On le répétera souvent d’ici l’automne prochain: le directeur général des Canadiens de Montréal, Marc Bergevin jouera son poste lors de la saison 2017-2018. L’été dernier, il avait deux besoins majeurs à remplir : ajouter une touche offensive et mieux définir le leadership de son club. Ainsi, P.K. Subban – un joueur qu’il jugeait néfaste au climat interne – a quitté et un ex-capitaine, Shea Weber s’est greffé au noyau de sa formation. Le contrat octroyé à Alexander Radulov a rapporté des dividendes en attaque. Un an plus tard, sa tâche semble encore plus ardue.

À LIRE AUSSI : REPÊCHAGE D’EXPANSION : QUEL JOUEUR LE CH PERDA-T-IL?

Parce que si vous croyez que tout est presque en place à Montréal pour la venue de la 25e Coupe Stanley, vous faites erreur! L’équipe n’a remporté que deux matchs éliminatoires depuis deux ans! Les formations construites par Bergevin fonctionnent généralement bien jusqu’à la période des Fêtes, mais connaissent des ratées pour la suite du calendrier.

L’architecte du Tricolore a déjà amorcé le travail gigantesque qui l’attend cette année. La signature de Jakub Jerabek a assuré la présence d’un défenseur numéro 4 ou 5… Ce qui lui laisse une marge de manœuvre si les négociations avec Nathan Beaulieu (RFA) et Nikita Nesterov (RFA) ne prennent pas la direction attendue.

En offensive, les dossiers des deux Alex, Radulov et Galchenyuk – qui seront respectivement joueurs autonomes sans restriction (UFA) et avec restrictions (RFA) – sont assurément parmi ses priorités. Tout juste devant le prochain contrat d’Andrei Markov (UFA).

Il discutera avec les vétérans Steve Ott, Brian Flynn et le plus jeune Andreas Martinsen (tous UFA) afin de voir s’ils sont des pions intéressants pour son alignement.

Le DG doit également évaluer les risques et les répercussions de perdre Tomas Plekanec, Brandon Davidson, Jordie Benn, Alex Emelin ou Beaulieu au repêchage d’expansion le 21 juin prochain…

Et Bergevin doit aussi prendre des décisions importantes pour son club-école – et le futur de sa formation – puisque de nombreux espoirs arriveront à la fin de leurs contrats : Zach Fucale, Charlie Lindgren, Charles Hudon, Jacob De la Rose, Stefan Matteau, Dalton Thrower et Kegan Lowe (tous RFA), alors que la franchise de la Ligue américaine déménage de St. John’s vers Laval.

À tout cela s’ajoute la nécessité d’amorcer des pourparlers en vue d’une prolongation de l’entente avec Carey Price, puisque sa présence à moyen terme avec le Canadien dictera une grande partie des autres enjeux!

Garder Radulov? Oui, mais à quel prix?

Selon ce qu’avance le site DansLesCoulisses.com, Alex Radulov aurait diminué ses demandes et serait désormais à la recherche d’un contrat de 5 ans à un salaire annuel moyen de 7,5 millions de dollars...

Il faut savoir que le plafond salarial connaîtra une certaine hausse la saison prochaine, le club montréalais dispose d’environ 22,5 millions de dollars actuellement et qu’il doit s’assurer des services d’au moins 9 athlètes au niveau de la LNH, selon le site capfriendly.com, en date du 9 mai 2017.

Bergevin pourrait donc en théorie réussir à s’entendre avec l’attaquant russe, après quelques semaines de négociations pour un salaire annuel de 6,5 millions de dollars.

Toutefois, le journaliste François Gagnon souligne qu’il s’attend à ce que le CH annonce le renouvellement de l’entente avec Radulov qu’après le repêchage d’expansion, puisqu’ainsi, le joueur n’aurait pas à être protégé.

Il s’agit d’une stratégie louable et brillante, mais qui peut s’avérer risquée.

Son homologue de la nouvelle organisation de Las Vegas, George McPhee pourra légalement amorcer des discussions avec les agents libres dès la mi-juin, soit une semaine avant le repêchage d’expansion, il pourrait donc doubler le DG du Tricolore et parapher une entente avec Radulov.

Par contre, si les Golden Knights signent un joueur autonome avant ledit repêchage, l’athlète devient automatiquement celui que son club aurait perdu, ce qui signifie que si McPhee s’entend avec Radulov, le Canadien n’aurait plus à se soucier de la fameuse liste de protection, puisqu’il n’aurait pas à donner un autre joueur.

La création des Golden Knights forcera des décisions

Le processus de création de la nouvelle franchise de Vegas amène certaines conditions qu’on n’observe pas habituellement. Puisque George McPhee pourrait s’entendre avec un agent libre avec restrictions – il pourra également négocier avec ces derniers à partir du 15 juin pour une période de 72 heures – sans que le club qui possède les droits de la LNH du joueur ne puisse égaler son offre ou qu’il reçoive la compensation de choix au repêchage amateur établie dans de tels cas.

On reviendra sur le système de compensation plus loin dans le texte…

Ce qui signifie que le Canadien doit placer Alex Galchenyuk et Nathan Beaulieu sur sa liste de protection pour ne pas les perdre sans rien recevoir en retour. Sinon, Bergevin devra échanger les deux athlètes avant le dépôt de la liste, il pourrait tenter d’acquérir des jeunes qui  n’ont pas à être protégés dans ces transactions afin de « sauver » des places sur sa liste.

