BORNES ÉLECTRIQUES

Dans les dernières décennies, la Suède nous a livré plusieurs thrillers psychologiques d’envergure. Le plus connu est sans aucun doute « Millenium » de Stieg Larsson, une série qui a notamment été adaptée en bandes dessinées par Sylvain Runberg et José Homs.

Sylvain Runberg, scénariste belge, a d'ailleurs toujours aimé la littérature suédoise. À preuve, après s’être attaqué à la série de Larson, il a décidé d’adapter, cette fois-ci, avec le dessinateur Joan Urgell, une autre œuvre suédoise : Trahie de l’écrivaine Karin Alvtegen.

En 2015, je vous parlais du premier tome paru chez Dargaud. Bien que je n’avais pas été totalement convaincu, je souhaitais lire le deuxième et dernier tome de ce diptyque. Je voulais laisser la chance au coureur, comme on dit.

L’action de ce second opus reprend à peu près là où on nous avait laissés, il y a deux ans. Eva continue de se venger de son mari infidèle et de sa maitresse. Elle est prête à tout. Le pire, c’est que son pauvre mari ne soupçonne rien.

Mais le plan d’Eva risque de ne pas se passer exactement comme prévu. Jonas, un psychotique qui fait une fixation sur elle depuis le premier chapitre, se montre de plus en plus insistant. Il voit en Eva la femme de sa vie, alors qu’il ne lui a pratiquement jamais adressé la parole!

Dans le premier tome, je reprochais à Trahie d’être difficile à suivre par moment. S’il faut quelques pages pour se remettre dans le bain, ce sentiment d'égarement s'estompe entièrement après cette brève période d’adaptation commune à la plupart des suites.

J'ai plutôt trouvé ce livre d’une limpidité incroyable. Nous progressons dans le récit avec une facilité déconcertante sans jamais nous poser de questions sur le comment ou le pourquoi. On ne perd plus notre temps avec des scènes inutiles.

En fait, ce tome-ci fait vraiment plus penser à un polar suédois. Il y a du mystère, de la manipulation, des mensonges, de l’hypocrisie, et, bien sûr, du drame et de la violence! Et que dire de la finale percutante qui laisse sans voix! À elle seule, elle nous fait oublier les lacunes du premier épisode.

De son côté, Joan Urgell n’a pas trop changé son style depuis la parution du premier album. La mise en scène est toujours très aérée. On retrouve également une panoplie de cases muettes montrant des décors extérieurs (les environnements européens sont superbement restitués). Le dessin est aussi important que le texte pour faire avancer l’action.

Il n’y a que le côté « caricatural » des personnages qui semble moins présent. Les protagonistes ont plutôt l'air fatigués, voire carrément au bout du rouleau. Personnellement, j’aime bien!

J’adore également la couverture : à la fois sombre et intrigante. Elle nous donne envie de lire impérativement cette bande dessinée.

Verdict

Ce second tome de Trahie boucle bien la boucle. Sylvain Runberg est de nouveau en très grande forme! Bref, voilà une adaptation qui a quasiment le même calibre que celle de Millenium. Elle nous fait oublier dans le temps de le dire le premier tome qui était moins abouti.

 

Trahie, tome 2

Sylvain Runberg et Joan Urgell (d’après Karin Alvtegen)

Dargaud

64 pages

 

Cote : 3,75 étoiles sur 5

 

Source(s) image(s):
Prologue

Commentaires