Le printemps semble enfin s'être décidé à montrer le bout de son nez. Pour dire au revoir une bonne fois pour toutes à l'hiver, j'ai décidé de lire la délicieuse bande dessinée «Groenland Vertigo» de Hervé Tanquerelle publiée il y a quelques semaines par Casterman.

Georges Benoit-Jean est dessinateur. Il est invité à participer à une expédition danoise dans le nord-est du Groenland. Cette expédition est un peu particulière, car elle réunit à la fois une équipe de scientifiques et d'artistes. D'ailleurs, l'ultime mission de cette expédition est de monter, sur un iceberg, la dernière œuvre d'un sculpteur polémiste.

Mais avant d'atteindre le Groenland, l'expédition devra passer plusieurs jours en mer dans un bateau. Et c'est à peu près là que commence l'histoire.

Même s'il est inspiré d'une vraie expédition à laquelle l'auteur a participé en 2011, cet album fait plus penser à une aventure de Tintin qu'à une autobiographie. Comme le célèbre reporter, Georges part explorer une contrée lointaine. Et comme Tintin, il est entouré de personnages hauts en couleur.

Par contre, Tanquerelle a développé un peu plus l'aspect humoristique dans son album. J'ai beaucoup ri en lisant Groenland Vertigo, plus que dans bien des albums de Tintin. 

Il faut dire que même si le héros vit une aventure semblable à celle que pourrait vivre le vénérable journaliste belge, il n'a pas du tout son intrépidité et encore moins sa débrouillardise. Sans être une caricature complète du fameux personnage, il se met à quelques reprises les pieds dans les plats, notamment à cause de sa grande crédulité. Il passe son temps à embarquer dans toutes sortes d'histoires abracadabrantes, ce qui est assez rigolo pour le lecteur.

Tanquerelle s'inspire également pour son dessin de la ligne claire d'Hergé. Évidemment, les couleurs sont plus modernes, mais, dans l'ensemble, on ne s'écarte pas trop de ce style indémodable.

Bien que la majorité du récit se déroule dans un pays glacé, les environnements ne deviennent jamais redondants ni mornes. J'avoue toutefois que mes scènes favorites sont celles se déroulant dans le bateau d'expédition. On tombe instantanément sous le charme des nombreux détails et de l'atmosphère particulière qui règne à bord de la goélette Aurore (le nom vient du navire polaire du Capitaine Haddock dans L'Étoile mystérieuse).

Verdict

En lisant Groenland Vertigo, j'avais l'impression de retrouver un vieil ami, comme lorsque je lis un Tintin. Dès le premier chapitre, j'avais le sentiment de faire partie de l'expédition, même si je n'ai jamais mis les pieds au Groenland de toute ma vie. Bref, Tanquerelle signe ici un album impeccable à tous les niveaux! À lire impérativement, même s'il n'y a plus beaucoup de neige dans les rues.

 

Groenland Vertigo

Hervé Tanquerelle

Casterman

100 pages

 

Cote : 4,5 étoiles sur 5

Source(s) image(s):
Casterman

Commentaires