BORNES ÉLECTRIQUES

Malgré toutes les critiques qu'il a reçues, j'avais beaucoup aimé le premier Watch_Dogs. D'accord, certaines promesses d'Ubisoft avaient été brisées, mais globalement, j'ai passé du bon temps dans ce monde ouvert mettant l'accent sur le piratage. Aujourd'hui, la firme française nous revient avec un second opus qui, aussi paradoxal que cela puisse paraître, est à la fois extrêmement différent et similaire de son prédécesseur !

À LIRE AUSSI: Test du jeu Tom Clancy's The Division - Le futur est prometteur pour Ubisoft !

 

Disponible sur: PlayStation 4, Xbox One, PC

 

Bien moins noir que Watch_Dogs

Watch_Dogs 2 vous plonge dans la peau de Marcus Holloway, un jeune pirate informatique n'ayant rien à voir avec Aiden Pearce, le protagoniste du premier jeu. D'ailleurs, il faut faire le deuil de Pearce, Ubisoft semblant avoir relégué ce héros aux oubliettes. Au lieu de chercher à vous venger comme dans Watch_Dogs, ce second volet vous demande plutôt d'acquérir une multitude d'abonnés pour l'organisation DedSec afin de mettre un terme aux activités du conglomérat Blume, dirigé par un narcissique ultra cliché amateur de yoga.

Watch_Dogs 2 offre donc un scénario plus léger que le premier jeu. Marcus et sa bande de DedSec ne cherchent pas à venger la mort de quelqu'un comme ce qui motivait Aiden dans le premier jeu, mais bien à simplement faire réaliser au public les dangers du monde interconnecté de Blume. Le ton noir du premier jeu a donc complètement changé pour faire place à une bande de jeunes pirates un peu insouciants. Personnellement, j'aimais mieux le ton du premier jeu que l'ambiance yo full chill de ce second opus, mais ça demeure une opinion bien personelle.

Ceci dit, Watch_Dogs demeure une critique sociale intéressante, une réflexion par rapport au monde en ligne dans lequel nous sommes aujourd'hui. Tout comme dans le premier jeu, on en vient à se questionner par rapport à ce qu'on diffuse sur Internet et, ainsi, au niveau de vulnérabilité de nos informations personnelles.

 

Une mise à jour 2016

Alors que le premier Watch_Dogs était axé sur l'utilisation du téléphone intelligent pour le piratage, Watch_Dogs 2 est une mise à jour par rapport à ce qu'est devenu l'univers du Web. En fait, le jeu intègre une multitude d'éléments reflétant notamment l'importance des réseaux sociaux dans nos vies. La quête d'abonnés, qui sert tant à faire avancer l'aventure principale qu'à développer les compétences de Marcus, en est un bon exemple. Vous retrouverez aussi les selfies, les applications mobiles, l'imprimante 3D, etc. Bref, Watch_Dogs 2 représente ce qu'est devenu l'univers technologique de 2016.

Par ailleurs, ce qu'il y a de vraiment intéressant et très divertissant dans le jeu sont tous ces clins d'oeil à des phénomènes sociaux ou présents sur le Web. Chaque quête possède des éléments geek qui vous feront sourire. Ainsi, on fait allusion à Anonymous, on parodie Knight Rider et on se permet même d'infiltrer les bureaux d'Ubisoft San Francisco afin d'aller voler la bande-annonce d'un jeu inédit lors d'une quête secondaire ! Or, ma mission secondaire préférée fut sans aucun doute celle où j'ai piraté le système d'un troll pour finalement envoyer le SWAT chez lui. À mourir de rire !

 

Un style bonifié

Est-ce que Watch_Dogs 2 révolutionne le style du premier Watch_Dogs ? Non, mais il le bonifie. On nous propose un monde ouvert avec les différents quartiers de San Francisco dans lequel vous devrez pirater une multitude de systèmes et parcourir de longues distances en voiture ou en utilisant le système de déplacement rapide offert très tôt dans la campagne. Le piratage continue de s'effectuer de manière automatisée et propose différents choix  selon la situation. Par exemple, vous pourrez pirater le téléphone d'un ennemi pour qu'il vibre et ainsi le déconcentrer ou encore transformer un adversaire en cible recherchée pour la police afin d'engendrer un conflit entre les forces de l'ordre et un gang.

 

Un jeu que j'ai appris à aimer

Je dois l'avouer, au début, je n'aimais pas du tout le jeu. Les contrôles sont problématiques à différents endroits, spécialement lorsqu'on veut effectuer des sauts précis. De plus, viser quelqu'un ou un objet à pirater en particulier est difficile, le jeu ciblant automatiquement un élément selon notre position. Par ailleurs, vous verrez qu'à prime abord, San Francisco est un monde plutôt vide. Oui, il y a de la vie et beaucoup de missions à compléter ainsi que d'éléments à pirater, mais l'univers du jeu demeure très dense. Qui plus est, beaucoup d'activités s'avèrent redondantes sans être toujours agréables. Les courses sont notamment pénibles à faire, spécialement celles en ekarts puisque la vitesse maximale des bolides est limitée tandis que l'intelligence artificielle joue de façon très vicieuse par moments.

