Comme vous le savez sans doute déjà, le Canadien de Montréal déménagera son club-école de la Ligue américaine à Laval dès la saison prochaine. En raison de cette toute nouvelle proximité avec le grand-club, les espoirs du Tricolore pourront être rappelés avec plus de flexibilité, bénéficieront d’un encadrement encore plus étroit et feront l’objet d’une couverture médiatique plus importante. En attendant de les voir donner leurs premiers coups de patin sur la glace de la Place Bell cet automne, je vous les ferai découvrir position par position dans mes trois prochains textes. En me penchant sur les joueurs en place, ceux qui quitteront de même que les besoins qui devront être comblés, vous pourrez donc mieux connaitre votre futur Rocket. Aujourd’hui, je démarre donc ce dossier avec les gardiens de but de l’équipe.

À LIRE AUSSI : UN VIRAGE QUÉBÉCOIS POUR LE CH AVEC LE DÉMÉNAGEMENT DU CLUB-ÉCOLE VERS LAVAL?

Gardiens de but sous contrat

Charlie Lindgren

Charlie Lindgren

Charlie Lindgren devrait une fois de plus hériter du titre de gardien de but partant avec le Rocket de Laval l’an prochain.

En quelques mots…

Signé comme joueur autonome non-repêché par le Canadien en mars 2016 après 3 saisons avec l’Université St.Cloud State, Charlie Lindgren avait causé une première surprise en fin de calendrier régulier cette saison-là en blanchissant les Hurricanes de la Caroline 2-0 au Centre Bell.

Retour sur sa dernière saison…

Depuis ces éclatants débuts dans le circuit Bettman, le portier de 23 ans a continué sur sa lancée en s’établissant d’emblée comme le gardien de confiance du club-école du Canadien la saison dernière. Dans l’uniforme des IceCaps de St.John’s, le jeune droitier de 6’02’’ et 190 livres a disputé 48 parties (24 victoires et 5 blanchissages), tout en maintenant une excellente moyenne de buts alloués de 2.56 et un pourcentage d’efficacité de 0.914 au sein d’une formation qui a connu toutes sortes d’ennuis en zone défensive à plusieurs moments de la saison.

En tant que recrue dans le circuit Andrews l’an dernier, Lindgren a pu bénéficier de la présence rassurante du vétéran du circuit Yann Danis comme adjoint, ce qui lui a permis d’apprendre les rudiments du hockey professionnel sans devoir vivre avec le souffle constant d’un autre jeune espoir comme Zachary Fucale dans son dos tout au long de la campagne. Danis n’était pas là pour lui voler son poste, mais plutôt pour l’aider à grandir dans son rôle de partant, ce qui a sans aucun doute eu un impact majeur dans sa progression.

À quoi s’attendre de lui l’an prochain?

Une fois de plus, Lindgren aura l’opportunité d’entamer la saison dans un rôle de partant avec le Rocket de Laval l’an prochain. Tout comme la saison passée, il devrait être la première option de rappel chez les gardiens de but de l’organisation advenant une blessure (non-souhaitée!) à Carey Price ou encore à Al Montoya. S’il continue à bien performer encore l’an prochain, il pourrait bientôt prétendre au poste de second à Price ou encore servir de solide monnaie d’échange.

Par contre, Lindgren devra faire face à une compétition plus féroce pour obtenir ses départs devant le filet du Rocket l’an prochain. En effet, il y a fort à parier qu’après ses solides performances dans la ECHL, Zachary Fucale veuille retrouver la place d’espoir de premier plan qu’il semblait avoir perdu au début de la saison passée.

Au moment où ce texte est rédigé, je crois donc que Lindgren disputera environ 60 % (peut-être 65 %) des parties de l’équipe. Par contre, si Fucale surprend et que Lindgren se met à décevoir, un système d’alternance pourrait vite voir le jour… À surveiller!

Ma prédiction : gardien partant du Rocket de Laval (60 % des matchs entrepris)

 

Zachary Fucale

Zachary Fucale

Après un séjour fructueux pour sa confiance dans la ECHL en 2016-2017, Zachary Fucale devrait effectuer un retour à temps plein avec le club-école du Canadien la saison prochaine.

En quelques mots…

Repêché en 2e ronde (36e au total) par le Bleu-Blanc-Rouge en 2013 après un passage étincelant dans la LHJMQ avec les Mooseheads de Halifax et les Remparts de Québec, Fucale a entamé sa carrière professionnelle en 2015-2016 avec le club-école du Canadien. Catapulté d’entrée de jeu dans un rôle de gardien partant en raison de la blessure de Carey Price (et du rappel subséquent de Mike Condon), Fucale a fait du mieux qu’il pouvait d’un point de vue statistique : 42 parties jouées, 16 victoires (dont un blanchissage), MBA de 3.13 et pourcentage d’efficacité de 0.903. Par contre, les nombreuses blessures à Montréal comme à St.John’s de même que les rappels et renvois fréquents de joueurs n’ont pas aidé sa cause au bout du compte et celui-ci a connu quelques passages à vide lors de cette première saison. Considéré encore récemment comme un espoir de catégorie « LNH », son étoile a quelque peu pâli avec l’arrivée de Charlie Lindgren dans l’organisation et son renvoi dans la ECHL.

