BOUTIQUE ADG
BORNES ÉLECTRIQUES

Alexander Radulov a longtemps été considéré comme le meilleur hockeyeur de la planète à ne pas évoluer dans la Ligue nationale de hockey. Il est arrivé en Amérique du Nord avec les Remparts de Québec et il a attiré les regards grâce à son talent hors pair en possession de la rondelle. Puis, il a fait un bref passage dans la Ligue américaine après avoir été sélectionné au premier tour du repêchage amateur de la LNH par les Predators de Nashville. Il a accédé au circuit Bettman par la suite pour connaître deux excellentes campagnes au niveau offensif.

Malheureusement, l’attaquant a eu le « mal du pays » et il a retraité en Russie où il a disputé les 4 saisons suivantes.

Le Russe est revenu avec les Predators au printemps 2012, mais son passage s’est soldé par un renvoi parce qu’il n’avait pas respecté le couvre-feu lors d’une soirée bien arrosée avec les frères Kostitsyn.

Radulov a poursuivi son parcours dans la KHL, en connaissant toujours autant de succès.

Au fil du temps, il s’est établi comme le meilleur attaquant de la Ligue continentale, remportant le « Bâton d’or » (joueur le plus utile) en 2009-2010, 2010-2011, 2011-2012 et 2014-2015, ainsi que le championnat des pointeurs en 2010-2011, 2011-2012 et 2014-2015 et étant sacré champion de la Coupe Gagarine en 2011.

Malgré ces honneurs, plusieurs experts et autant d’amateurs ont questionné la décision de Marc Bergevin de consentir un contrat à Alexander Radulov l’été dernier…

Dès le 24 octobre, il a marqué un filet et obtenu deux passes dans un gain de 3 à 1 du Tricolore face aux Flyers, ce qui portait la fiche du club montréalais à 5-0-1.

Radulov venait de signer sa première récolte de 3 points dans le circuit Bettman depuis le 21 janvier 2008. Après la rencontre, l’attaquant avait fait son mea culpa, admettant qu’il a fait des erreurs par le passé et qu’il était reconnaissant envers le directeur général montréalais de lui donner une autre chance d’évoluer dans la LNH:

 

 

 

Au terme du calendrier régulier, Radu avait amassé 54 points, dont 18 buts, en 76 parties, actuellement, ses 5 points en 3 parties éliminatoires le placent au second rang des pointeurs de la LNH en séries.

Mais son influence sur son club et ses coéquipiers va bien au-delà des chiffres!

Un leader positif, un joueur en mission

À chacune de ses présences sur la glace, l’attaquant joue avec le couteau entre les dents – une image un peu farfelue en ce qui le concerne – il n’hésite pas à jouer la rondelle même lorsqu’il se retrouve à genoux sur la surface de jeu, il n’abandonne jamais, il prêche par l’exemple avec son travail acharné.

Il représente parfaitement la philosophie de l’organisation montréalaise: un joueur intelligent, qui peut faire preuve de finesse, autant que de caractère, et changer l’allure d’un match en une seule présence.

Radulov n’a plus rien de l’athlète individualiste dont il avait la réputation, on le voit célébrer avec passion chaque filet marqué lorsqu’il est sur la patinoire, que ce soit le sien ou celui d’un coéquipier.

L’expérience de Radulov lui a permis de doser ses énergies tout au long du calendrier régulier et il s’est présenté en éliminatoires en pleine possession de ses moyens.

Même s’il n’arbore pas le «C» ou un «A» sur son uniforme, il est un exemple pour ses coéquipiers, l’un des vétérans du Tricolore qui dictera l’allure du tournoi printanier de son équipe!

La décision du Russe d’accepter l’audition d’une saison proposée par Bergevin afin de faire un retour dans la LNH cette année n’a pas été motivée par des considérations monétaires, il aurait obtenu davantage que les 5,75 millions de dollars en demeurant dans la KHL.

Il semble plutôt avoir choisi de relever un défi, il semble s’être donné une mission : ajouter une Coupe Stanley à son palmarès!

De retour à Montréal en 2017-2017?

La passion de Radulov pour le hockey transparaît et l’amour commun qu’il partage pour son sport avec les fans du Canadien lui ont permis de devenir hier l’un des favoris au Centre Bell.

Toutefois, la possibilité de le voir retourner de l’autre côté de l’océan demeure un scénario très plausible…

D’autant plus qu’avec l’absence annoncée des joueurs de la LNH aux prochains Jeux olympiques, certains Russes qui deviendront agents libres sans restriction le 1er juillet prochain dans la LNH pourraient choisir de signer avec un des clubs de la KHL afin d’assurer leur participation au tournoi olympique.

Le directeur général du SKA a d’ailleurs confié à Igor Eronko qu’il avait déjà amorcé des négociations avec certains joueurs russes qui évoluent en Amérique.

Sans mentionner de noms, il va de soi qu’Alexander Radulov fait partie de ceux-ci.

Et avec ses performances en éliminatoires, il aura de précieuses munitions dans ses futurs pourparlers avec Marc Bergevin!

Radulov sera admissible à l’autonomie complète le 1er juillet et ses demandes salariales pourraient s’élever jusqu’à 7 millions de dollars par saison – pour un contrat allant jusqu’à 8 saisons, selon certaines sources – ce qui représente un engagement risqué pour un athlète qui sera âgé de 31 ans la saison prochaine.

Dans le meilleur des mondes, Radulov aidera le Canadien a remporté sa 25e Coupe Stanley ce printemps, sa première, tout comme son compatriote Andrei Markov, et les deux Russes décideront qu’ils souhaitent vivre ensemble de nouveau l’expérience dans la meilleure ville de hockey au monde, et ils accepteront de se plier aux restrictions du plafond salarial comme l’on fait dans les dernières années certains joueurs des Blackhawks et des Penguins!

Source(s) image(s):
Instagram

genMultiPaging($sharing['Uid']);?>

Commentaires