C’est déjà la fin! Après cinq tomes, « Fairest », la série de Bill Willingham inspirée de l’univers de « Fables » (l’une des meilleures séries de comics des dernières années, à mon avis), tire sa révérence. « Des trompe-l’œil pour tous » est en effet l’ultime album.

Si les autres épisodes avaient l’habitude de se concentrer sur des personnages féminins (Cendrillon, Raiponce, la belle au bois dormant, etc.), celui-ci préfère plutôt se focaliser sur… un animal!  Mais pas n’importe lequel! Il s’agit de Goupil, un renard qui a aidé à de nombreuses reprises les héros de Fables.

Nouvellement nommé chevalier, Goupil a aussi la capacité de se transformer en humain grâce à un trompe-l’œil. Il n’est plus obligé de rester à la ferme (l’endroit où les Fables qui n’ont pas l’apparence d’humains demeurent) et peut à sa guise parcourir le monde. D’ailleurs, il va rencontrer une humaine qui lui attirera bien des ennuis.

Malheureusement, la nouvelle habileté de Goupil suscite la jalousie de ses congénères. Plusieurs aimeraient également pouvoir se transformer en homme ou en femme. Pour éviter une révolte, les autorités de Fableville décident d’organiser une loterie : cinq trompe-l’œil seront tirés parmi les non-humains. Le seul problème, c’est que certains sont prêts à tout pour remporter l’un de ces trompe-l’œil, même employer des méthodes douteuses…

À l’instar des autres épisodes ou même de la série originale, Des trompe-l’œil pour tous repose sur un univers d’une richesse inouïe. Nous croisons des dizaines de personnages provenant des contes de fées les plus populaires. Chacun est soigneusement mis en scène, de sorte que le scénario demeure constamment fluide. En d’autres mots, l’abondance de personnages ne vient jamais alourdir le propos.

Globalement, l’aventure est conventionnelle. Il y a bien quelques rebondissements, mais dans l’ensemble les surprises sont peu nombreuses. D'un autre côté, ce cinquième épisode est l’un des plus drôles de Fairest. Goupil, si rusé quand il est un renard, devient un véritable idiot sous forme humaine. C’est particulièrement comique de le voir interagir avec d’autres humains (surtout des femmes qu'il essaie de séduire) et commettre des gaffes monumentales.

Quant au visuel, celui-ci est assez classique. L’esthétique se rapproche des premiers albums de Fables sortis au début des années 2000, ce qui devrait plaire aux fans de la première heure. Russ Braun et Meghan Hetrick, les dessinateurs, n’ont pas non plus fait un simple copier-coller. Les couleurs sont par exemple plus vives et les personnages plus « vivants ». Bref, le dessin est plutôt joli.

Verdict

Si vous vous attendiez à verser une larme en terminant Des trompe-l’œil pour tous, détrompez-vous! Avec son héros haut en couleur, ce dernier album est décidément le plus rigolo de la courte histoire de Fairest. Dommage quand même que ce soit déjà fini! Je vais m’ennuyer, je ne vous le cacherai pas!

 

Fairest, tome 5 - Des trompe-l’œil pour tous 

Bill Willingham, Mark Buckingham, Russ Braun et Meghan Hetrick

160 pages

Urban Comics

 

Cote : 3,5 étoiles sur 5

Source(s) image(s):
Prologue

Commentaires