BORNES ÉLECTRIQUES

Powell Butte, Oregon – La semaine dernière, je me suis déplacé du côté de l’Oregon afin de faire l’essai de la nouvelle génération de camionnettes Heavy Duty (HD) de Chevrolet. Au menu, du temps au volant de versions 2500 et 3500 équipées d’un nouveau moteur à essence, mais aussi d’une mécanique Diesel retravaillée pour en offrir plus que jamais en matière de capacité de remorquage.

À LIRE AUSSI : 10 CAMIONS QUI ONT MARQUÉ L’HISTOIRE DE CHEVROLET

Premier constat : un succès pour une des mécaniques, une déception pour l’autre. 

Commençons avec la bonne nouvelle. 

Duramax

Le nom Duramax n’a plus besoin de présentation dans le domaine du camion ultra robuste. Les modèles Diesel qui le portent sont des bourreaux de travail et ils sont très appréciés des propriétaires de pick-up qui en sont équipés. 

Pour cette nouvelle génération de produit, le V8 turbo de 6,6 litres reçoit quelques améliorations qui font passer sa puissance à 445 chevaux, mais surtout, son couple à 915 livres-pieds. En prime, GM lui a greffé sa nouvelle boîte automatique à 10 rapports et le résultat est franchement probant. 

On a eu deux occasions de le constater. Dans un premier temps, on nous a invités à tracter une charge de 35 500 livres sur un circuit fermé. La raison est simple ; ça prend un permis différent pour remorquer une telle charge sur la voie publique. N’empêche, l’opération, qui s’est déroulée à l’aéroport de Bend, en Oregon, a été concluante. Oui, on sent tout le poids derrière, mais on tire la charge sans aucun problème. 

Ceux qui sont appelés à remorquer de façon régulière vont apprécier. 

Puis, dans un deuxième temps, on a pu effectuer une centaine de kilomètres avec une remorque de 14 000 livres attelée à l’arrière. Encore là, un jeu d’enfant.

Franchement, si vous considérez la camionnette HD de Chevrolet, un essai s’impose. 

La seule déception, vraiment, c’est que l’habitacle n’est pas à la hauteur de ce qui se fait chez Ford et chez Ram. Au prix demandé (ils ne sont pas annoncés encore, mais les modèles les plus chers se vendront facilement 80 000 $), c’est décevant. 

La déception

Maintenant, pour ce qui est de la déception, elle est venue de l’autre nouveau moteur, un V8 de 6,6 litres à essence. Dans son cas, la puissance annoncée est à 401 chevaux et 464 livres-pieds de couple. Franchement, on avait l’impression d’avoir bien moins que cela lorsqu’on nous a invités à tirer une charge de 6000 livres. Le moteur semblait souvent à bout de souffle dans la région montagneuse où nous nous trouvions. Même à vide, on avait l’impression que 150 chevaux manquaient à l’appel.

Et oubliez la boîte automatique à 10 rapports dans son cas. On a plutôt conservé l’unité à six engrenages. 

En fin de compte, tout pour nous pousser vers la variante à moteur Diesel. C’est peut-être le but, finalement. 

Conclusion

Ce que j’ai retenu de cette petite virée dans l’Ouest américain, c’est que Chevrolet ne compte pas s’en laisser imposer par ses rivaux en matière de capacités. Seulement, pour vraiment prendre le haut du pavé, elle devra en donner plus en matière de luxe et de finition, et aussi penser à doter son produit d’un design plus attrayant ; la grille du Silverado fait peur… et pas dans le bon sens du terme. 

En terminant, un bon mot pour l’impressionnant système de caméras mis de l’avant par le constructeur pour faciliter les opérations de remorquage. Nous y reviendrons dans notre prochain billet.

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci : 

CHEVROLET TAHOE RST 2018: 0-100KM/H EN 5,7 SECONDES

 

Source(s) image(s):
chevrolet

Commentaires