Nouveau bolide en vue ? Comme tout bon consommateur, vous hésitez probablement entre louer ou acheter ? On vous suggère quelques pistes de réflexion, sachant qu’il n’y a pas de réponse universelle à cette question!

À LIRE AUSSI : 6 CONSEILS POUR ÉCONOMISER DURANT LES VACANCES D’ÉTÉ

1) L’achat: dispendieux sur le coup, économique sur le long terme

Avant d’envisager l’une ou l’autre des options — louer ou acheter, donc —, vous devez connaître l’état de votre situation personnelle. À quelles fins servira le véhicule? Quel sera le kilométrage annuel parcouru avec celui-ci? Quelle mensualité pouvez-vous assumer à votre budget?

Clairement, vos mensualités seront plus élevées lors d’un achat d’un véhicule. Par contre, une fois la voiture payée — certains concessionnaires financent jusqu’à 84 mois —, vous aurez le loisir de rouler dans celle-ci sans avoir de paiements subséquents à faire. Probable que les frais d’entretien augmenteront au fil du temps, par contre.

Sous cette option, vous n’aurez aucune limite de kilométrage, la possibilité de revendre le véhicule au moment de votre choix et la chance de négocier des options au moment de la transaction d’achat. Dès votre sortie du garage, par contre, votre nouvel actif perd de 30% à 40% de sa valeur estimée. Et la seule manière de limiter l’impact de la dépréciation automobile, c'est de répartir celle-ci sur le plus grand nombre d'années possible. Autrement dit, un consommateur qui recherche l'option la plus économique doit conserver la même voiture… pendant longtemps.

2) La location: des plus et des moins…

Si vous faites beaucoup de kilométrage, oubliez la location! Sachez aussi que l’assurance de dommage est généralement plus dispendieuse sous cette option. Votre budget est serré et vous ne voulez rien savoir s’une voiture d’occasion? Vous avez la possibilité d’obtenir un meilleur taux d’intérêt qu’à l’achat? Dans ces deux derniers cas, la location est peut-être pour vous!

Au moment de la prise de possession, et pour la durée du bail prévu, la location vous coûtera évidemment moins cher qu’un achat d’une voiture flambant neuve. Par contre, à la fin de votre bail de 36 ou 48 mois, à titre d’exemple, vous vous retrouverez avec la valeur résiduelle à payer pour conserver le véhicule (il s’agit de l’option d’achat). À ce moment, le taux d’intérêt exigé par le concessionnaire risque d’être moins alléchant qu’au moment de la transaction initiale. Envisagez d’emprunter à la banque ou d’utilisez votre marge de crédit personnelle pour bénéficier d’un rabais d’achat comptant chez le concessionnaire. Finalement, une vérification s’impose: le coût du rachat du véhicule excède-t-il la valeur de revente sur le marché?

Au terme de la location, vous aurez toujours le loisir de remettre les clés pour vous munir d’un modèle de l’année. Assurez-vous que votre retour de location soit en ordre: la voiture retournée sera passée au peigne fin par le concessionnaire et certains frais pourraient vous être facturés. Le locateur s’attend à ce que le véhicule soit remis à la fin du contrat dans un état d'usure normale.

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

IMMOBILIER: 3 ERREURS À ÉVITER À L’ACHAT D’UNE PREMIÈRE MAISON

Source(s) image(s):
Pixabay

Commentaires