Le fleuve St-Laurent a été, et le demeure encore aujourd’hui, une véritable autoroute pour nos ancêtres comme pour les grands transporteurs maritimes internationaux de notre époque. Transportant des biens autant que des gens, bien des navires y ont péri lors de naufrages. Chaque année, de nouvelles épaves sont découvertes et d’autres sont identifiées. De véritables trésors y sont découverts!

À LIRE AUSSI : Quoi! Un U-Boat allemand découvert dans le Saguenay?

Des centaines de naufrages dans le St-Laurent

En près de 500 ans de navigation européenne sur le St-Laurent, bien des navires ont sombré dans ses eaux tumultueuses. De petits comme des gros navires reposent en effet au fond du fleuve et leur état est très variable. De ces épaves, il y en a qui représente un potentiel archéologique important avec de véritables trésors! On y trouve de la vaisselle d’époque, du mobilier, des pièces d’équipement… et bien sûr des objets de valeur comme des pièces de monnaie. Évidemment, cela a pour effet d’attirer des chasseurs de trésors illégaux qui cherchent des trésors d’or et de bijoux au lieu de s’attarder aux véritables trésor que constitue l’épave elle-même et les objets divers qu’on y découvre.

Chercheurs d’épaves ou de trésors

Ces joyaux de notre patrimoine maritime qui dort depuis des siècles au fond de l’eau est menacé par ceux que l’on appelle les chercheurs de trésors qui n’ont rien à foutre des navires, mais bien du contenu de ceux-ci. Ce sont des plongeurs sans autorisation qui remuent les débris et pillent littéralement ces biens nationaux. Ils n’ont rien à voir avec les archéologues ou les amoureux des épaves comme le réputé chasseur d’épaves Samuel Côté (qu’on peut suivre sur Historia)qui trippe à découvrir pour nous des épaves de navires oubliés depuis longtemps.

Épaves célèbres

Récemment on aurait identifié l’épave d’un navire du régime de la Nouvelle-France sur la Côte-Nord, le Sainte-Anne, coulé depuis 250 ans, mais la plus célèbre épave au fond du fleuve, c’est sans conteste l’Empress of Ireland qui a sombré corps et biens il y a plus de cent ans et qui a été pillé plusieurs fois par des pilleurs d’épaves. Tout ça bien sûr pour découvrir un super trésor qui rapportera  beaucoup, mais à quel prix? Pour protéger les cimetières marins et sites de naufrage, il y a bien sûr la Loi sur les biens culturels qui protège les épaves comme l’Empress of Ireland. Malgré cela, il faudra être vigilant car le véritable trésor, ce sont les épaves elles-mêmes!

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

L’homme qui empêcha un cataclysme nucléaire

Liens :

www.journaldequebec.com

www.tc.gc.ca

www.histoireengagee.ca

 

Source(s) image(s):
plongeur
épave

Commentaires