Il y a de fortes probabilités que vous ne connaissiez pas Rad Rodgers. En fait, si ce n'avait été de l'un de mes contacts sur Twitter, moi-même j'ignorerais l'existence de ce jeu. C'est en visionnant sa bande-annonce que je m'y suis intéressé puisqu'on promettait une expérience d'un jeu de plates-formes des années '90 avec un humour assez cru. Or, après mon court essai, je ne peux que conclure que Rad Rodgers est un jeu tentant d'être ce qu'il n'est pas.

À LIRE AUSSI: TEST DU JEU MERCENARY KINGS: RELOADED EDITION - RAMBO BIEN MIEUX CHARGÉ !

Disponible sur: Xbox One, PlayStation 4, PC

Plongez dans les années '90 !

L'histoire de Rad Rodgers est assez simple. Vous incarnez un jeune garçon passionné des jeux vidéo dont le temps de jeu est limité par sa mère. Une nuit, le jeune Rad est réveillé par sa télévision et est catapulté dans le monde du jeu vidéo par sa console Dusty, qui prend soudainement vie. Et voilà en gros en quoi consiste le scénario alors qu'armé d'un gros fusil et accompagné de Dusty, vous devrez affronter plusieurs niveaux afin d'éliminer le mal sévissant dans cet étrange monde.

Rad Rodgers est clairement un hommage à la culture des années '90. Les références aux livres, films et, surtout, jeux vidéo de cette époque imprégneront votre aventure, vous rappelant des souvenirs de Duke Nukem et Wolfenstein 3D jusqu'à Retour vers le Futur. L'humour est également présent, surtout par l'entremise de Dusty. Ce dernier émettra beaucoup de commentaires très drôles et cyniques durant votre périple, de jurons jusqu'à des répliques cinglantes visant la paresse de certains développeurs. Si vous comprenez bien l'anglais et que vous avez de bonnes références des années '90, vous sourirez plusieurs fois !

Néanmoins, je tiens à préciser que Rad Rodgers n'est pas un jeu offensant. Oui, Dusty et certains autres personnages ont tendance à sacrer et à mal parler, mais la quantité de mauvais mots n'est pas énorme. Je vous dirais que les jurons sont intégrés comme dans des conversations assez normales de la vie de tous les jours, alors qu'un mot débutant par F vient s'insérer dans une phrase. Il ne faut donc pas voir Rad Rodgers comme un titre vulgaire au même titre que Conker's Bad Fur Day ou encore Duke Nukem 3D. Et si vos oreilles sont trop sensibles, sachez que vous pouvez sélectionner un mode remplaçant les jurons par des bip. Donc, rien pour faire saigner ses oreilles !

Un jeu de plates-formes mignon, mais tout de même violent

Rad Rodgers est un jeu de plates-formes en 2.5D, ce qui signifie qu'il se joue à l'horizontal, mais qu'il comporte certains éléments 3D, notamment dans les arrière-plans. À la base, on le décrit comme une version moderne de Commander Keen, ce qui est vrai dans un sens. Rad est équipé d'un gros fusil pour décimer ses adversaires, tout comme Keen était armé d'un fusil à l'époque. Dans les niveaux, vous pourrez améliorer temporairement votre arme à l'aide de certains power-ups permettant notamment de tirer des rafales de balles ou encore d'augmenter considérablement votre puissance de feu. Pour faire feu, il vous suffira de bouger votre fusil avec un bâton analogue comme dans un double stick shooter comme The Binding of Isaac ou Enter the Gungeon.

Pour sa part, Dusty vous servira à surmonter des casse-tête. Votre allié pourra notamment frapper vos ennemis de ses poings et s'accrocher à des structures. Qui plus est, Dusty pourra voyager dans des dimensions pixelisées spéciales qui, dit simplement, sont des bogues présents dans les niveaux. En complétant ces petites portions, vous rétablirez une portion de niveau afin de pouvoir continuer à progresser ou débloquerez des passages secrets.

