Vous est-il déjà arrivé de commencer un jeu extrêmement décevant, mais de vous être forcé à poursuivre pour finalement vous rendre compte qu’il n’était pas si mauvais ? C’est exactement ce qui m’est arrivé avec Middle-earth : Shadow of War, un jeu qui m’ennuyait au plus haut point durant les premières heures, mais qui s’est graduellement transformé en une expérience très prenante !

À LIRE AUSSI: CRITIQUE DE « MIDDLE-EARTH: SHADOW OF MORDOR » : LA LUMIÈRE DES TÉNÈBRES

Disponible sur : Xbox One, PlayStation 4, PC

Un autre anneau fut forgé

Shadow of War prend place tout de suite après les événements de Middle-earth : Shadow of Mordor. Talion et l’esprit de l’Elfe Celebrimbor se rendent au cœur du Mordor, là où a été forgé le puissant anneau de pouvoir qu’a dérobé Sauron à l’Elfe. Afin de contrer les forces du Mal, l’homme et l’esprit elfe forgent un nouvel anneau de pouvoir…qu’ils se font immédiatement voler par la femme-araignée Shelob. S’entame alors une quête au cœur même du Mordor afin de contrer les forces de Sauron de l’intérieur et retrouver le second anneau pouvant potentiellement sauver la Terre du Milieu.

Inutile de vous dire que si vous êtes un fan du Seigneur des Anneaux, le scénario de Shadow of War est très alléchant. En outre, les liens avec l’œuvre de Tolkien sont tissés avec beaucoup de finesse et l’histoire de Shadow of War apporte un nouvel arc narratif très intéressant à la saga de la Terre du Milieu, surtout lorsqu’on réalise qu’un autre anneau fut forgé. Quant aux protagonistes, ils demeurent des personnages forts, en particulier le puissant Celebrimbor dont vous pourrez revisiter les souvenirs de guerre et voir les conséquences qu’a eu la construction d’un second anneau sur son esprit !

Début pénible montrant les faiblesses du jeu

Je vous disais que je n’ai pas aimé mes premières heures au sein de Shadow of War et la raison est fort simple : elles sont longues et présentent les plus grandes faiblesses du jeu. En fait, l’aventure prend du temps avant de prendre son envol. Durant les premières heures, on se contente de se promener en assassinant furtivement ou de plein fouet des Orcs. En plus, on est perdus, ne sachant trop quoi faire et où aller.

Par ailleurs, c’est durant les premières heures que vous vous rendrez compte à quel point les contrôles du jeu sont moyens. En outre, la caméra suit très mal l’action, pouvant ainsi faire en sorte qu’on encaisse des coups ou qu’on échoue une tentative d’assassinat furtif simplement parce qu’on voit mal ce qui se passe à l’écran. De plus, on porte des coups n’importe comment, le jeu n’offrant pas la possibilité de viser un adversaire pour enchaîner des combos ciblés.

Qui plus est, l’intelligence artificielle est aussi élevée que quelqu’un étant complètement saoul. Cela se voit surtout lorsqu’on tue furtivement, les ennemis ne nous remarquant pas et prenant du temps à réagir même lorsqu’on se trouve directement devant eux. Le défi du jeu vient beaucoup plus des hordes d’Orcs pouvant nous ensevelir que de l’intelligence dont ils peuvent faire preuve.

Un jeu devenant vraiment accrocheur au fil du temps

Malgré ses défauts, j’ai pris de plus en plus goût à Shadow of War à mesure que j’y jouais. Le premier élément m’ayant accroché fut l’immense univers du jeu et les nombreuses activités à y effectuer.

Shadow of War est un monde ouvert bien plus massif que Shadow of Mordor. Le jeu se divise en cinq régions et, au sein de ces dernières, vous pourrez compléter une panoplie d’activités. Parmi ces dernières, vous pourrez notamment récupérer des souvenirs de Shelob, rejouer des batailles disputées par Celebrimbor, trouver des artefacts du Gondor, procéder à l’assaut de forteresses, ouvrir d’anciennes cavernes renfermant de puissantes reliques et bien plus encore.

