L'histoire de l'automobile nous a fait découvrir des centaines, voire des milliers de véhicules concepts. Si certains ont marqué l'imaginaire et sont du coup passé à l'histoire, d'autres n'ont pas suscité autant d'intérêt à leur époque respective. C'est le cas du concept D - 528 Beldone de Mercury.

À LIRE AUSSI : CHRYSLER PACIFICA HYBRIDE : 3,7 LITRES AUX 100 KM, QUAND MÊME

Le temps est venu de vous le faire découvrir.

Au milieu des années 50, l'automobile vivait une période de gloire. Les gens avaient de plus en plus les moyens de se payer une automobile, merci au boom économique qui a suivi la Deuxième Guerre mondiale. De leur côté, les grands constructeurs américains, flairant la manne, introduisaient de nouveaux modèles et faisaient des affaires d'or.

Les véhicules concepts se succédaient aussi à un rythme effréné. On osait, on innovait, on repoussait les limites.

Au sein de la famille Ford, le 528e projet à voir le jour au sein de la compagnie atterrissait sur une table de la division Mercury. Dans ce cas précis, il ne s'agissait pas de concevoir un modèle susceptible d’être produit, mais plutôt de se servir d’un véhicule pour développer de nouvelles technologies.

Ainsi, cette Mercury D-528 est un véritable laboratoire roulant.

Et une chose qu'elle permettait d'étudier pour le futur de l'automobile, c'était la façon de penser la climatisation, une option qui devenait de plus en plus populaire à l'époque.

Au milieu des années 50, les évaporateurs des systèmes de climatisation étaient plus imposants qu'aujourd'hui. Sur cette Mercury, on décida de les déplacer vers le coffre arrière, mais afin de ne pas sacrifier d'espace pour le chargement, on a déplacé la roue de secours à l'intérieur de l'aile arrière alors que dans l'autre aile était installé le réservoir d'essence.

Voilà pour la partie arrière plutôt bizarre.

Puis, pour améliorer le flot d'air envoyé dans l'habitacle, le toit servait de conduit et des trous situés dans la voûte permettaient à l'air d'être distribué partout dans l'habitacle.

Cette D-528, une fois complétée, a été envoyée à Hollywood pour servir l'industrie du cinéma. Les travaux finaux sur celle-ci ont été exécutés par George Barris, celui qui nous a donné la Batmobile. C'est lui qui a donné le nom Beldone à la D-528 qui a pu être vue dans Patsy en 1964, film qui mettait en vedette Jerry Lewis, récemment décédé.

Une fois sa carrière cinématographique terminée, ce concept s'est retrouvé en possession d'investisseurs canadiens et a été restauré de façon exhaustive dans les années 1990. En 2005, il était vendu à l'encan.

Prix de la vente : 187 000 $.

Le jour où cette voiture sera de nouveau offerte, il faut s'attendre à ce que la note soit multipliée par deux, au minimum.

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci :

12 FERRARI EXEPTIONNELLES APERÇUES À PEDDLE BEACH

Source(s) image(s):
Mercury

Commentaires