BORNES ÉLECTRIQUES

C’est en 1968 que paraissait « Astérix aux Jeux olympiques », le 12e album de cette merveilleuse série réalisée par René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin). Pour célébrer les Jeux olympiques de Rio de 2016 (qui sont maintenant terminés), Hachette a sorti une édition spéciale de ce mythique album.

Si vous avez déjà lu l’album, vous connaissez déjà sûrement l’histoire. Astérix et Obélix font le voyage jusqu’à Olympie en Grèce pour participer aux Jeux olympiques. Tous les Gaulois de sexe masculin ont décidé de les accompagner.

Rendus là-bas, nos deux comparses sont surpris de voir que l’utilisation de la potion magique y est interdite. Les athlètes n’ont pas le droit de se droguer (tout comme en 2016…)!

Astérix et Obélix vont alors devoir trouver une solution pour réussir à monter sur la première place du podium sans « tricher ».

Et que serait un album d'Astérix sans les Romains? Heureusement, ceux-ci sont toujours présents, mais les combats entre les deux factions prennent une tournure intéressante. Après tout, la violence n’est pas permise durant les Jeux olympiques! C’est plutôt dans les stades qu’ils vont s’affronter.

Un classique

Personnellement, j’ai toujours aimé cet album, car il montre un côté un peu méconnu des Gaulois. Ici, on découvre que même sans leur fameuse potion magique, les Gaulois sont capables de terrasser leurs adversaires.

Visuellement, Astérix aux Jeux olympiques est également l’un des plus réussis. Uderzo surprend dans ses reproductions de temples grecs. Ils ont l’air sortis tout droit d’une bande dessinée plus sérieuse, tant ils sont crédibles et fidèles.

Mais est-ce que cet album vaut la peine d’être acheté même si on l’a lu 200 fois? Je dirais probablement que oui, surtout si on est un grand fan.

En effet, l’intérêt de cette édition spéciale réside surtout dans son dossier inédit de 16 pages riche en informations de toutes sortes et en images. En plus d’en apprendre un peu plus sur la genèse de cet épisode, nous retrouvons des copies de planches originales encrées par Uderzo, des feuillets de notes sur feuilles quadrillées de Goscinny, des pages du scénario original et même la couverture de l’un des livres qui a inspiré les auteurs.

À la lecture de ce dossier, on réalise que même si les albums d’Astérix sont comiques, il y a un grand travail de recherche fait en amont.

Verdict

Au final, cette édition spéciale de Astérix aux Jeux olympiques plaira à deux catégories de lecteurs. D’abord, à ceux qui ont grandi avec les aventures des Gaulois et qui cherchent quelque chose de nouveau à se mettre sous la dent et, ensuite, aux nouveaux lecteurs qui en sont à leur toute première lecture d’un album d’Astérix. Que vous vous classiez dans l’un ou l’autre de ces groupes, vous ne regretterez probablement pas votre achat.

 

Astérix aux Jeux olympiques – Édition spéciale

René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin)

64 pages

Hachette

 

Cote : 4 étoiles sur 5

 

Source(s) image(s):
Hachette Canada

Commentaires