Le GMC Terrain s'est pointé sur le marché en 2010. Assemblé sur la plateforme du Chevrolet Equinox, il s’est démarqué grâce à son design singulier. Au printemps dernier, l'Equinox passait sous le bistouri. C'est maintenant au tour du Terrain d’être revu.

À LIRE AUSSI : MERCURY D-528 BELDONE CONCEPT 1955

Et que retenir de cette nouvelle génération ? On fait le tour de la question en 10 points.

1) De la gueule

Le nouveau Chevrolet Equinox est joli, mais présente des lignes traditionnelles. L'approche est diamétralement opposée avec le GMC Terrain dont le design est plus agressif, notamment au niveau du faciès. Les goûts ne se discutent pas, comme on dit, mais face à lui, la réaction des gens est plus positive que négative.

Pour différencier les trois versions, il suffit de regarder la grille. Celle de la version plus huppée Denali regorge de chrome. En fait, trop de chrome, à mon humble avis. La version SLT, qui se situe en milieu de gamme, est ma préférée.

2) Versions

L'offre avec le Terrain démarre avec la déclinaison SLE. Offerte à 30 195 $, elle est livrée avec un niveau d'équipement fort acceptable comme les sièges chauffants, l'accès sans clef et le démarrage à bouton-poussoir. Elle est la seule qui peut recevoir le moteur 4-cylindres turbo de 1,5 litre. Elle est livrable en version à traction ou à quatre roues motrices et les deux peuvent recevoir le 4-cylindres turbodiesel de 1,6 litre. Avec la version à quatre roues motrices, un troisième bloc peut être sélectionné, soit le 4-cylindres turbo de 2 litres.

En milieu de gamme, vous retrouvez la livrée SLT. Uniquement servie avec la traction intégrale, elle reçoit d'emblée le 4-cylindres turbo de 2 litres et peut accueillir le moteur Diesel.

Lorsque vous optez pour la variante Denali, c'est all in, comme on dit au poker ; la motricité aux quatre roues, le moteur 2-litres ainsi que tout l'équipement que vous souhaitez retrouver dans un véhicule de luxe. Car, oui, la variante Denali joue la carte du luxe au maximum.

3) Les moteurs

Le 4-cylindres turbo de 1,5 litre offre une puissance de 170 chevaux. Il fait le travail, mais si vous êtes amateur de performance, vous serez déçus. Le bloc est léger, compact, et n'ajoute pas de poids inutile au véhicule, un gain qui se fait sentir derrière le volant. Pour ce qui est des capacités de remorquage, c'est limité à 1500 livres.

Pour le moteur Diesel de 1,6 litre, la puissance est de 137 chevaux, le couple de 240 livres-pieds. Pourtant, nous n'avons pas été emballés outre mesure. Plus bruyant qu'on le souhaite, il n'offre pas plus de capacités au niveau du remorquage et franchement, on ne voit pas trop comment il va s’imposer dans la gamme. Peut-être pour ceux qui comptent faire beaucoup de route ?

Enfin, le moteur turbo de 2-litres est celui qui propose la capacité de remorquage recherchée par bien des acheteurs dans cette catégorie, soit 3500 livres. Les performances sont au rendez-vous et le bloc répond promptement à nos demandes. C'est celui des trois qui se marie le mieux au véhicule.

4) Boîte

Quant à la boîte de vitesse qui se jumelle à ces moteurs, elle est de type automatique et compte neuf rapports. Si son comportement n'est pas désagréable, elle n'impressionne pas pour autant. En certaines occasions, elle donne des à-coups. Bref, pas un fait saillant. Le meilleur est certainement à venir dans son cas.

Là où le Terrain fait différent, c'est au niveau du sélecteur de rapports. Oubliez la tradition, car c’est une série de boutons disposés au bas de la console centrale qui permettent de sélectionner les rapports. C'est esthétiquement réussi et ça libère de l'espace au niveau de la console.

