Il y a quelques semaines avait lieu l'événement médiatique où la Toyota Camry 2018 était présentée à la presse. Entièrement renouvelée, la nouvelle cuvée s'inscrit comme la huitième génération du produit qui a vu le jour au début des années 80.

À LIRE AUSSI : 310 ET 460 CHEVAUX POUR LA MUSTANG 2018

Longtemps critiquée pour son aspect soporifique, mais louangé pour sa grande fiabilité, la Camry évolue de belle façon pour 2018, mais il ne faut pas partir en peur ; la recette est sensiblement demeurée la même.

On fait le tour de la question en examinant brièvement 10 caractéristiques du nouveau modèle.

1) Style

Toyota a longtemps été vilipendée pour les lignes beaucoup trop discrètes de ses produits. Il suffit d'analyser les lignes des anciennes Camry pour comprendre. On ne faisait rien pour choquer.

Ennuyeux, non ?

Au cours des dernières années, Toyota a commencé à oser en dotant ses modèles de lignes plus... reconnaissables. Les goûts ne se discutent pas vraiment. Cette nouvelle Camry plaît à certains, déplaît à d'autres. La bonne nouvelle, c'est qu'elle ne laisse plus personne indifférent, une bonne nouvelle pour le modèle et la compagnie. Une bonne voiture qui fait parler d'elle, ça ne peut qu'être bon.

Personnellement, j'aime bien les lignes du nouveau produit. Surtout, j'aime le traitement deux couleurs livrable sur certaines variantes.

2) Espace et confort

La Camry offre beaucoup d'espace à l'intérieur, tant pour les passagers avant que pour ceux invités à prendre place à l'arrière. Au volant, on trouve une bonne condition de conduite sans trop faire d'efforts.

Les Camry vont continuer d'être populaires auprès des entreprises et propriétaires de taxis.

3) Mécaniques

On ne change pas une formule gagnante, dit-on. Mécaniquement, Toyota ne brasse pas la sauce et nous propose les mêmes blocs pour ce modèle de nouvelle génération. Ainsi, certaines versions reçoivent le 4-cylindres de 2,5 litres, d'autres ce bloc combiné à une unité électrique. Le modèle que j'avais à l'essai était équipé du V6 de 3,5 litres. À noter que la Camry est l'une des rares de sa catégorie à avoir conservé ce type de mécanique à l'index et on ne peut que s'en réjouir. Au niveau de la performance, ce dernier n'a pas son égal, mais en prime, sa cote de consommation est meilleure qu'elle ne l'a jamais été. Mon essai s'est soldé par une médiane de 8 litres aux 100 kilomètres.

4) Transmission

Jumelée au moteur V6 se trouve une boîte automatique à huit rapports. Là, je dois vous avouer avoir été franchement déçu par le rendement de cette dernière. Les passages de la première à la deuxième manquent de souplesse et lorsqu'on effectue un arrêt et qu'on doit repartir rapidement, la boîte met du temps à sélectionner le bon rapport, ce qui se traduit par un à-coup désagréable. Une très mauvaise surprise.

Venant de Toyota qui nous propose habituellement des organes qui se font oublier en raison de leur efficacité, voilà qui m'a étonné.

Étrangement, en mode sport, la boîte se montrait plus coopérante, mais c'était loin d'être parfait.

Pour optimiser son rendement, il faut toujours y aller avec une extrême douceur.

5) Comportement

J'ai effectué un aller-retour à Québec lors de ma semaine d'essai. Sur l'autoroute, le confort domine, vraiment. Le niveau d'insonorisation est excellent, le support proposé par les sièges aussi. Je m’attendais à cela. Là où la Camry m'a davantage étonné, c'est sur des routes de campagnes au tracé plus sinueux. Là, j'ai découvert une voiture qui réagissait très bien aux manœuvres plus pointues, une réalité tranchante d'avec le modèle remplacé.

Ici, il faut souligner que la Camry repose sur la nouvelle architecture mise de l'avant par le groupe Toyota, la TNGA pour Toyota New Global Architecture. Déjà, cette dernière a fait des miracles sous la carcasse de la Prius.

Une belle surprise, donc.

6) Mode sport

Trois modes de conduite peuvent être sélectionnés : Eco, Normal et Sport. Le simple fait que la Camry possède un mode sport en dit long sur la « nouvelle » approche de Toyota.

Bon, cela dit, la sélection de ce dernier ne transforme pas le modèle en voiture de la série NASCAR, mais les rapports de la transmission se trouvent allongés et on sent du coup la mécanique toujours prête à nous livrer son 110 %.

C'est bien, mais on se retrouve la plupart du temps en mode normal, là où la Camry est davantage dans son élément.

7) Système multimédia

L'écran de la console centrale de la Camry met à profit une nouvelle interface. Ne cherchez pas les applications Apple CarPlay et Android Auto, Toyota leur ayant substitué un système qui prend le nom de Entune. En gros, ce dernier offre une plus grande protection de vos données, mais demande un apprentissage si vous étiez habitués aux autres systèmes. Il faudra voir à long terme.

Du reste, l'écran en question est de bonne dimension et il est relativement facile de se retrouver dans les menus. Les premiers contacts avec ce genre de trucs sont toujours trop courts pour qu'on en saisisse toutes les subtilités. Encore là, il faudra voir à long terme.

8) Commandes

Lorsqu'un constructeur repense un modèle, il a l'occasion de corriger certaines lacunes. Au niveau de la console centrale et du volant, on retrouve une foule de commandes. Si certaines sont intuitives et faciles d'accès, d’autres portent à confusion.

Des exemples ? Un seul bouton pour le volume, mais pas de démarcation pour hausser ou baisser ce dernier ; on fait le contraire de ce qu'on désire la moitié du temps. Même critique pour le commutateur qui permet de passer d'une chaîne à l'autre ou d'une pièce à l'autre. Le bordel.

Et l'affichage tête haute, ce bidule qui permet de voir notre vitesse et d'autres informations dans le parebrise, est mal foutu. En fait, si vous aimez comme moi adopter une position de conduite plus basse que haute, vous ne verrez rien. Je devais m'étirer le cou comme une girafe pour voir quelque chose. Des ajustements seront nécessaires.

9) Fiabilité

Même si cette Camry est entièrement nouvelle, on peut quand même se risquer à vous dire que la fiabilité sera supérieure à la moyenne. En fait, lorsqu'on regarde l'historique du modèle, on réalise que ce dernier est en tête de sa catégorie chaque année. Il s'agit même d'un des modèles les plus fiables à travers l'industrie.

Une valeur sûre.

10) Conclusion

Toyota nous propose la meilleure Camry à ce jour, point à la ligne. Mais les améliorations sont légères, subtiles. À l'image d'un peintre qui améliore sa toile sur une longue période, Toyota continue de peaufiner un produit qui la définit.

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci :

LES 10 MEILLEURS VÉHICULES DANS LA NEIGE SELON LES CONSOMMATEURS

Source(s) image(s):
Toyota

Commentaires