Bergevin et la course au joueur de centre

Le directeur général du CH sait très bien que son alignement aura besoin de l’apport de deux attaquants offensifs, dont au moins un centre, pour aspirer aux grands honneurs. Les hockeyeurs capables de pivoter efficacement un 1er ou 2e trios seront peu nombreux cet été sur le marché des agents libres.

Bergevin a lui-même affirmé, dans son bilan de fin de saison qu’il était impossible de soutirer un centre de premier plan aux autres équipes, ajoutant que ceux-ci ne sont pas disponibles et s’ils le sont, le nombre d’équipes à vouloir les obtenir rend leur valeur astronomique.

Et ceux qui seront ouverts aux négociations sont principalement des vétérans sur la pente descendante.

Non, on ne verra pas Mike Ribeiro ou David Desharnais revenir dans le giron du Canadien! La perspective d’accueillir Joe Thornton n’est pas la pire qu’on puisse imaginer, mais il ne s’agit pas non plus de l’option #1 de Bergevin.

Du lot, seul Brian Boyle représenterait un athlète capable d’aider le CH à moyen terme. Il touchait 2 millions de dollars annuellement depuis les 3 dernières campagnes au cours desquelles il a accumulé en moyenne 25 points par saison. Il devrait être à la recherche d’une augmentation de 500 000$, mais sa production pourrait être en déclin… Mais il représente un remplaçant potentiel si Plekanec prend la direction de Las Vegas!

Si le DG veut réellement trouver un centre qui aura un impact immédiat sur son équipe, il devra opter pour une solution qui a la réputation d’être mal vue dans son domaine : déposer une offre hostile à un agent libre avec restrictions.

Est-ce que déposer une offre hostile nuit vraiment aux relations d’un directeur général avec les autres équipes de la ligue par la suite?

Ce n’est vraisemblablement pas le cas, selon l’excellent travail effectué par mon collègue Éric Martel de Danslescoulisses.com. La plupart des équipes qui ont vu un de leurs joueurs recevoir une proposition de contrat de la part d’une autre organisation ont même transigé avec cette dernière dans les trois années suivant l’offre!

Ce qui a le plus grand impact est assurément la compensation à offrir à l’autre club si le hockeyeur accepte finalement l’entente de l’équipe adverse. Plus le salaire annuel octroyé est élevé, plus la compensation est importante.

Voici les 15 meilleurs centres qui seront agents libres avec restrictions cet été.

Nombreux sont les observateurs qui espèrent que Marc Bergevin soumettra une offre hostile à Leon Draisaitl cet été. Par contre, ces experts ne tiennent pas compte que les Oilers vont égaler le montant jusqu’à concurrence de 8 à 9 millions de dollars!

Mikael Granlund gagnait 3M$ depuis deux ans, il sera à la recherche d’une substantielle augmentation, le CH n’investira pas 5M$ pour le petit centre de 5’10’’, en plus de céder un 1er et un 3e choix!

Ryan Johanssen touchait 6M$ cette année, il est l’un des membres du noyau des Predators actuellement, un peu comme pour Draisaitl, Nashville égalera les offres jusqu’à en faire l’un des plus hauts salariés du circuit Bettman!

Evgeny Kuznetsov , Tyler Johnson et Mika Zibanejad représentent l’avenir de leurs clubs respectifs, chacun d’eux verra son salaire doubler, au minimum, en arbitrage. Les Capitals, le Lightning et les Rangers feront tout pour conserver leurs services.

Jamais les Bruins ne laisseront le CH signer Ryan Spooner!

Il reste donc Alexander Wennberg, Bo Horvat et Teuvo Teräväinen, parce que les autres demeurent des joueurs marginaux dans la LNH pour le moment. Ou du moins, ils sont trop semblables à Galchenyuk...

Alexander Wennberg aura 23 ans l’automne prochain, à 6’2’’ 196 livres, il est en mesure d’accomplir le travail dans les coins de la patinoire. Son talent de passeur conviendrait à un duo avec Pacioretty.

Toutefois le Suédois avait été le 1er choix des Blue Jackets en 2013 et termine son contrat d’entrée de la LNH. Columbus ne le laissera pas partir avant d’avoir atteint la barre des 5,5M$, ce qui coûterait « cher » au Tricolore en choix de repêchage…

Bo Horvat est dans la même situation contractuelle que Wennberg, il a aussi été sélectionné au premier tour en 2013 et c’est un solide gaillard – 6’ 223 livres – mais les Canucks sont menottés cet été avec les contrats déjà consentis. Vancouver ne pourra pas égaler les offres au-delà de 4M$.

Il représente, à mon humble avis, le pivot que devrait poursuivre Marc Bergevin.

Teuvo Teräväinen est aussi au terme de son contrat d’entrée, repêché 18e en 2012, le Finlandais de petite stature a été acquis par les Hurricanes afin de participer à la reconstruction de la formation. En Caroline, le plafond salarial n’est pas un problème, le joueur pourrait obtenir un salaire qui excédera son talent brut.

Il n’est pas supérieur à Galchenyuk et ne devrait pas être ciblé par le CH.

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

LES 5 CHOIX POTENTIELS POUR LE CANADIEN AU REPÊCHAGE 2017

Source(s) image(s):
TVA Sports

Commentaires