5) Présentation intérieure

Outre cet élément distinctif, le reste de la présentation est plus traditionnel que révolutionnaire. On trouve nos repères rapidement.

Là où c'est plus décevant, c'est au niveau de la qualité des matériaux. On se désole de retrouver certaines surfaces plastiques dont la qualité semble douteuse. On croit que certaines vont mal vieillir et s'user de façon prématurée. Quant à la version Denali, elle a beau en offrir plus, mais elle ne nous convainc pas.

6) Volume de chargement

Pourquoi est-ce que les gens achètent tant de VUS ? Le confort, la visibilité, la motricité aux quatre roues ? Toutes ces réponses, peut-être ? Chose certaine, il est à souhaiter qu'une des raisons soit le volume de chargement. Autrement...

Dans le cas de ce Terrain, c'est plutôt généreux alors que 1792 litres sont libérés lorsqu'on rabat les sièges arrière. Ajoutez à cela quelques dizaines de litres lorsque vous couchez le siège du passager avant (toutes les versions), un détail intéressant qui permet le chargement d'objets très longs. Et, oui, on obtient un plancher plat.

7) Avertisseur, sièges arrière

Le Terrain, comme tous les véhicules d'aujourd'hui, est bardé de caractéristiques de sécurité. Une qui retient notre attention est le rappel de vérification des sièges arrière. Cette innovation de GM fonctionne comme suit. Lorsque vous utilisez le véhicule, si vous ouvrez la portière arrière avant de prendre la route, le véhicule vous prévient, lorsque vous coupez le courant, que vous avez déposé quelque chose, ou quelqu'un, à l'arrière.

Ce dispositif peut sauver des vies. Ne serait-ce que pour ça, il doit devenir un incontournable à travers l'industrie.

C'est livré de série sur toutes les versions.

8) La connectivité

Comme c'est maintenant la norme chez les produits GM, la connectivité est au premier plan, notamment avec l'accès Wi-Fi 4G LTE. Les applications Android Auto et Apple CarPlay sont aussi de la partie, et ce, dès la version SLE.

9) Rendement

Le Terrain n'offre pas une conduite très inspirée comme celle du Mazda CX-5 par exemple, mais dans l'ensemble, il propose une expérience rassurante et c'est essentiellement ce que l'acheteur de ce type de véhicule recherche. La douceur de roulement est bonne, tout comme la tenue de cap et lorsqu'on ne le malmène pas, le Terrain s'acquitte très bien des tâches qu'on exige de lui.

Le niveau d'insonorisation est, quant à lui, excellent.

Si le produit était à la traîne de la majorité de ses concurrents dans le passé, ce n'est plus le cas. À ce titre, il s'agit d'un gros pas en avant pour GMC.

10) Les prix

C'est ici que le bât blesse. Si la version de base du Terrain proposée à quelque 30 000 $ offre un bon rapport qualité/prix, ça se gâte aussitôt qu'on monte dans la gamme, que ce soit avec les versions SLT ou la Denali. Dans ce dernier cas, la facture de près de 42 000 $ est difficile à avaler.

En fait, le problème, c'est qu'on n'a pas l'impression d'être à bord d'un véhicule de luxe.

Pourtant, GMC en vend, des versions Denali. Jetez un coup d'oeil sur la route lorsque vous apercevrez un produit GMC, une fois sur trois, c'est un Denali.

C'est peut-être juste moi, mais à ce prix, je regarderais ailleurs.

 

Conclusion

En somme, c’est d’un produit grandement amélioré dont GMC accouche ici. Voilà qui lui permettra de rester à flot dans un créneau qui, ma foi, regorge de bons produits.

Le Terrain n’offre pas encore le raffinement d’un produit japonais, mais l’écart se resserre.

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci :

CHRYLSER PACIFICA HYBRIDE : 3,7 LITRES AUX 100 KILOMÈTRES, QUAND MÊME!

Source(s) image(s):
Daniel Rufiange

Commentaires