Retour sur sa dernière saison…

Alors que l’on s’attendait à voir Fucale lutter avec Lindgren pour le poste de gardien partant avec St.John’s la saison dernière, l’organisation a préféré donner du temps de jeu de qualité à ses deux jeunes portiers en signant le vétéran de la LAH Yann Danis à un contrat de la Ligue américaine en début de saison et en renvoyant Fucale dans la ECHL.

Alors que Lindgren continuait d’impressionner à St.John’s, les observateurs commençaient à s’interroger sur la situation de Fucale. Que voulait dire ce renvoi? Était-il toujours dans les plans de l’organisation? Pouvait-il rebondir après pareil coup dur? Les questions étaient nombreuses, avec raison.

Cela dit, malgré cette nouvelle difficile à encaisser au départ, le portier natif de Rosemère s’est retroussé les manches et a admirablement bien fait avec le Beast de Brampton, deuxième club-école du Tricolore. Ses statistiques reluisantes le confirment d’ailleurs : 46 parties jouées (25 victoires, dont quatre par jeu blanc), MBA de 3.17 et pourcentage d’efficacité de 0.898 au sein d’un club très offensif et MBA de 2.32 / % d’efficacité de 0.932 en 11 matchs alors qu’il a mené sa formation au deuxième tour des séries éliminatoires. Des chiffres fort impressionnants qui laissent définitivement croire que Fucale figure encore sur le radar des décideurs de l’organisation.

À quoi s’attendre de lui l’an prochain?

Malgré ce long purgatoire d’une saison entière dans la ECHL en 2016-2017, Fucale a fait là-bas la preuve qu’il méritait une deuxième chance dans la LAH. Ses quelques matchs disputés sur rappel à St.John’s l’an passé lui ont aussi donné raison.

C’est donc dans la chaise quasi-assurée de deuxième gardien à Laval que Fucale devrait entreprendre la saison prochaine. Bien qu’à ce moment-ci, les départs semblent vouloir être accordés en plus grand nombre à Lindgren, il ne faudrait pas se surprendre de le voir ravir le poste de partant du Rocket s’il enchaine les bonnes performances et que Lindgren déçoit.

Bref, la saison 2017-2018 sera pour Fucale une année importante pour prouver sa valeur aux yeux de l’organisation et démontrer qu’il représente toujours un espoir de premier plan dans son échiquier. Dans le cas inverse, une transaction ou un non-renouvellement de contrat ne devraient pas être exclus.

Ma prédiction : gardien substitut du Rocket de Laval (40 % des matchs entrepris)

 

Michael McNiven

Michael McNiven

Après une dernière saison du tonnerre dans la OHL avec l’Attack d’Owen Sound, Michael McNiven fera ses débuts dans l’organisation du Canadien la saison prochaine.

En quelques mots…

Après un camp d’entrainement impressionnant avec le Canadien en tant que joueur autonome non-repêché en 2015, le gardien de but Michael McNiven a apposé sa signature au bas d’un contrat de trois ans avec le Bleu-Blanc-Rouge peu de temps après. De retour dans la OHL en 2015-2016, le portier de 6’01’’ et 212 livres a connu une assez bonne saison dans un club en difficultés (53 départs mais seulement 21 victoires dont 3 blanchissages, MBA de 2.94 et % d’efficacité de 0.902). C’est toutefois lors de la dernière campagne qu’il a connu la saison la plus impressionnante, méritant notamment 41 victoires et seulement 9 défaites à la régulière en 54 départs en plus d’une moyenne de buts alloués de 2.30 et d’une efficacité de 0.915 tout en étant invité au camp de sélection d’Équipe Canada junior. Ces performances font donc de lui un espoir à surveiller attentivement lors des prochaines saisons.

Retour sur sa dernière saison…

La saison 2016-2017 en fut une de révélation pour le jeune McNiven. Au sein d’une équipe d’Owen Sound à maturité, McNiven a fait plus que sa part dans les succès défensifs de sa formation grâce à des chiffres éloquents : 41 victoires et seulement 9 défaites à la régulière en 54 départs en plus d’une moyenne de buts alloués de 2.30 et d’une efficacité de 0.915. Ses bonnes statistiques lui valurent même une invitation de mi-saison au camp de sélection d’Équipe Canada junior, où il fut malheureusement retranché parmi les derniers joueurs. Enfin, le natif de Georgetown (Ontario) mena sa formation jusqu’au 3e tour des séries éliminatoires de la OHL avant de finalement baisser pavillon en 6 matchs devant les Otters d’Erie, éventuels champions de la Ligue de l’Ontario.

À quoi s’attendre de lui l’an prochain?

