Pourquoi je continue d’aller au cinéma ? Pourquoi je continue de m’infliger ça ? Semaine après semaine j’y retourne et c’est toujours la même chose : les gens parlent, textent, se font une fondue. C’est toujours pareil! J’entre là avec le sourire et j’en ressors passif agressif. Je méprise tout le monde!

À LIRE AUSSI : 4 MOYENS DE MAITRISER L’HUMOUR DANS UNE DATE

Avec l’argent que je dépense dans les salles chaque année, je pourrais me payer un gros cinéma maison. Je pourrais même me payer le gars qui déchire les billets à l’entrée! Mais non! Comme un bel idiot, je continue d’y aller une fois par semaine et rien ne change.

J’arrive là. La salle est pleine, mais pas pleine de monde civilisé (oh non). C’est comme si on avait réuni dans une même salle tous les candidats des huit saisons d’Un souper presque parfait.

Les lumières se tamisent et là ça part. Tout d’un coup on est rendu au zoo! Je suis au beau milieu de la Vallée des Singes! Ça crie! Ça saute! Y’a deux bonobos qui fourrent dans un coin! Rien ne va plus! Y’a un autobus de personnes âgées qui débarquent et qui commencent à tout répéter ce que les acteurs disent, comme si on était à un show de la Bottine Souriante!

Tim Curry : « Je suis ton pire cauchemar! »

Emilio Estevez : « Me réveiller sans mon pénis est mon pire cauchemar! »

Le chœur des têtes blanches : « ME RÉVEILLER SANS MON PÉNIS!!! »

Juste à côté de moi y’a un jeune de 17 ans pis on dirait qu’y vient d’apprendre à parler. Quand y parle pas, je ne sais pas pourquoi, sa bouche ne ferme pas étanche. Ça doit être pour compenser le manque d’air à la naissance j’imagine ! Y’a un jour entre ses deux lèvres, un peu comme dans un cadre de porte qui travaille pendant le dégel.

Moi je reste poli. Je suis quelqu’un de sensé (pis c'est quand même pas de sa faute si y’a une face qui légitimise les drames familiaux). Cela dit ce n’est pas l’envie qui me manque de lui rappeler que 

Si Anne Frank a réussi à passer deux ans cachée sans se faire prendre par les nazis, ce n’est pas deux heures sans parler dans un cinéma qui va venir à bout de toi !

Elle ne m’intéresse pas la version commentée par un illustre inconnu ! Je n’ai jamais écouté ça moi les commentaires du réalisateur. Ça fait que si même le créateur de l’œuvre n’est pas capable de capter mon attention, c'est pas une Vanessa de Laval qui va m’impressionner avec ses commentaires sur la poche de Channing Tatum.

Les remarques de ces personnes-là sont rarement très pertinentes en plus. Y’a pas grand monde qui va débattre sur le conflit israélo-palestinien pendant Rapide et Dangereux ! Généralement ça ressemble plus à des commentaires machos dans le genre de : 

« Elle j’y ferais pas mal »

C’est quoi cette expression-là ? Es-tu en train de dire qu’une femme laide ça te donne le goût de fesser ? 150 000 $ de Laguna par année pis des totons refaites c’est la seule chose qui t’empêche de varger sur quelqu’un ? Ça va ben tes affaires ! 

J’en suis rendu à un point où quand j’arrive dans la salle, je le sais, au son, si on va passer un beau moment ou si je vais pleurer en sacrant une fois rendu dans le char. Je suis rendu un professionnel! Je le sais en rentrant elles sont où les adolescentes qui vont se partir un studio de photo et arborer le visage d’une personne qui viendrait de se découvrir une allergie sévère aux piqures d’abeilles.

Je les spot tout de suite les personnes qui vont attendre le moment le plus silencieux du film pour sortir un sac de chips de leur sacoche pis mener le vacarme d’une tronçonneuse qui défonce une rangée de poubelles en tôle.

Si vous vous dites : « ça m’arrive de parler pendant un film, mais je chuchote », cessez tout de suite! Vous n’êtes pas bon là-dedans !

Si vous vous dites : « ça m’arrive de parler au cinéma, mais je ne suis pas si pire que ça ». Sachez-le. C’est faux. Vous êtes « si pire que ça » !

Pire que l’inventeur du Publisac,

Pire que notre ami qui ne répond jamais au téléphone,

Pire que la personne qui me demande si je veux une garantie prolongée, Pire que Donald Trump!

Pire que la gastro,

Pire que l’émission l’Arbitre,

Pire qu’une pierre au rein de 3 pouces pogné dans l’urètre,

Pis pire que les madames fâchées noires qui chialent sur le linge de Safia Nolin.

Si vous parlez au cinéma, vous êtes pire que tout !

Les cinémas ne gèrent pas la situation du tout. Les salles sont plus chaotiques qu’une classe de secondaire 3 en milieu défavorisé! Mais j’ai une suggestion pour tous les messieurs Guzzo et Papalia de ce monde. Je pense que les projections devraient être précédées par une vidéo de sensibilisation. Je la vois déjà! Quelque chose dans le style de Vision Mondiale :

Louise-Josée Mondoux qui s’avance vers la caméra en disant : « chaque fois que vous parlez au cinéma, un enfant meurt en Afrique ».

Ou encore comme une vieille publicité de Gai Écoute :

T’es pas seul...
FACK FERME TA YEULE! 

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci :

LES RÉALITÉS DE LA VIE DE COUPLE ILLUSTRÉES EN IMAGES

Source(s) image(s):
Anthony Cossette

Commentaires