Ellana. Nous la retrouvons alors qu’elle n’a que 5 ans. Avec ses parents et d’autres habitants, ils tentent d’aller rejoindre un campement. Sauf que tout ne se déroule pas comme prévu. Un raid de Raïs la laisse orpheline. Heureusement, elle est recueillie par Oukilip et Pilipip, deux Petits, un peuple qui habite dans la forêt et qui fait penser à un mélange entre gnome, elfe et hobbit.

À l’âge de 13 ans, l’adolescente décide de partir. Voilà maintenant des années qu’elle n’a pas revu d’humains et elle entend bien trouver des réponses à ces nombreuses questions. Elle ne sait toujours pas ce qui est exactement arrivé à ses parents. Elle va faire le voyage jusque dans une grande ville où elle va se faire de nouveaux amis.

En lisant cet album, j’avais la drôle d’impression d'avoir entre les mains une œuvre comportant des centaines de pages. Et pourtant! Elle n’en contient en réalité que 66! Au scénario, Lylian a vraiment réussi à restituer le caractère « roman », sans pour autant alourdir le propos.

Ainsi, les péripéties et les personnages secondaires sont plus nombreux que dans un album « ordinaire ». En même temps, la progression demeure naturelle et fluide. On ne doit pas sans cesse revenir en arrière pour essayer de se remémorer un nom ou un fait. Même moi (qui n'avais jamais rien lu de Pierre Bottero), je n'étais pas perdu. De toute façon, on n’a pas trop le temps de prendre des pauses. L’héroïne, espiègle à souhait, nous en fait voir de toutes les couleurs!

Je ne sais pas si le monde des romans est aussi faste et fantastique, mais j’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir celui de cette bande dessinée. On retrouve bien sûr des influences du Seigneur des anneaux et du merveilleux héroïque. Toutefois, les auteurs ont doté le récit d’assez d’éléments originaux pour lui permettre de sortir du lot. Par exemple, le bestiaire réserve quelques belles surprises.

La mise en image, quant à elle, est tout simplement sublime. Montse Martin nous offre un visuel très doux et lisse qui plait automatiquement. Tout au long de l’aventure, nos yeux se régalent en contemplant tous les détails dissimulés dans les cases. C'est magnifique.

Verdict

Ce premier tome de Ellana n’est pas une bande dessinée. C’est une épopée merveilleuse qui nous plonge dans un univers féérique et envoûtant. J’ai bien hâte de voir ce que nous réserve la suite! Qui sait? En l'attendant, je vais peut-être me procurer un roman de Pierre Bottero...

 

Ellana, tome 1 – Enfance

Lylian et Montse Martin

66 pages

Glénat

 

Cote : 3,75 étoiles sur 5

 

 

Source(s) image(s):
Hachette Canada

Commentaires