Shadow of War est donc un jeu très garni qui vous tiendra occupé des dizaines d’heures. Certes, les activités et les actions possibles dans le jeu deviennent redondantes après un certain temps, mais je me suis surpris à vouloir toujours compléter un objectif ou à explorer davantage les sinistres terres du Mordor. En plus, le jeu propose désormais un système d’équipement nous encourageant à parcourir son univers et à tuer encore plus d’Orcs.

Le système d’équipement se résume en fait à la possibilité de trouver des armes, armures et gemmes en tuant des Orcs ou en trouvant des reliques. Ainsi, en plus de l’expérience acquise tout au long de vos aventures, vous pourrez améliorer Talion avec des pièces d’armement. Généralement, plus un Orc sera puissant ou important dans l’armée de Sauron, plus il laissera tomber de l’équipement précieux, pouvant aller jusqu’à des pièces d’équipement épiques octroyant divers bonis à débloquer. Ce système d’équipement nous donne ainsi une motivation supplémentaire à vouloir tout faire et, surtout, à tuer encore et encore de l’Orc !

Un système Nemesis amélioré

Si vous avez joué à Shadow of Mordor, vous vous rappelez sans aucun doute du système Nemesis. En gros, ce dernier était révolutionnaire puisqu’il régénérait constamment l’armée de Sauron avec de nouveaux capitaines selon ce qui se passait dans le jeu.

Shadow of War propose ce même système avec quelques modifications. Comme dans le volet précédent, les généraux de l’armée de Sauron changeront aléatoirement selon le déroulement du jeu et certains deviendront de plus en plus puissants, notamment s’ils réussissent à vous éliminer. Certaines actions peuvent encore être posées et certaines missions peuvent être entamées pour déstabiliser l’armée du seigneur des ténèbres, notamment en provoquant des duels, en empoisonnant des généraux ou, nouveauté, en intimidant un Orc pour qu’il envoie une menace de mort à son chef. Ce dernier deviendra plus enragé et dangereux, mais laissera en contrepartie tomber du butin plus précieux si vous le tuez !

Les développeurs ont tout de même ajouté plus de personnalités aux généraux, ce qui est impressionnant considérant qu’ils sont générés aléatoirement. Certains sont menaçants, mais d’autres sont tout bonnement drôles, notamment ceux chantant un hymne sinistre avant de vous sauter dessus ! Vous aurez aussi des vendettas en ligne, vous donnant ainsi la possibilité d’aller dans le monde d’un autre joueur pour tuer le général Orc l’ayant massacré. Cela n’aura pas d’impact sur votre propre monde, mais vous donnera la possibilité de mettre la main sur du butin plus intéressant si vous réussissez.

Le système Nemesis de Shadow of War est donc le même que celui de Shadow of Mordor avec, au passage, quelques modifications qui sont appréciées. Par contre, j’aurais aimé pouvoir sauter les paroles des généraux lorsqu’ils croisent notre route. Ça devient lassant de devoir les écouter nous menacer, surtout que le jeu arrête le temps que l’Orc puisse s’exprimer. Comme je le disais, les personnalités des Orcs sont divertissantes, mais devoir obligatoirement les écouter devient ennuyant à la longue.

À l’assaut de forteresses !

La grande nouveauté de Shadow of War est sans aucun doute les assauts de forteresses.

Shadow of War vous donnera la possibilité de mener des assauts contre des forteresses et des camps d’Orcs, le tout dans le but d’envahir le Mordor. Si vous réussissez, non seulement pénétrerez-vous dans des endroits aussi grands que magnifiques, mais vous mettrez aussi la main sur d’importantes récompenses, en plus de faciliter vos déplacements dans certaines régions. De plus, les soldats du Gondor seront plus nombreux dans une zone dominée et pourront donc vous venir en aide plus aisément, notamment en vous sauvant in extremis lorsqu’un Orc vous aura mis à terre !

