La Z chez Nissan, c'est comme la Mustang chez Ford ou la Corvette chez Chevrolet : un modèle iconique. Non, je ne compare pas ici la popularité de la sportive japonaise à celle des deux représentantes américaines, le but étant simplement de la situer au sein de sa famille.

À LIRE AUSSI : MAZDA MX-5 RF 2017 : UNE VRAIE MIATA, SAUF QUE...

Nissan sans la Z, c'est un peu comme une équipe de hockey sans capitaine ça manque d'âme.

Cette semaine, je suis au volant d'une version roadster. Puisque le modèle est parmi nous sous sa forme actuelle depuis 2009, on a moins l'occasion de le mettre à l'essai depuis quelques années. Les constructeurs mettent davantage à notre disposition des modèles plus récents, plus modernes, on le comprendra.

Sauf que la Z, c'est la Z.

Il y a deux ans, Nissan y allait même d'une brillante idée à son sujet, soit celle d'offrir une version dénudée au niveau de l'équipement, et ce, à 30  000  $. Une coque, des sièges, une radio et un V6 de 332 chevaux. Et, oui, une boîte manuelle à six rapports pour aller avec ça.

J'avais pris le volant de cette version afin de refaire connaissance avec le modèle. La séduction n'avait pas tardé. Je revis la même chose cette semaine aux commandes du modèle sans toit fixe.

Et qu'est-ce qui rend la Z si charmante ?  Je vous résume ça simplement : le plaisir au volant. C'est simple, on dirait que tous les organes de cette voiture sont capables de se parler lorsqu'on les sollicite. Le moteur réagit parfaitement, la direction montre une belle précision et offre une super rétroaction et le châssis, quant à lui, propose un équilibre capable d'en faire rêver plusieurs. Bref, on ne s'ennuie jamais au volant d'une Z.

De nos jours, trop de produits se présentent comme parfaits. Ils sont capables de penser pour nous, et même d'agir pour nous. Si on ne peut leur reprocher d'avoir à cœur notre sécurité, on peut leur en vouloir d'avoir grandement dilué le plaisir qu'on pouvait ressentir derrière le volant.

Les voitures d'aujourd'hui sont devenues ennuyeuses à conduire, dans trop de cas.

La Z, vous l'aurez deviné, échappe à cette tendance.

Souhaitons que lorsqu'on la renouvellera, on ne lui demande pas de trop en faire. On est capable de s'en charger.

Si vous n'avez jamais pris le volant de cette voiture, un essai s'impose. Et si vous êtes à la recherche d'une voiture sport à bon prix, Nissan propose toujours sa version dénudée pour 30  000  $.

Nos photos montrent une édition spéciale qui va marquer l'année modèle 2018, soit Héritage. En 2019, une nouvelle Z est attendue.

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci :

HALL FLYING CAR : LA VOITURE VOLANTE QUI A FAILLI TOUT CHANGER

https://www.affairesdegars.com/page/article/4156065448/hall-flying-car-1946-la-voiture-volante-qui-a-failli-tout-changer.html

Source(s) image(s):
Nissan

Commentaires