Avec les réseaux sociaux et la démocratisation des technologies mobiles, les gens sont devenus accros à deux choses : leur téléphone intelligent et les buzz. Tout le monde ou presque rêve de faire la manchette ne serait-ce qu’une fraction de seconde. Avec « Éden Atomique », le premier tome de « Tokyo Ghost », Sean Murphy (dessin) et Rick Remender (scénario) nous font faire un bond de près de 75 ans dans le futur. Ils nous montrent de quoi notre monde aurait l’air si nous continuons dans la voie du viral et des plaisirs de masse.

C’est dans un Los Angeles sale et glauque que l’action se déroule. Nous sommes en 2089. La ville est gérée par un gouvernement corrompu et peu soucieux de l’extrême pauvreté qui affecte la grande majorité de sa population.

Pour éviter les révoltes et se garder au pouvoir pendant encore des siècles, ce gouvernement criminel gave sa population avec des émissions de télé débiles, de la pornographie et des vidéos virales. En fait, la plupart des gens rêvent de créer le buzz. Et dans une société qui a déjà tout vu mille fois, ça passe souvent par la violence.

Led Dent et Debbie Decay font partie des représentants des forces de l’ordre de ce gouvernement pourri jusqu’à la moelle. L’homme et la femme s’aiment… ou plutôt s’aimaient. Si Debbie n’a jamais touché aux technologies de sa vie, c’est une autre histoire pour Led. Le mastodonte est tellement drogué à la technologie qu’il porte toujours sur une lui un casque qui lui permet d’accéder à une foule de programmes simultanés en direct. Ça le coupe littéralement du monde.

Debbie rêverait de retrouver son ancien amant. Pour ce faire, elle compte se rendre à Tokyo, la seule ville encore technologiquement intacte. D’ailleurs, ça tombe bien, parce que leur parton les a envoyés en mission là-bas…

Éden Atomique est difficile à définir. Bien sûr, c’est un excellent album d’action finement mis en scène par le crayon affuté comme une lame de couteau de Rick Remender. Les scènes d’action d’une grande brutalité nous en mettent plein la vue. Le sang coule souvent à flots. Mais c'est bien plus que ça!

La bande dessinée s’inscrit en effet comme l’une des plus belles histoires d’amour modernes du roman graphique américain. Debbie tente désespérément de sortir du gouffre son amoureux. Même s’il est devenu pratiquement une loque humaine, elle espère un jour retrouver l’homme qu’elle a aimé jadis.

Finalement, et c’est ce qui permet réellement à Éden Atomique de se démarquer de la masse, le récit pose un regard critique sur notre société du buzz. Évidemment, on n’est pas rendu à l’ère où nous portons des casques de réalité virtuellement toute la journée. Par contre, à voir comment les gens sont de nos jours dépendants de leur cellulaire, ça s’en vient plus vite qu’on le croit.

En fait, l’album tente de nous faire prendre conscience qu’en passant autant de temps à regarder quelque chose de rectangulaire (pour reprendre les paroles de la fameuse chanson de Jérôme Minière), on passe à côté des meilleurs moments de notre vie. Oui, le scénariste nous fait un peu la morale, mais, le ton moralisateur ne devient jamais barbant.

Verdict

Éden Atomique n'est pas juste un excellent album d'action. C'est un roman graphique intelligent et touchant qui n'a pas peur de remettre en question les liens que nous entretenons avec Facebook, YouTube et les iPhone. Nous terminons notre lecture avec une seule question : est-ce que la culture du buzz est vraiment une bonne chose pour la société? Poser la question, c'est un peu y répondre...

 

Tokyo Ghost, tome 1 - Éden Atomique 

Sean Murphy (dessin) et Rick Remender (scénario) 

144 pages

Urban Indies

 

Cote : 4,5 étoiles sur 5

Source(s) image(s):
Prologue

Commentaires