On l’a vu, on l’a aimé, il ne restait plus qu’à le conduire. Le petit multisegment d’Infiniti, le QX30, fera enfin son apparition au Canada dans quelques semaines, mais nous avons eu la chance de l’essayer un peu d’avance sur les routes de l’État de Washington.

À LIRE AUSSI : Chauffeur, à la maison avec la Rolls Royce Wraith

Il faut savoir que Infiniti a décidé de se lancer dans le créneau des multisegments de petite taille pour une bonne raison : ce segment a plus que doublé entre 2013 et 2014, doublé encore entre 2014 et 2016 et promet de grandir de plus de 50% en 2016. Vous connaissez quelqu’un qui voudrait passer à côté d’une telle occasion?

 La venue de Infiniti dans ce segment n’est pas totalement étrangère non plus à la signature d’un partenariat avec Mercedes-Benz. C’est donc en se basant sur le petit Mercedes-Benz GLA que Infiniti a réalisé son QX30.

Moteur connu

Vous comprendrez alors que la mécanique n’est pas exactement nouvelle. Sous le capot, le petit véhicule abrite un moteur 4 cylindres de 208 chevaux et de 258 livres-pied de couple, jumelé à une transmission automatique à double embrayage et à 7 vitesses. Lisez rapidement la fiche technique de la GLA, et vous y trouverez de sérieuses similitudes.

Même chose pour le châssis, et les autres composantes mécaniques, toutes développées dans le cadre de ce partenariat. Mais il y a un mais, et il est d’importance. Toutes ces composantes, même si à la base elles sont d’inspiration germanique, sont pourtant remaniées pour coller davantage à la personnalité de Infiniti, en l’affublant d’un comportement plus sportif. On dit par exemple que la réponse de la pédale d’accélérateur, les suspensions et la transmission ont été modulées spécifiquement pour le constructeur japonais.

Mais bon, pour m’en convaincre, j’aurais sans doute dû conduire les deux véhicules l’un à la suite de l’autre, mais je suis bien prêt à accorder le bénéfice du doute à Infiniti. Il est vrai que les accélérations sont plus nerveuses, et les suspensions semblent fournir une randonnée un peu plus sèche que dans le cas de la germanique version, alors je suis bien prêt à leur accorder cette précision.

Tout est style

La véritable beauté du Infiniti QX30 cependant résident dans son style. La silhouette est raffinée, la portion avant, toute Infiniti, a du charme et de la présence, et la qualité de l’habitacle est aussi à la hauteur.

La planche de bord avec ses surpiqures procurent une sensation de solidité, alors que l’écran multimédia (ok, je déteste encore les molettes de contrôles mais je devrai bien m’y faire un jour) semble mieux intégré dans l’ensemble.

L’espace intérieur est limite pour les passagers, notamment en matière de hauteur alors que moi, qui ne suis pourtant pas un modèle dans ce sens, avait la sensation d’être un peu trop près du plafond. Heureusement, l’espace de chargement est petit (taille du véhicule oblige) mais adéquat et constitue même un sommet dans la catégorie.

Le bémol : le bruit de roulement, fort présent sur la version AWD mais beaucoup moins sur la version Sport doté de pneus de 19 pouces, une conduite correcte mais qui n’a rien d’exaltante, et un prix qui se fait attendre.

 

Si le Infiniti QX30 affiche une facture intéressante, il a cependant tout ce qu’il faut pour devenir le succès de la famille.

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Au Québec, une auto est volée chaque 15 minutes

Source(s) image(s):
Guidedelauto

Commentaires