Après avoir travaillé dans les dernières années sur les séries « Magasin général » et « Le grand mort », le bédéiste français Régis Loisel avait envie de se plonger dans un projet plus personnel. Ça faisait des années qu’il rêvait de rendre hommage au Mickey Mouse de Floyd Gottfredson des années 1930. Glénat lui a finalement donné carte blanche pour réaliser «Café Zombo », la première bande dessinée depuis « Peter Pan » dans laquelle il signe le scénario, le dessin et les couleurs.

Quand le capitalisme va trop loin

Nous sommes aux États-Unis en pleine Grande Dépression. Comme des millions d’autres chômeurs, Mickey et Horace se rendent de bonne heure tous les matins sur un chantier de construction dans l’espoir d’être engagés. Mais tous les jours, ils reçoivent la même réponse : on est complet.

Puis, le duo, qui en marre des refus, décide d’aller passer du bon temps avec Minnie et Clarabelle au camping de Donald. À leur retour, plusieurs jours plus tard, le groupe est stupéfait de voir que toutes les propriétés de leur petit village ont été expropriées.

Le coupable est le redoutable banquier Rock Fuller qui veut tout raser pour construire un terrain de golf. Pour s’assurer de la collaboration des villageois, il a mis au point le café Zombo qui les transforme en véritables zombies! Mickey et Horace doivent agir!

Sans dire que Café Zombo est une critique virulente de la droite, il expose assez ouvertement les dérives du capitalisme. L’action se passe dans les années 30, mais elle aurait très bien pu se dérouler en 2017. Parce que, près d’un siècle plus tard, la situation ne s’est guère améliorée dans certaines régions du monde…

Si le livré traite de thèmes sérieux, il ne renie pas les jeunes lecteurs. Ceux-ci ne comprendront peut-être pas toutes les subtilités du scénario et de l'intrigue, mais ça ne les empêchera pas de passer un bon moment.

Régis Loisel n’oublie pas en effet le côté rythmique de Mickey Mouse. Grâce au format à l’italienne (le livre est présenté à l’horizontale et non pas à la verticale comme la plupart des bandes dessinées), on a l’impression que tout va à cent milles à l'heure. Les dialogues punchés et les scènes de bagarre explosives se succèdent joyeusement, et ce, pour notre plus grand plaisir!

Le Français a d’ailleurs conservé un style graphique proche de celui de Floyd Gottfredson. Les décors sont toutefois plus travaillés (certains rappellent ceux de Magasin général) tandis que les couleurs sont plus modernes. Dans l’ensemble le dessin est cependant très joli. Seul bémol : certaines petites cases semblent avoir trop de détails, ce qui rend leur lecture un peu plus difficile.

Verdict

Café Zombo est l’œuvre d’un passionné de Mickey Mouse. Il n'y a pas de doute là-dessus. En revanche, pas besoin d'être un fin connaisseur du personnage pour apprécier cet album. Du moment où vous aimez les bandes dessinées drôles et bourrées de rebondissement, vous en aurez pour votre argent.

 

Mickey Mouse – Café Zombo 

Régis Loisel

Glénat

80 pages

 

 

Cote : 4,5 étoiles sur 5

 

Source(s) image(s):
Hachette Canada

Commentaires