Malgré ses cinq sous-régions et un système complexe d'appellations, la Bourgogne demeure plutôt facile à apprécier.

Une région viticole très réputée qui peine à attirer les nouveaux consommateurs, la Bourgogne tente de redorer son blason et de reprendre sa place de leader sur notre marché. Région chérie de plusieurs experts québécois, l'image et la popularité de la Bourgogne découleront de l'influence de nos spécialistes sur les nouveaux amateurs.
 
Plutôt discrète sur notre marché depuis plusieurs années, une délégation de la Bourgogne est venue à Montréal la semaine dernière pour rappeler aux chroniqueurs, sommeliers et blogueurs influents du Québec, le haut niveau de qualité de ses crus et la grande polyvalence de ses produits à table.
 
Le contexte : une rencontre œno-gastronomique de haut niveau au resto Le Filet. La stratégie : convaincre et influencer la presse vinicole et l'armée de sommeliers et sommelières québécois(es). Le but de la délégation est élémentaire : utiliser ce groupe influent (presse et sommellerie) pour véhiculer l'info aux restaurateurs et aux consommateurs. Mais la tâche ne s'avère pas si simple, car les prix souvent trop élevés de plusieurs crus freinent de nombreux consommateurs d'investiguer la Bourgogne.
 
Malgré ses cinq sous-régions et un système complexe d'appellations, la Bourgogne demeure plutôt facile à apprécier. Les blancs sont en majorité élaborés avec le cépage chardonnay et les rouges avec le pinot noir. Quant aux prix, ils reflètent avantageusement les différents niveaux de qualité et d'appellation. L'inconvénient, c'est qu'ils sont chers à tous les niveaux!
 
Les vins d'entrée de gamme (autour de 20 $) d'appellation régionale ont énormément déçu au cours des dernières années. Parfois trop légers, souvent minces, ces vins aux allures de dilution avaient perdu la cote. Le niveau sous-régional (25 à 30 $) livre davantage la marchandise avec des produits dotés de plus de caractère. Mais ce sont les produits portant le nom du village (niveau communal 30 à 80 $) qui nous permettent de découvrir et de mieux comprendre la signature des terroirs bourguignons. Au haut de la pyramide, vous retrouverez les « Premiers Crus » et les « Grands Crus ». Malheureusement, à l'instar des grands Bordeaux, plusieurs de ces nectars vendus à des prix inabordables (80 à 1000 $) ne sont accessibles qu'aux collectionneurs fortunés.   
 
Heureusement, certains producteurs qui élaborent des vins de niveaux sous-régional et communal ont rajusté leur tir et élaborent des crus avec davantage de caractère et de matière.
 
Le millésime (année de récolte) est d'une importance capitale lorsque vient le temps de magasiner la Bourgogne. Le climat continental de la Bourgogne n'est pas toujours idéal. Des conditions climatiques souvent contraignantes rendent la vie difficile aux producteurs les plus consciencieux. Il faut le rappeler, la Bourgogne n'est pas la Provence! Le soleil et la chaleur nécessaires pour bien mûrir les raisins ne sont pas toujours au rendez-vous; sans compter les épisodes de pluie et d'humidité qui compliquent davantage le travail des viticulteurs.
 
Si vous désirez découvrir, ou redécouvrir la Bourgogne, tentez votre chance avec les crus des années 2009 et 2010. Bonne chasse!
 
 
Pour les œnophiles au budget limité, voici quelques suggestions qui, selon votre humble serviteur, dévoilent de belles qualités tout en étant offertes à prix acceptables… pour la Bourgogne.
 
Deux blancs frais et équilibrés :

88 Marsannay 2010 Fougeray de Beauclair, Bourgogne  26,40 $ 11890918
Un rare blanc provenant de la sous-région de Côte de Nuits. De toute évidence, ce beau blanc a été fermenté en fûts de chêne. Légèrement fruité (fruits à chair blanche), fraîcheur exemplaire, léger et savoureux. Un vin charmeur et gouleyant, doté d'une pointe d'amertume qui lui confère persistance. Servir avec des crevettes légèrement safranées.
 
89 Chablis 2010 Isabelle & Denis Pommier, Bourgogne 22,75 $ 11890900
D'un style classique remarquable, ce très beau Chablis dégage des arômes de pommes vertes et d'agrumes. Vivacité, équilibre et de bonne intensité, un très bel exemple d'entrée de gamme, doté d'un certain potentiel (3 à 5 ans). Régal assuré avec les huîtres sur écailles. Bon rapport qualité/prix.
 
Deux rouges élégants :
 
90 Fixin Clos Marion 2010, Fougeray de Beauclair, Bourgogne 40 $ 872952
Un rouge particulièrement représentatif du très beau millésime qu'est 2010. Superbe nez de pinot : fruité et floral, relevé d'une note épicée. Typique d'une belle année en Bourgogne, ce Fixin offre une certaine matière et structure, de même qu'un bon équilibre. Une belle bouteille à boire maintenant ou à mettre en cave quelques années (3 à 5 ans). Harmonie assurée avec le filet de veau aux champignons shiitake.
 
88 Mercurey 1er Cru Les Ruelles 2010 Château de Chamirey, Bourgogne 40,25 $ 11629808
Nez de pinot exemplaire qui exhale de beaux arômes de fruits rouges (framboise et cerise), rehaussé de notes épicées et florales. Plutôt fin que concentré, ce rouge élégant et de persistance moyenne fera bon ménage avec le filet de porc nappé d'une sauce à la moutarde.  
 

Commentaires