Or, c'est à force de jouer que j'ai fini par grandement apprécier Watch_Dogs 2. Plusieurs jeux à monde ouvert lui demeurent supérieurs (dont l'inébranlable Grand Theft Auto V), mais Watch_Dogs 2 possède un charme indéniable qu'on découvre à mesure qu'on améliore les habiletés de Marcus. En fait, le jeu se savoure de plus en plus alors que des habiletés sont accessibles et permettent d'ouvrir de nouvelles zones ou d'accéder à certaines portions de l'environnement. Le jeu contient un bon nombre de casse-tête fort intéressants et ingénieux mélangeant à la fois le piratage et l'utilisation de plates-formes. Lorsqu'on commence, c'est décourageant et frustrant parce que bien des éléments sont inaccessibles, mais c'est à force de jouer, d'apprivoiser les mécaniques offertes et de développer les compétences de Marcus que le jeu devient accrocheur et, en bout de ligne, recommandable.

 

Des drones au coeur de l'expérience

Parlant d'éléments intéressants, les nouveaux drones en font partie et sont au coeur de l'expérience du jeu. Ainsi, vous aurez accès à un Jumper ainsi qu'un drone volant afin de pirater des objets à distance. Certes, vous pouvez affronter vos ennemis de front, mais le jeu est vraiment conçu pour que vous atteigniez vos buts de façon furtive, notamment avec ces drones. Si vous tirez sur vos ennemis, vous verrez que non seulement Marcus n'aura pas beaucoup de vie, mais qu'en plus, cela risque d'attirer l'attention d'un gang adverse et de la police. Qui plus est, pirater des dispositifs est bien plus intéressant que de simplement tirer dans le tas.

Les drones vous serviront donc à vous faufiler ainsi qu'à garder vos distances des adversaires peuplant San Francisco. Or, je dois quand même vous dire qu'ils débalancent le jeu en ce sens que les drones peuvent devenir des appareils trop puissants, notamment en les améliorant. Une fois les drones acquis et un peu améliorés, vous verrez que bien d'autres habiletés de Marcus ne serviront à rien. Vous pourrez aisément vous faufiler et pirater des objets à distance sans grande difficulté, rendant le jeu un peu trop facile. Le système de caméra, très utilisé dans le premier jeu, s'en retrouve aussi affecté puisqu'on use davantage de nos drones que des caméras pour pirater ou encore se faufiler dans des zones sécurisées. Donc, oui, les drones sont extrêmement utiles (surtout lorsqu'il faut pirater des pare-feux et activer un réseau réparti en divers points sur une grande distance), mais leur utilité fait aussi en sorte que le jeu devient déséquilibré.

 

Beaucoup de bogues et une intelligence artificielle stupide

Petit mot en terminant sur les bogues et l'intelligence artificielle, deux problèmes bien présents au sein de Watch_Dogs 2. Au niveau des bogues, la réputation d'Ubisoft en la matière ne s'améliorera malheureusement pas. Il y a une multitude de bogues de collision faisant en sorte que des parties de notre personnage peuvent passer au travers de structures. De plus, les sauts de Marcus se font automatiquement et il arrive que ce dernier les manque carrément, ce qui peut devenir frustrant. Le jeu a d'ailleurs fait l'objet d'une risée globale alors que des personnages se sont retrouvés carrément nus en face de joueurs, un autre bogue imprévu par Ubisoft !

Quant à l'intelligence artificielle, elle est, au mieux, très moyenne. Les ennemis sont d'une bêtise incroyable par moments, étant capables de complètement nous oublier alors qu'ils nous avaient vu il y a à peine une seconde. Qui plus est, en faisant sonner leur téléphone, ce dernier sera automatiquement l'objet de toute leur concentration. Vous pourrez donc courir vers eux pour les assommer et faire autant de bruit que vous voudrez tant le faux texto que vous leur enverrez semblera important. Ainsi, vous pourrez sans cesse utiliser les mêmes tactiques pour contourner ou éliminer vos adversaires, rajoutant à la redondance de l'ensemble.

 

Devriez-vous y jouer ?

Comme je l'ai mentionné, je n'aimais pas du tout Watch_Dogs 2 lorsque je l'ai commencé. Son ton relax, son univers dense et ses divers bogues m'ont fortement déçu. Or, j'ai quand même voulu progresser en me disant qu'Ubisoft Montréal ne pouvait avoir tant raté son coup. J'ai bien fait puisque c'est à force de jouer et d'apprivoiser ses différentes mécaniques que j'ai découvert un jeu qui, au final, m'a tout bonnement accroché. Si vous lui donnez une chance, vous risquez vous aussi de tomber sous son charme difficile à percevoir à première vue.

Vous remarquerez peut-être que je n'ai pas parlé de la portion multijoueur, pourtant bien présente. Watch_Dogs 2 vous permet encore d'infiltrer des parties et même de collaborer avec d'autres joueurs pour accomplir certaines missions. Or, chaque fois que j'ai voulu jouer avec d'autres joueurs, les services d'Ubisoft semblaient éprouver des difficultés. C'est un autre élément sur lequel Ubisoft Montréal aurait dû porter une attention avant de mettre le jeu sur le marché !

 

Ce que vous aimerez:

- Les nouvelles possibilités de piratage

- La multitude d'éléments à trouver et de quêtes à accomplir

- Les innombrables clins d'oeil à la culture geek

Ce que vous n'aimerez pas:

- Les nombreux bogues

- La surpuissance des drones rendant le jeu trop facile par endroits

- Certaines activités, dont les courses en ekarts

 

Note: 8 sur 10

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci:

Test du jeu Far Cry Primal - Cri de primate !

Source(s) image(s):
PlayStation
YouTube

Commentaires