Est-ce que vous avez déjà eu le sentiment qu'il vous manquait quelque chose dans votre vie? Est-ce que vous vous êtes déjà sentie vide? Ou encore, pas nécessairement entièrement comblé par votre vie ou vos choix? Eh bien, rassurez-vous, car moi aussi ça m'est arrivé. Après ma rupture douloureuse, je me suis sentie vide et c'est pourtant cette situation difficile qui m'a permis de réaliser mon rêve de toujours : peindre.

À LIRE AUSSI : Réapprendre à sourire suite à une rupture douloureuse

C’est drôle parce qu’à l’Université j’avais été choisi en arts et en administration. Je sais, 2 programmes d’études complètement à l’opposé l’un de l’autre. Pourtant, ils représentent à la perfection les 2 côtés de ma personnalité. ;) J’ai choisi la voix de la raison et j'ai obtenu mon bac en Administration des Affaires (profil marketing). Pendant des années, j’ai refoulé mon envie de m’occuper de moi pour faire grandir les autres. Je choisissais d'ensevelir un peu plus chaque jour ma passion pour l'art pour me concentrer sur mon couple et mes projets avec lui. À ce moment de ma vie, je trouvais que c'était le meilleur choix. Avec le recul, j'ai réalisé que je mettais perdue et que c'était peut-être pour cette raison que je me sentais vide et que j'avais l'impression de porter un masque en permanence. Récemment, j’ai décidé de me choisir en premier pour une fois et de réaliser un rêve de toujours : peindre. 

Je dois l'avouer, au début, ce n'était pas facile. J'ai même senti le besoin de parler à l'une de mes collègues de travail de mes problèmes d’inspiration. J’étais figée devant mes toiles sans rien pouvoir faire. J’exprimais à ma collègue à quel point je me sentais faible et bloquée et à quel point mes anciennes relations m’avaient comme brisée intérieurement. J'avais l'impression de ne pas pouvoir y arriver, même si ce n'était que pour m'amuser. Elle m'a dit quelque chose que j'ai retenu : «Audrey, tu as peut-être un blocage, parce que tu ne vas pas bien, mais ça ne veut pas dire que la peinture n'est pas faite pour toi.» Cette phrase anodine, et pourtant forte de sens à la fois, m'a fait réfléchir et m'a permis d'apposer mes premiers coups de pinceau. Une couleur enchaînant l'autre, j'ai réussi à produire plus d'une dizaine de toiles en moins de 1 mois et demi. 

Parce que je pense à moi, je suis plus à même de dire «non» ou «oui» et de prendre soin de moi. En faisant ça, j'attire les bonnes personnes. Parce que j'ai osé et que j'ai laissé de côté ma peur et ma tristesse, j'ai rencontré une personne en particulier qui m'aide à réaliser mon rêve et qui me soutient à travers mes doutes et mes moments de peurs. Elle me pousse à aller plus loin en rendant les choses concrètes pour moi. Elle me donne le courage de persévérer dans ma passion en partageant son expérience et en m’aidant à évoluer dans ce domaine difficile. Je vous souhaite de trouver vous aussi un (ou une) ami sur qui compter qui saura prendre le temps de vous écouter et d’enlever toutes parcelles de jugement dans son discours pour ne garder que le positif des mots. 

 

Ce que j'essaie de vous dire c'est qu'après une épreuve difficile, c'est normal d'avoir peur et d'avoir mal. C'est aussi normal de pleurer, mais aussi de sourire en même temps. Par contre, ce qu'il ne faut pas oublier, c'est qui vous êtes et vos rêves de jeunesse... ce sont ces derniers qui sauront vous rendre heureux et qui guériront vos fantômes du passé. Alors, GO, GO, GO, ne lâchez pas vos rêves (même si vos doutes vous envahissent)et apprenez à sourire de nouveau à travers vos passions. <3

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci :

Pourquoi est-ce que je ne serais jamais la bonne pour toi?

Source(s) image(s):
Instagram

Commentaires