M. Choc, l’ennemi de Tif et Tondu, est de retour dans un deuxième tome encore plus ténébreux que le premier. Dans celui-ci, le lecteur découvre presque qui se cache réellement sous cet étrange heaume de chevalier.

Si on ne voit pas totalement le visage de ce vilain, on en apprend en tout cas beaucoup sur son passé. Le récit de Colman (scénario) et Maltaite (dessin) alterne brillamment entre deux époques : la jeunesse de l'antagoniste en 1934 et son âge adulte, en 1955.

Seul au monde, le jeune Choc se fera recueillir au début des années 30 par une bande de jeunes bandits qui commettent des larcins et autres petits crimes. Ce sera en quelque sorte son introduction au monde criminel. Il se fera des amis proches et des ennemis.

Presque 20 ans plus tard, nous retrouvons un homme complètement changé. Le fringant jeune homme qu’il était s’est transformé en un être cruel et sans scrupule. À l’instar de Dark Vador, personne n’a jamais vu qui se cachait sous le masque. Et c’est justement cette particularité qui inspire la curiosité et la peur des personnages de la bande dessinée et... également du lecteur!

Maltaite, avec un style rétro très agréable pour les yeux (attendez de voir les scènes de foule qui sont de véritables explosions de détails), sait en même temps garder notre attention tout au long de l’aventure. Il n’hésite pas à nous montrer l’homme de dos, sans casque ou encore couché sur un lit, mais avec de l’ombre sur le visage. On dirait cependant que chaque fois, on s’approche un peu plus de la vérité. Mon petit doigt me dit qu’on verra peut-être finalement le vrai visage de Choc dans le prochain épisode… ou pas!

Il faut dire que le sujet est assez délicat. D’abord parce que chaque lecteur a sa petite idée de ce qui se cache derrière le masque. C’est sûr que le dessinateur ne pourra pas contenter tout le monde. Il y a aura des fans déçus. Ensuite, une fois le mystère levé, l’intérêt pour la série baissera sûrement un peu. Mais bon, j’ai quand même confiance dans les talents des auteurs et je suis presque sûr qu’ils ne nous décevront pas!   

Si les flashbacks de 1934 sont les moments les plus intéressants de ce second tome, l’époque de 1955 vaut aussi le détour. Elle prend la forme d’une enquête policière. Elle est plaisante à suivre, quoiqu’il manque un peu d’action à mon goût. En effet, deux policiers tentent de démasquer Choc, mais, à l’instar de Fantômas, n’y parviennent jamais.

Verdict

Cette deuxième partie de Les fantômes de Knightgrave continue dans la lignée du premier opus. On dévore chaque page en étant habité par un singulier mélange de peur et d’excitation. Espérons que l’attente ne soit pas trop longue pour le troisième tome!

 

Choc, Les fantômes de Knightgrave (deuxième partie) 

Colman (scénario) et Maltaite (dessin)

88 pages

Dupuis

 

Cote : 3,75 étoiles sur 5

 

Source(s) image(s):
Dupuis

Commentaires