BORNES ÉLECTRIQUES

Si vous êtes amateur d’émissions jeunesse (ou que vous avez des jeunes enfants à la maison), « Les p’tits diables » vous dit probablement quelque chose. Il s’agit d’une série de dessins animés française diffusée sur Télé-Québec et Télétoon. Ce que vous ne saviez peut-être pas, c’est que cette série est une adaptation de la bande dessinée du même nom. En fait, je devrais plutôt parler DES bandes dessinées, car la série, créée en 2004 par le bédéiste français Olivier Dutto, dépasse les 20 numéros. « Le bonheur est dans le frère », le 21e album, vient d’ailleurs tout juste d’arriver dans les rayons.

Le bonheur est dans le frère ne s’écarte pas du concept qui a rendu la série si populaire ces dernières années. C’est devenu un peu sa marque de commerce avec le temps. En effet, comme les précédents opus, celui-ci met en scène les rapports compliqués qu’entretiennent Nina (surnommé « l’alien ») et son petit frère Tom (surnommé « Microbe »). Les deux ne s’aiment pas trop et s’amusent à se jouer des mauvais tours.

Autour d’eux gravitent une panoplie de personnages secondaires comme leur mère, leur père et leur chat Grippy. Cependant, dans cet album-ci, c’est surtout Francis (leur cousin diabolique) et Maëlle, la « petite amie » de Tom, qui volent la vedette. Près du tiers des gags leur est consacré.

En parlant de gags, ceux-ci évoluent souvent sur une planche, à l’instar de séries comme Game Over ou encore Grrreeny. À certains moments, Dutto sort du cadre et permet à certains chapitres de se dérouler sur quelques pages.

Il est par ailleurs bon de noter que ces gags ne sont pas totalement indépendants les uns des autres et forment un tout cohérent. On se rapproche plus d’un « vrai » album complet que d’un comic strip.

Et est-ce qu’on se bidonne pendant notre lecture? Je dirais que ce sont surtout les jeunes lecteurs ou ceux qui ont eu des frères et sœurs qui sont visés par les blagues. Je ne dis pas que les adultes ne riront pas, mais disons que c’est moins le public cible.

En revanche, tant les petits que les grands aimeront le crayon de Dutto. Ces cases sont plus travaillées (surtout en ce qui concerne les décors et certains détails) de ce qu’on a l’habitude de voir dans le domaine.

Verdict

Ce nouveau numéro de Les p’tits diables a peut-être moins de punch que d’autres albums humoristiques, mais il est sans nul doute plus dense que ces derniers. Les amateurs de la série et les jeunes passeront assurément un bon moment en sa compagnie. Plusieurs gags les feront sûrement rire!

 

Les p’tits diables, tome 21 – Le bonheur est dans le frère

Olivier Dutto

48 pages

Soleil

 

Cote : 3,5 étoiles sur 5

 

Source(s) image(s):
Hachette Canada

Commentaires