Or, ce qu’il y a d’intéressant dans le jeu est que vous pourrez recruter des Orcs pour qu’ils vous épaulent. Ainsi, des soldats de Sauron peuvent être corrompus et s’allier avec vous non seulement lors des combats, mais aussi lors des assauts contre les camps et forteresses. Cela donne parfois droit à des affronts épiques, surtout lorsque des Orcs de hauts niveaux se font face ou que vous les épaulez en chevauchant des bêtes, incluant des dragons ! À cet effet, vous pourrez améliorer vos Orcs en les impliquant dans diverses activités, dont des duels.

Ceci dit, s’allier avec des Orcs peut être un jeu dangereux. Il arrivera que des Orcs vous trahissent, et ce même en plein combat. Oui, leur alliance est très précieuse dans le jeu, mais elle peut aussi être un couteau à double tranchant. Le fait qu’on soit constamment sur nos gardes ajoute un sentiment de tension très intéressant avec lequel vous composerez souvent durant votre aventure !

À noter que oui, vous pourrez procéder à l’assaut de forteresses d’autres joueurs. Néanmoins, cela n’aura pas d’impact sur votre partie outre les récompenses sur lesquelles vous pourrez mettre la main. Il n’y a pas réellement de multijoueur confrontant des joueurs les uns contre les autres, mais les assauts et vendettas en ligne permettent de plonger dans d’autres mondes sans courir trop de risques. Au pire, vous mourez sans rien perdre. Au mieux, vous réussissez un assassinat ou un assaut avec les récompenses associées !

Micro-transactions à rejeter

Petit mot en terminant sur les micro-transactions présentes dans le jeu. Elles ont fait scandale plus tôt en 2017 et plusieurs ont accusé Warner Bros. Interactive d’encourager les joueurs aux poches pleines à payer pour parvenir à leurs fins.

Je vous le dis : ne succombez pas aux micro-transactions. Certes, vous pouvez payer de la vraie monnaie pour obtenir des coffres de guerre contenant de l’équipement. Or, cela n’en vaut pas la peine. Jouez minimalement au jeu et, après quelques heures, vous mettrez la main sur de l’équipement encore meilleur que celui des coffres payants. Shadow of War ne nous harcèle pas pour qu’on paie et vous pouvez aisément oublier la présence des micro-transactions sans que cela n’ait le moindre impact sur votre progression !

Devriez-vous y jouer ?

Vous m’auriez posé la question alors que je commençais ma partie et je vous aurais répondu : non. Or, aujourd’hui, mon verdict est totalement différent. Middle-earth : Shadow of War est un très bon jeu qui m’a accroché beaucoup plus que je ne le pensais. Malgré de nombreuses faiblesses, c’est un jeu très fourni duquel on a de la difficulté à décrocher une fois qu’on s’y plonge. Définitivement à essayer, surtout pour les amateurs du Seigneur des Anneaux voulant voir ce qui est arrivé après le façonnement d’un autre anneau de pouvoir oublié !

 

Ce que vous aimerez :

  • La panoplie d’activités à compléter
  • L’histoire mettant en scène un anneau de pouvoir inconnu
  • Les nouveaux systèmes d’équipement et d’assauts de forteresses

Ce que vous n’aimerez pas :

  • Les contrôles imprécis et la caméra dysfonctionnelle
  • L’intelligence artificielle médiocre
  • L’impossibilité de sauter les dialogues des généraux ennemis

Note : 8,5 sur 10

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci:

TEST DU JEU INJUSTICE 2 - BON À S'EN FRAPPER DESSUS SANS ARRÊT!

Source(s) image(s):
Always for Keyboard
Nerdist

Commentaires