Un design laissant à désirer pour seulement quelques heures

Au tout début, j'avoue que Rad Rodgers me surprenait. Le jeu est joli avec, notamment, des orgies de couleurs et des personnages bien modelés. Néanmoins, le plaisir ne fut que de courte durée. Les niveaux sont amusants, mais leur design laisse à désirer lorsqu'on veut les terminer à 100%. Les zones secrètes sont notamment très difficiles à percevoir dans certains niveaux puisqu'elles se fondent aux arrière-plans. Même chose pour certaines structures avec lesquelles on peut interagir qui pourraient facilement passer pour des décors statiques. Le pire est probablement les objets cachés et uniquement atteignables grâce à des sauts. Ces derniers ne sont pas toujours précis et, encore une fois, il peut être difficile de déterminer sur quoi on peut ou ne peut pas sauter. La récolte d'objets, à la base du plaisir d'un jeu de plates-formes, devient ainsi une corvée.

Les séquences où Dusty est mis en vedette sont également problématiques. En fait, le problème est que ces séquences sont extrêmement répétitives. Grosso modo, vous ne ferez que parcourir de petites portions de niveau 2D extrêmement pixelisées en évitant des pièges et en frappant des ennemis ressuscitant sans cesse. Votre but sera toujours d'aller chercher l'élément empêchant Rad de progresser. Ce sont sans cesse les mêmes actions qu'il faut accomplir dans les mêmes portions avec les même couleurs pixelisées. Ça devient tellement ennuyant, et ce dès le second niveau...

Ceci dit, vous n'aurez pas à souffrir bien longtemps puisque le jeu est court. Trop court à vrai dire. Lorsque le jeu m'affichait que j'étais dans le monde 1, je pensais que je devais terminer tous les tableaux de ce monde afin d'accéder au monde 2. Erreur.

Rad Rodgers tel qu'il est présentement ne consiste qu'un en un seul monde comptant une dizaine de niveaux ! Certes, chaque niveau prend quand même une bonne dizaine, voire quinzaine de minutes à compléter, mais en quatre ou cinq heures maximum, vous en aurez fait le tour. Le jeu contient bien des objets à récolter comme des casques pour Rad, des lions d'or et des gemmes dont je n'ai pas trouvé l'utilité, mais comme je l'indiquais un peu plus haut, terminer le jeu à 100% n'est pas spécialement agréable.

On parle tout de même d'un jeu vendu 23$ pour à peine quatre à cinq heures de jeu, et pas toutes amusantes. Oui, la nostalgie opère et oui, les clins d'oeil à la culture des années '90 sont rigolos, mais pour le prix et surtout les promesses qu'on nous faisait à son endroit, je me serais attendu à plus de Rad Rodgers. Et si l'univers du jeu est étendu avec la parution des mondes 2, 3, 4, etc., devrons-nous payer le même prix pour avoir droit à quelques niveaux de plus à chaque fois ? Ça me semble déraisonnable, surtout qu'on pourra payer le même prix pour des jeux de bien meilleure qualité.

Devriez-vous y jouer ?

Je n'ai aucun doute de l'amour qu'ont les développeurs de Rad Rodgers pour les jeux des années '90. En fait, les clins d'oeil du jeu sont un bel hommage à cette époque et je dois avouer avoir eu de bons moments avec ce jeu sorti de nulle part. Or, dans l'état actuel des choses, difficile de recommander cet achat. Le design des niveaux laisse à désirer et l'aventure est extrêmement courte pour justifier son prix. En bout de ligne, Rad Rodgers tente d'être comme des classiques du genre des années '90 sans y être parvenu.

 

Ce que vous aimerez:

  • L'humour, notamment par les répliques de Dusty
  • Les nombreux clins d'oeil à la culture des années '90
  • Pouvoir tirer ses adversaires dans un jeu de plates-formes en 2.5D !

Ce que vous n'aimerez pas:

  • Le design des niveaux laissant à désirer
  • Les séquences hyper répétitives mettant en vedette Dusty
  • La durée de vie extrêmement courte

Note: 6 sur 10

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez celui-ci:

LES 8 JEUX À SURVEILLER EN MARS !

Source(s) image(s):
Steam

Commentaires