BORNES ÉLECTRIQUES

Je ne le dirai jamais assez : il ne faut pas juger un livre à sa couverture. C’est pourtant ce que j’ai fait avec « Ramures », une bande dessinée de Bellebrute – un duo formé de Marianne Chevalier et Vincent Gagnon - que je ne cessais de mettre à la toute fin de ma pile de livres à lire. Grave erreur de ma part! L’œuvre fait maintenant partie de mes coups de cœur de 2016!

Ramures, c’est l’histoire d’Albert, un jeune cordonnier qui a hérité du commerce de son père. De nature solitaire, les seuls contacts qu’il a avec l’extérieur se résument aux clients qui viennent le voir pour réparer leurs chaussures.

Puis, un jour, Simone entre dans sa boutique. C’est la nouvelle couturière du théâtre d’à côté. Soudainement, le jeune homme ressent un sentiment qu’il n’a jamais vécu auparavant. Serait-il amoureux? Quoi qu’il en soit, il va devenir obsédé par cette jeune femme. Il va même faire des choses qu’il n’a jamais faites auparavant juste pour lui plaire.

Tout est dans la manière

Ramures ne se démarque pas par l’originalité de son scénario. À vrai dire, c’est une histoire d’amour qu’on a tous lue ou vue des centaines de fois. On sait à peu près tous comment ça va finir. En dépit de cela, on savoure chacune des pages, comme si on ignorait ce qui allait se passer ensuite. C’est comme si ce duo d’auteurs était parvenu à réinventer une histoire d’amour aussi vieille que le monde.

Il faut dire que dès la lecture des premières planches, nous nous passionnons pour ce que vit et ressent le pauvre Albert. Quand il nous parle (c'est lui le narrateur), nous sommes littéralement suspendus à ses lèvres. Il choisit soigneusement chacun de ses mots, comme un poète le ferait en écrivant un fabuleux alexandrin. C’est presque magique.  

En même temps, l’essence du texte est très douce. Ne cherchez pas de grandes envolées lyriques : il n’y en a aucune. Malgré le fait qu’on ne force jamais la note, Ramures arrive sans problème à nous émouvoir, en particulier par sa grande sincérité. La finale, bien qu’étant prévisible, est par exemple particulièrement touchante.  

Il n’y a toutefois pas que les propos qui soient empreints de poésie. Les illustrateurs n'ont en effet pas eu peur de jouer avec les formes et les genres pour créer leur style bien à eux, lequel est tout sauf fade. Si les décors, rappellent ceux des contes de fées de notre enfance (les forêts aux couleurs singulières entre autres sont superbes), les personnages étonnent par leur originalité manifeste. 

Verdict

Grâce à une solide narration et à un dessin enchanteur, Marianne Chevalier et Vincent Gagnon signent, avec Ramures, une oeuvre remarquable. À première vue banale, cette romance surprend par la puissance des sentiments évoqués. Espérons que ce petit livre ne se perde pas dans les rayons des librairies! Ce serait vraiment dommage que les lecteurs passent à côté de cette petite perle!

 

Ramures

Marianne Chevalier et Vincent Gagnon

108 pages

Bayard

Cote : 4,25 étoiles sur 5

Source(s) image(s):
Hachette Canada

Commentaires