BORNES ÉLECTRIQUES

Il n’est pas rare que le jeu vidéo s’intéresse aux bandes dessinées. Prenez l’exemple de l’excellente série « The Wolf Among Us », développée par Telltale Games et adaptée du comics « Fables » de Bill Willingham. L’inverse est toutefois plutôt rare. Il est peu courant en effet que l’art séquentiel prenne son inspiration dans le jeu vidéo.

Le cas de Les origines, le premier tome de Batman Arkham Knight, est assez saugrenu. Il s’agit d’une bande dessinée américaine adaptée du jeu du même nom conçu par Rocksteady Studios en 2015, lequel est lui-même adapté des comics mettant en vedette le chevalier noir. Vous me suivez toujours?  

Tout ça pour dire que si vous avez joué au jeu vidéo, l’univers de Batman Arkham Knight vous semblera étrangement familier. On y retrouve la même noirceur et la même intelligence qui avaient rendu le titre célèbre à l'époque.

Le visuel, soyeux et lisse, n’a d’ailleurs rien à envier aux graphismes du jeu vidéo (ni aux autres aventures mettant en scène l’homme chauve-souris). Bien que l’aspect des personnages ne soit pas tout à fait le même, ces derniers sont facilement reconnaissables. Il n’y a que le visage de Bruce Wayne que j’ai trouvé trop « rude », voire clairement antipathique.

L’histoire vous semblera aussi très familière. Cet album se déroule peu de temps après la mort du Joker. Gotham est sens dessus dessous. Les autres vilains, comme Le Pingouin et Harley Quinn, en profitent pour étendre leur influence.

Et comme si ce n’était pas assez, un mystérieux personnage, ressemblant bizarrement à Batman, élimine, un par un, les méchants qui arpentent les rues de la ville. Sauf que contrairement à Batman, ce dernier ne les envoie pas en prison, mais directement au cimetière…

Évidemment, le lecteur ne devra pas résoudre des énigmes comme dans le jeu vidéo, mais le récit, qui tombe rarement dans la facilité, fera travailler son esprit. Tout au long de sa lecture, plusieurs questions viendront le hanter.

Ce comics traite également de thèmes peu ou pas du tout abordés dans le jeu vidéo comme le combat perpétuel qu’il y a entre Bruce Wayne et son alter ego costumé. Ces sujets apportent une certaine profondeur au scénario et lui évitent de n’être qu’un simple copier-coller du jeu. J'irais jusqu'à dire que c'est ça qui lui donne sa véritable force. Peter J. Tomasi, le scénariste, s'est vraiment forcé pour écrire une histoire qui tient la route. 

Cela dit, même si vous n'avez jamais tenu une manette de votre vie, vous trouverez votre bonheur dans ce livre. C'est vrai que vous ne comprendrez pas toutes les références, mais le fait d'avoir joué à Batman Arkham Knight n'est pas un prérequis. C'est un peu comme voir les adaptations cinématographiques de Harry Potter sans jamais avoir lu un livre de J. K. Rowling.

Verdict

Pour les fans de jeux vidéo, ce premier tome de Batman Arkham Knight est un incontournable. À la fin de leur lecture, ils trouveront d’ailleurs un code pour PlayStation 4 et Xbox One leur permettant de télécharger un costume unique pour Batman. Mais même sans ce code, Les origines demeure une lecture indispensable, et ce, que l'on soit un gamer ou pas!

 

Batman Arkham Knight, tome 1 - Les origines

Peter J. Tomasi et Viktor Bogdanovic

144 pages

Urban Comics

 

Cote : 4 étoiles sur 5

 

Source(s) image(s):
Prologue

Commentaires