Malgré la très bonne saison qu’il vient de connaitre, McNiven arrive au sein d’une organisation qui compte déjà deux autres espoirs en qui elle a toujours confiance dans les rangs mineurs (Charlie Lindgren et Zachary Fucale).

Bien que le portrait final de la situation devant le filet ne se précisera qu’au terme du premier camp d’entrainement de l’histoire du Rocket de Laval, il y a fort à parier que McNiven prendra la place laissée vacante par Fucale et entamera sa carrière professionnelle dans la ECHL avec Brampton. Là-bas, il pourra mieux s’ajuster à la vie d’un professionnel (entrainement, nutrition, voyages, etc.) tout en apprenant progressivement à composer avec la qualité et la puissance des lancers à ce niveau. D’autant plus que Fucale a prouvé qu’il méritait de retourner dans la LAH avec ses performances de l’an dernier à Brampton. Cela dit, je suis d’avis que McNiven a ce qu’il faut s’implanter dans la LAH à moyen terme et je m’attends à ce qu’on lui donne quelques départs sur rappel avec le Rocket dès l’an prochain s’il fait bien avec le Beast.

Ma prédiction : renvoyé à Brampton (ECHL), où il disputera environ 60 % des matchs en tant que gardien partant du Beast

 

Gardien de but sans contrat à ce jour

Yann Danis (UFA) [contrat LAH à un volet]

Yann Danis

Yann Danis a joué le rôle de grand frère pour Charlie Lindgren la saison dernière. Malheureusement pour lui, le poste de substitut à Laval devrait être occupé par Zachary Fucale l’an prochain.

Embauché comme joueur autonome sur un contrat à sens unique de la Ligue américaine par les IceCaps de St.John’s au début de la dernière saison, Yann Danis avait alors pour mission d’épauler Charlie Lindgren à sa première saison chez les professionnels. Sans pour autant avoir obtenu des chiffres incroyables lorsque l’on a fait appel à lui (25 matchs joués, 11 victoires dont un jeu blanc, MBA de 2.99 et efficacité de 0.902), Danis a su s’acquitter de sa tâche de mentor avec fierté et diligence. Pour cet ancien du Tricolore (6 matchs, dont trois victoires et une par jeu blanc en 2005-2006 avec Montréal) maintenant âgé de 35 ans, les bonnes performances de Zachary Fucale à Brampton (ECHL) l’an passé mettront sans doute fin à son association en tant que gardien de but avec l’organisation.

Joueur autonome sans compensation une fois de plus, va-t-il souhaiter rouler sa bosse dans la LAH encore longtemps avant de mettre un terme à sa carrière? Chose certaine, s’il décide d’annoncer sa retraite, je le verrais bien dans un rôle d’entraîneur des gardiens du Rocket ou encore de conseiller au développement des jeunes gardiens de l’équipe, lui qui a longtemps fait partie de l’organisation tricolore. Un dossier à suivre…

Prédiction : aucune offre déposée à ce joueur (si ce n’est que comme entraîneur/conseiller), qui deviendra libre le 1er juillet prochain

 

Autres besoins à combler devant le filet?

Puisque le Canadien dispose déjà d’une bonne profondeur dans ses filiales (deux gardiens pour Laval (LAH), un gardien pour Brampton (ECHL)), je doute que Marc Bergevin ne procède à d’autres embauches du côté des gardiens de but d’ici au début de la prochaine saison. Le Canadien a traditionnellement toujours compté sur cinq gardiens de but sous contrat au niveau professionnel (deux gardiens LNH, deux gardiens LAH et un gardien ECHL) alors l’ajout d’un sixième portier, que ce soit par l’entremise d’un contrat LNH ou encore LAH à deux volets, m’apparait peu probable. Cela dit, plusieurs autres formations du circuit Bettman apprécient compter sur deux gardiens qui procèdent par alternance au niveau ECHL afin d’y aller avec le plus performant des deux au moment où un rappel s’impose. Une saine compétition peut donc s’installer plus aisément dans ce cas.

Cela dit, si l’on se fie à la philosophie organisationnelle des dernières saisons du Tricolore en pareille manière et si l’on considère les gardiens déjà en place aux « chaises » qui leur conviennent d’emblée (Lindgren comme partant, Fucale comme substitut et McNiven en apprentissage comme partant dans la ECHL), il me semble peu probable que l’on voie une autre signature chez les gardiens de but de l’équipe d’ici au début de la prochaine saison.

 

Voilà pour ce qui est de mes prédictions sur les gardiens de but du Rocket en vue de la prochaine saison! Lors de mon prochain texte, j’analyserai la situation du côté des défenseurs de l’organisation dans les mineurs. À bientôt!

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

REPÊCHAGE D'EXPANSION : QUEL JOUEUR LE CH PERDRA-T-IL?

Source(s) image(s):
TVA Sports
Journal de Montréal
The Barrie Examiner
RDS
Dans Les Coulisses

Commentaires