BORNES ÉLECTRIQUES

Quand on aborde l’histoire de l’aviation, on se concentre surtout sur le succès des hommes qui ont réussi à faire voler leur appareil avec souvent les moyens du bord. On oublie cependant que si on peut aujourd’hui aller n’importe où sur la planète en seulement quelques heures, c’est à cause aussi des nombreux échecs. Beaucoup d’inventeurs et de pilotes se sont blessés ou ont perdu la vie en essayant de faire voler leur engin. Alexandre Fontaine Rousseau (scénario) et Francis Desharnais (dessin) rendent hommage, dans « Les premiers aviateurs », à ces gens qui ont permis à d’autres inconsciemment d’atteindre les nuages.

Cette bande dessinée publiée aux Éditions Pow Pow raconte les tentatives ratées, au fil de l’histoire, de cinq aviateurs. Le tout commence par l’ornithoptère de Besnier en 1678 et se termine par le saut mortel de Franz Reichelt du premier étage de la tour Eiffel en 1912. À la fin, nous retrouvons un petit dossier expliquant un peu plus en détail l’histoire de ces hommes.

Il faut savoir que Les premiers aviateurs n’est pas à proprement parler un album historique, biographique ou « sérieux ». Si Alexandre Fontaine Rousseau (Les cousines vampires) prend comme base des faits réels et des thèmes forts comme la persévérance devant l’adversité et l’entêtement humain, il les détourne pour créer quelque chose de beaucoup plus léger et drôle.

Je ne pensais jamais dire ça un jour, mais voir des gens échouer, frôler la mort ou mourir, sachant que ça s’est véritablement passé, m’a bien fait rire!

Le chapitre le plus drôle est assurément celui consacré à sir Hiram Maxim. Cet Anglais a créé en 1894 une gigantesque machine à voler comportant une douzaine d’ailes. Mais ce n’est pas ça le plus comique. Le plus hilarant, c’est que son collègue et lui agissent comme de véritables douchebags. Les « Bro » et les « YOLO » fusent de plus belle quand ils discutent. 

En fait, c'est bien rare de voir des personnages adopter un langage soutenu. La plupart du temps, ils s'expriment comme des Québécois vivant en 2016...

Au crayon, Francis Desharnais ne s’écarte pas trop du style de La guerre des arts, sa précédente œuvre, toujours publiée chez Pow Pow : chaque planche présente 10 cases, lesquelles sont toutes identiques ou presque (il y a parfois quelques détails qui s’ajoutent).

Malgré le fait que le dessin soit minimaliste, il ne crée pas chez le lecteur un sentiment de redondance. Bien au contraire, il ajoute au récit du rythme et de la fluidité. Voir ces petits personnages s’élancer et s’écraser sur le sol, encore et encore, finit même par devenir jubilatoire.

Verdict

Les premiers aviateurs est un livre qui ne se prend vraiment pas au sérieux, en débit de son sujet historique et de sa couverture rétro. Si vous voulez tout apprendre des premiers pilotes d'aéronefs, il faudra aller voir ailleurs. En revanche, si vous voulez passer un agréable moment et rire de gens qui se pètent joyeusement la gueule, cette bande dessinée est tout indiquée pour vous!

 

Les premiers aviateurs

Alexandre Fontaine Rousseau (scénario) et Francis Desharnais (dessin)

116 pages

Éditions Pow Pow

 

Cote : 3,75 étoiles sur 5

Source(s) image(s):
Éditions Pow Pow

Commentaires