BOUTIQUE ADG
BORNES ÉLECTRIQUES

Manteaux, sacs, chaussures : le plastique s’invite massivement dans nos dressings, s’érigeant en nouvelle tendance du moment. Mais à l’heure où la planète frôle la surchauffe, polluée entre autres par les déchets en PVC, est-il vraiment raisonnable de l’adopter ? Décryptage.

À LIRE AUSSI : PROBLÈMES DE PLASTIQUE: LE CONTINENT DE PLASTIQUE ET LE PÉTROLE DE PLASTIQUE

Le plastique, c’est fantastique ! C’est du moins le message que semblent vouloir faire passer les créateurs de mode, à en croire les dernières tendances. Short en plastique Comme des Garçons, it-bag Céline aux allures de sac plastique ou encore uniforme de pluie transparent chez Chanel : cette matière chimique aux vertus translucides n’a jamais été aussi présente dans les collections de prêt-à-porter. Et contrairement aux apparences, ce nouvel élan stylistique ne se limite pas aux podiums des défilés. Les amateurs de mode s’en emparent allègrement, intégrant la tendance plastique à leur vestiaire citadin.

Le plastique, une tendance (très) recherchée

Preuve de cet engouement ? L’augmentation des ventes de vêtements et accessoires en plastique sur les e-shops de luxe. Selon la plateforme de recherche Lyst, le très instagrammé sac Shirley de Staud, en cuir et PVC, a été recherché plus de 3 000 fois, rien qu’en mars dernier. De même, les requêtes concernant les modèles Jimmy Choo x Off White – des stilettos recouverts de plastique – ont augmenté de 40 % d’un mois à l’autre. Même constat pour les boucles d’oreilles en caoutchouc Cult Gaia, consultées deux fois plus que les iconiques paniers du même label. Des chiffres évocateurs, donc, qui montrent combien le plastique n’est pas seulement une tendance de niche.

Le plastique, une tendance polluante ? 

Problème ? Si cette tendance semble séduire le milieu de la mode par son esthétique, elle n’en reste pas moins intrinsèquement nocive pour l’environnement. « Le PVC est l’une des matières les plus dommageables pour l’environnement. Les installations de production de PVC génèrent des déchets chlorés dangereux, dont certains sont inévitablement rejetés dans l’environnement. De plus, le PVC contient souvent des additifs comme les phtalates, toxiques pour la faune sauvage, mais aussi pour l’homme. », explique au site WhoWhatWear Trisha Brown, chargée de campagne chez Greenpeace Oceans. Autre fait : de façon moins visible, le plastique serait également présent dans d’innombrables textiles utilisés dans l’industrie de la mode, comme le polyester, le nylon ou encore l’organza.

Des données inquiétantes que nuancent toutefois certaines marques, en proposant notamment des collections réalisées à partir de plastique recyclé. Maisons de luxe ou enseignes de fast-fashion, elles sont en effet de plus en plus nombreuses à faire de cette matière toxique le point de départ d’une nouvelle façon de produire et consommer la mode, plus responsable et plus écologique. En 2017, H&M Conscious a ainsi dévoilé une robe réalisée à partir de 89 bouteilles en plastique, 30 % étant des déchets marins et 70 % étant des bouteilles recyclées. De la même façon, Stella McCartney, connue pour ses convictions eco-friendly, s’est engagée auprès de la fondation Ellen MacArthur à favoriser le recyclage textile dans ses collections. Ou quand le plastique se rachète un style... et une éthique.

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci : 

UN MANTEAU COLUMBIA FAIT À PARTIR DE BOUTEILLES DE PLASTIQUE? POURQUOI PAS!

Source(s) image(s):
instagram
pixabay

genMultiPaging($sharing['Uid']);?>

Commentaires